Jump to content

Calmar Géant Au Japon !


Recommended Posts

A Metro ils vendent des lanière de blanc d'encornet du Pacifique qui font 4 bon cm d'épaisseur ,j'aimerais bien voir la bestiole en entier.....

Link to post
Share on other sites

Pfff regardez le jour de l'apparition...

ça ne vous semble pas chelou?!

 

Le Père Noël a changé de costume :D.

 

Il y a à bouffer sur le bestiau :P

Link to post
Share on other sites

Pfff regardez le jour de l'apparition...

ça ne vous semble pas chelou?!

Quoi les calamars ne sont pas autorisé le 24 décembre? :flowers:

 

Ça doit quand même être flippant un calamar pareil...

Link to post
Share on other sites

celui là n'est pas mal non plus:

calmargeant1.jpg

Celui là c'est un architeuthis, mais ça fait quand même photo montage, genre ovni et compagnie, toujours floue

D'ailleurs à ce sujet: wiki:

Le calmar géant (Architeuthis dux) est une espèce de céphalopodes décapodes, seul représentant de son genre(Architeuthis) et de sa famille (Architeuthidae).

Il peut atteindre de grandes dimensions : selon des estimations récentes les femelles mesurent jusqu'à 13 mètrestandis que les mâles atteignent 10 mètres des nageoires postérieures à la pointe des deux longs tentacules. Lemanteau mesure environ 2 mètres de long, et la longueur du calmar en excluant ses tentacules dépasse rarement5 mètres. Les observations de spécimens mesurant 20 mètres ou plus ne sont scientifiquement pas documentées.

Le nombre d'espèces différentes de calmar géant fut longtemps débattu, mais la recherche génétique affirme qu'une seule espèce existe.

Link to post
Share on other sites

je cherche la photo de celui pris par le navire de l'ifremer il y a quelques années de memoire il dépassait largement les 5m

Link to post
Share on other sites

A Metro ils vendent des lanière de blanc d'encornet du Pacifique qui font 4 bon cm d'épaisseur ,j'aimerais bien voir la bestiole en entier.....

Ce n'est sans doute pas celui-là, mais tu trouves depuis 1 an du Calamar de Humboldt chez Casino et à un prix dérisoire (10 Eu / K)

 

Cela dit, ce n'est pas une bonne nouvelle car cela veut dire que d'une pêche artisanal, ils sont passé à une pêche industrielle sur cette espèce en mer de Cortez.

Link to post
Share on other sites

 

Quand tu vois les autres vidéos de la chaîne... :D (juste regarder les vignettes et les titres..; ça suffit :P)

Paie ton fake...

Link to post
Share on other sites

Ce n'est sans doute pas celui-là, mais tu trouves depuis 1 an du Calamar de Humboldt chez Casino et à un prix dérisoire (10 Eu / K)

 

Cela dit, ce n'est pas une bonne nouvelle car cela veut dire que d'une pêche artisanal, ils sont passé à une pêche industrielle sur cette espèce en mer de Cortez.

Je crois pas , les grands calamars pullulent en ce moment, et c'est même un problème selon les scientifiques car c'est extrêmement vorace un calamar, il te bouffe une bonite de 3/4kg en quelques secondes sur le dernier documentaire que j'ai vu. Les plongeurs étaient cernés par des dizaines de ces monstres de 3/4m la nuit, qui remontent à la surface, et même assez agressifs

Je suis pas sur que ça soit pas du caoutchouc à l'état brut ce machin, donc mangeable que par les cachalots

Un autre doc;:

Les calmars géants du genre Architeuthis sont les plus connus, ils peuvent atteindre jusqu'à 13 m de long pour une centaine de kilos. Mais le calmar colossal est actuellement le plus grand de tous. Cette espèce est connue depuis 1925 grâce aux quelques parties de grands spécimens retrouvées dans l'estomac decachalots, mais son étude n'a été rendue possible qu'après des prises accidentelles par des navires de pêche à la palangre flottante. Un calmar colossal de 10 m et450 kg a été capturé en février 2007 en mer de Ross près de l'Antarctique par des pêcheurs néo-zélandais à 1 800 m de profondeur14,15.

D'autres calmars atteignent de grandes tailles bien qu'inférieures aux précédents cités ; le calmar robuste (2 m), Taningia danae (2,3 m), le calmar cacatoès (4 m),Kondakovia longimana (2,3 m), Asperoteuthis acanthoderma (5,5 m) et les calmars à longs bras (jusqu'à 8 m).

Donc les photos de géants sont des montages

Link to post
Share on other sites

ous êtes ici : Accueil / La médiathèque / Fiches d'actualité scientifique / 385 - Le calmar géant : l’ogre qui envahit le Pacifique

385 - Le calmar géant : l’ogre qui envahit le Pacifique

octobre 2011

Fiches d'actualité scientifique

Imprimer

calmar-geant_medium.jpg© National Science Museum of Japan/T. Kubodera

Mesurant jusqu’à 4 mètres de long du bout des tentacules à la queue, le calmar géant, du nom scientifique de Dosidicus Gigas , est un redoutable prédateur des mers. Il se nourrit de tout ce qu’il trouve à sa portée : crevettes, merlu, anchois… et jusqu’à ses propres congénères. Depuis dix ans, ce céphalopode * pullule au large du Pérou malgré la surpêche qui touche ses proies, notamment le merlu. Une équipe de recherche franco-péruvienne( 1) décrit pour la première fois, dans la revue PLosOne , grâce à une méthode innovante, ce régime alimentaire particulier, expliquant le boom à la fois biologique et économique de la « pota » , comme l’appelle les pêcheurs péruviens.

Non seulement le calmar géant résiste jusque-là à l’exploitation excessive des ressources halieutiques, mais il en profite. Thons, dorades, chinchards, moins nombreux également du fait de l’expansion des zones de minimum d’oxygène( 2) qui les repousse en haute mer, lui cèdent la place pour chasser plus près des côtes. Une aubaine pour le Pérou, devenu second exportateur mondial, après la Chine, grâce à la pêche au calmar et à l’anchois.

calmar-geant-peche_medium.jpg© IRD / A. BertrandL’industrie autour de la pêche de la pota a permis un véritable boom économique dans la région nord-ouest du Pérou.

Depuis 2000, le calmar géant, aussi appelé calmar de Humboldt, connaît une véritable explosion au large du Pérou. Ce céphalopode *, qui peut atteindre 4 mètres de long et peser plus de 50 kg, a envahi en une décennie les eaux froides du Pacifique Sud-Est, aussi bien au large que près de la côte.

Une filière florissante

La prolifération de la pota , comme l’appellent communément les pêcheurs péruviens, est une aubaine pour ces derniers, qui ont vu les stocks de merlu s’écrouler du fait de la surpêche. En 2004, le gouvernement prend des mesures pour la limiter : politique de quotas, réduction de la flotte, etc. Les pêcheurs se tournent alors vers le calmar géant. Aujourd’hui, un potero – petit chalutier de bois – peut en ramener jusqu’à 5 tonnes par jour, vendues aux industriels qui les transforment ensuite en farine animale, en beignets surgelés ou encore en pâte à surimi, destinés à l’exportation. Les pêcheurs péruviens sont devenus les seconds producteurs mondiaux après les Chinois, essentiellement pour la pêche au calmar et à l’anchois.

Un prédateur peu capricieux

bateau-et-usine_medium.jpg© IRD / A. BertrandLes calmars sont transformés en farine animale (usine en arrière plan), en beignets ou encore en surimi avant d’être exportés dans le monde entier.

Pourquoi le calmar pullule-t-il ainsi au large des côtes péruviennes ? Des chercheurs de l’IRD et leurs partenaires( 1) viennent de décrire les habitudes alimentaires, jusque-là méconnues au Pérou, de ce prédateur vorace. De son nom scientifique Dosidicus Gigas , celui-ci fait preuve d’une grande faculté d’adaptation et s’avère très généraliste. Autrement dit, il se nourrit de tout ce qu’il trouve à sa portée : crevettes, poissons lanternes, merlu, anchois, etc. Chez la plupart des espèces marines, plus un animal est de grande taille, plus il occupe une place élevée dans la chaîne alimentaire et chasse de grosses proies. Ces travaux montrent que ce n’est pas toujours le cas chez le calmar géant. De fait, les plus gros individus peuvent par exemple se nourrir uniquement de petites crevettes.

Par ailleurs, sa zone de prédation est très ample, depuis la surface jusqu’à plus de 2000 m de profondeur. Mais il sévit plus particulièrement dans les zones de minimum d’oxygène( 2), de quelques dizaines de mètres sous la surface jusqu’à environ 800 mètres, où crevettes et certains poissons mésopélagiques( 3) s’abritent des autres prédateurs. Contrairement à ses proies, en état de léthargie du fait du manque d’oxygène, le calmar reste actif même lorsque cet élément est en déficit.

Une méthode très novatrice

plume-de-calmar-geant_medium.jpg© IRD / A. LorrainPlume de calmar géant

Pour établir la grande adaptabilité de ces calmars, les scientifiques ont analysé chez cinq individus la composition chimique de la « plume », sorte de coquille interne équivalente à l’« os » de seiche. Il s’agit d’un tissu inerte qui grandit par accrétion( 4) lors de la croissance de l’organisme. Cette méthode d’analyse chronologique très récente leur a permis de déterminer ce que l’animal a consommé tout au long de sa vie. Avec la composition isotopique( 5) en carbone des échantillons, ils ont dans un premier temps déduit l’origine – près de la côte, au large, etc. – de ce que chaque individu a ingurgité à différents moments de son existence. Ils retracent ainsi les migrations effectuées par le céphalopode tout au long de sa vie. La pota effectue plusieurs migrations importantes durant ses quelque 12 à 18 mois d’existence. Dans une seconde étape, la composition isotopique en azote de la plume précise la position de l’individu dans la chaîne alimentaire. Enfin, les chercheurs ont analysé le contenu stomacal d’une quarantaine de potas , afin de savoir ce qu’elles avaient mangé récemment.

La pota a profité de la surpêche

potero_medium.jpg© IRD / A. BertrandPotero

Non seulement, grâce à son cycle de vie court – moins d’un an et demi –, son métabolisme rapide et son régime alimentaire très polyvalent, le calmar géant ne souffre pas de la pêche à outrance dans la région – s’accommodant de ce qui est présent –, mais il en tire même avantage. De fait, le nombre de thons, dorades, chinchards, qui mangent les céphalopodes juvéniles, a chuté en dix ans au large du Pérou du fait de leur exploitation excessive. Mais surtout, il profite d’un autre phénomène, qui contraint fortement la vie marine : l’expansion des zones de minimum d’oxygène due au changement climatique depuis 50 ans. Celle-ci a en effet fait fuir ces grands prédateurs vers la haute mer, laissant le champ libre au calmar géant pour chasser plus près des côtes.

calmar-geant-echoue_medium.jpg© drgflyorngLe calmar géant du nom de Dosidicus Gigas prolifère dans le Pacifique Sud-Est.

Si l’ensemble de la population locale bénéficie de cette pêche miraculeuse, une ombre plane sur l’économie construite en dix ans autour de l’industrie de la pota . Cette dernière ne risque-t-elle pas à son tour d’être victime de la surpêche ? Si l’animal a tiré parti de l’exploitation des autres grands prédateurs, il semble aussi lui-même très résistant à son exploitation intensive grâce à son cycle de vie – et de reproduction – très court, permettant le renouvellement rapide des stocks. En revanche, l’explosion démographique du calmar géant est étroitement liée aux conditions environnementales. Aujourd’hui celles-ci lui sont favorables. Mais qu’en sera-t-il demain dans le contexte de changement global actuel ?

*Le saviez-vous ?
Link to post
Share on other sites

des chercheur avaient trouvés ,lors de l’autopsie d'un cachalot échoué un bout de tentacule dans son estomac et des traces de ventouses sur ses flancs leur permettant d'estimer la taille du céphalopode aillant laissé ces indices, à + de 15m.

Link to post
Share on other sites

Tout a fait, mais pas de vrais monstres entiers, jusqu'à présent, a part des trucages

 

Le plus impressionnant c'est qu'ils atteignent la taille adulte en 18 mois

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
×
×
  • Create New...