Jump to content
Sign in to follow this  
yann837

[Projet Étudiant] Etudes Des Palmes En Composite

Recommended Posts

:huh: ... Maitre de stage et tuteur entre autre

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

La démarche me semble ... pour un futur ingénieur (donner moi les billes et vos idée reçu, je construirai en fonction ...)

Un ingé.qui se respect aura à cœur :

- de comprendre la raison de l'existence du produit

- à l'aide de ces connaissances, de sa créa. et des savoirs connus, de prendre soin a l'issus de définir l'outil "idéal" en réponse au besoin premier "la propulsion"

- de décortiquer ce qui se trouve sur le marché

- d'évaluer et mesurer ce parc par des tests

- d'évaluer les contraintes permettant un usage au plus grand nombre

- de recueillir l'ensemble des paramètres marketing (gout, couleurs, tendance ...)

- ...

Fort de ces données il construira son cahier des charges en adéquation avec ses objectifs

 

I have a dream ...

 

Oh le ciboulot.. :fffff:

comment créer une génération d'ingénieur : je suis meilleur que tout le monde et je n'ai pas besoin des autres..

Demander l'avis des autres peut permettre de créer la dynamique amenant à LA solution. Travailler seulement sur des données et des savoirs, c'est occulter la petite pierre que chacun peut amener à l'edifice.

 

Luc, je suis tranchant et je m'en excuse si ca te blesse, mais les ingénieurs qui arrivent dans les entreprises fonctionnent de moins en moins avec le groupe et oublient de plus en plus cette dynamique..

Mon homonyme n'a pas demander la formule magique.. en tout cas si c'est ce qu'il attend il risque d'avoir des cheveux blancs avant de l'avoir.... :MRD2:

Share this post


Link to post
Share on other sites

:huh: ... Maitre de stage et tuteur entre autre

c'etait juste car c'est l'approche du sujet caractéristique!

il a peut etre une autre approche?il commence a peine son boulot et tu juges déja :blink:

laisse le développer,et soit critique après,d'autant que tu as des billes...

peut etre que son approche t'apprendras des choses?

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Oh le ciboulot.. :fffff:

comment créer une génération d'ingénieur : je suis meilleur que tout le monde et je n'ai pas besoin des autres..

Demander l'avis des autres peut permettre de créer la dynamique amenant à LA solution. Travailler seulement sur des données et des savoirs, c'est occulter la petite pierre que chacun peut amener à l'edifice.

 

Luc, je suis tranchant et je m'en excuse si ca te blesse, mais les ingénieurs qui arrivent dans les entreprises fonctionnent de moins en moins avec le groupe et oublient de plus en plus cette dynamique..

Mon homonyme n'a pas demander la formule magique.. en tout cas si c'est ce qu'il attend il risque d'avoir des cheveux blancs avant de l'avoir.... :MRD2:

 

c'etait juste car c'est l'approche du sujet caractéristique!

il a peut etre une autre approche?il commence a peine son boulot et tu juges déja :blink:

laisse le développer,et soit critique après,d'autant que tu as des billes...

peut etre que son approche t'apprendras des choses?

 

Merci de vos interventions, :)

yannoudiver il n'y a pas lieu de t'excuser,

marc'o il n'y a pas ici de jugement mais plus un retour d'expérience dont il fait ce qu'il veut (libre arbitre) d’où I have ...

 

Il peut être amené à travailler seul ou en équipe

 

Mon propos est plus de mettre l'accent:

- sur l'ordonnancement des étapes du processus

- une bonne compréhension et maitrise du sujet en premier lieu permet de gagner beaucoup de temps

- la définition d'un proto ou ébauche virtuel personnel pour l'aspect créa et innovation (non influencé par le marché)

- puis l’enquête et étude de marché (concepteurs, produits, utilisateurs, vide ...)

- on pour proto ou ajustement ou off et retour à la planche ...

- ...

et bien évidement prise en compte du souhait du sponsor (payeur, ...)

 

Au final nous aurons pour résultat selon le cheminement:

- un arrêt du projet ?

- un produit de plus ?

- une demi réponse au besoin (mais de qui ? sponsor, utilisateur, ...)

- une réel innovation pour le client final ?

- ...

 

Le meilleur choix sera celui qui répond à son objectif de départ ou ajusté (carriériste, technique, financier, stratégique, politique ...) celui ci n'est pas toujours en corrélation avec ce que l'utilisateur final attend ;)

 

marc'o nous apprenons sans nul doute, chaque jours, les uns des autres.

 

Profitons de cette richesse encore accessible. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

Merci de vos interventions, :)

yannoudiver il n'y a pas lieu de t'excuser,

marc'o il n'y a pas ici de jugement mais plus un retour d'expérience dont il fait ce qu'il veut (libre arbitre) d’où I have ...

 

Il peut être amené à travailler seul ou en équipe

 

Mon propos est plus de mettre l'accent:

- sur l'ordonnancement des étapes du processus

- une bonne compréhension et maitrise du sujet en premier lieu permet de gagner beaucoup de temps

- la définition d'un proto ou ébauche virtuel personnel pour l'aspect créa et innovation (non influencé par le marché)

- puis l’enquête et étude de marché (concepteurs, produits, utilisateurs, vide ...)

- on pour proto ou ajustement ou off et retour à la planche ...

- ...

et bien évidement prise en compte du souhait du sponsor (payeur, ...)

 

Au final nous aurons pour résultat selon le cheminement:

- un arrêt du projet ?

- un produit de plus ?

- une demi réponse au besoin (mais de qui ? sponsor, utilisateur, ...)

- une réel innovation pour le client final ?

- ...

 

Le meilleur choix sera celui qui répond à son objectif de départ ou ajusté (carriériste, technique, financier, stratégique, politique ...) celui ci n'est pas toujours en corrélation avec ce que l'utilisateur final attend ;)

 

marc'o nous apprenons sans nul doute, chaque jours, les uns des autres.

 

Profitons de cette richesse encore accessible. :)

ça,j'aime beaucoup!

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

La démarche me semble ... pour un futur ingénieur (donner moi les billes et vos idée reçu, je construirai en fonction ...)

Un ingé.qui se respect aura à cœur :

- de comprendre la raison de l'existence du produit

- à l'aide de ces connaissances, de sa créa. et des savoirs connus, de prendre soin a l'issus de définir l'outil "idéal" en réponse au besoin premier "la propulsion"

- de décortiquer ce qui se trouve sur le marché

- d'évaluer et mesurer ce parc par des tests

- d'évaluer les contraintes permettant un usage au plus grand nombre

- de recueillir l'ensemble des paramètres marketing (gout, couleurs, tendance ...)

- ...

Fort de ces données il construira son cahier des charges en adéquation avec ses objectifs

 

I have a dream ...

 

Bonsoir Luc,

 

Effectivement vue de cette façon notre approche est pas la meilleure. Il faudrait en effet pour être vraiment complet il faudrait étudier et tester ce qui se fait sur le marché, à minama les palmes du secteur que l'on souhaite viser (entrée de gamme ou haut de gamme type Alchemy, C4, Breier...).

 

Cela dit, on reste dans le cadre d'une UV et le but ici est de réaliser une étude de cas et pas du tout de produire par la suite. C'est pour ça que l'on passe par une étude plutôt réductrice.

Notre rapport comportera 3 parties :

- Présentation (Historique de la palme, du besoin, étude de la concurrence avec prix, matériaux utilisés, dimensions, et production d'un CDCF basé justement sur cette concurrence) On pourra même faire des tests non destructifs sur les Beuchat Mundial plastique et carbone ainsi que sur les Go N Sea

- Etude méca (Comment la palme restitue l'énergie? Quel matériaux répondent le mieux au CDCF?

- Etude de mise en oeuvre (Comment assurer la répétabilité? Coût de revient d'une palme? Matériel à prévoir)

 

Le but est en fait de nous faire comprendre dans les grandes lignes le déroulement d'un projet autour d'une pièce composite. Comme il ne s'agit que d'une UV on aura ni le temps, ni forcément le budget pour faire de nombreux test sur la concurrence ou encore sur nos propres éventuels protos ! D'où l'étude de concurrence qui nous permettra de pas partir totalement dans le vague !

 

J'espère que j'ai réussi à bien expliquer la démarche

Share this post


Link to post
Share on other sites

très claire

introduit un chapitre innovation ou créa post production ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

très claire

introduit un chapitre innovation ou créa post production ;)

 

Oui c'est une très bonne idée !!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

On a une petite question concernant le projet:

D'après vous quel effort maximal on est capable de produire lorsqu'on palme? C'est à dire, quel est l'effort que reçoit la palme au niveau du chausson?

 

On est à la recherche d'une étude, ou d'un article scientifique qui pourrait nous donner ce genre d'infos! On a également pensé à faire des tests nous même mais ça serait pas forcément hyper pertinent...

 

Merci d'avance

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben ,moi j aime bien ce que dis Luc même si ce n est pas forcement ma façon de faire ,je trouve que son approche trés méthodique est un trés bon début surtout pour un jeune pour structurer un peu sa pensée .Evidement c est trés théorique dans l ensemble mais aussi trés concret si l on prend point par point !

Moi je vois avec mes enfants la façon de pensée qui est en adéquation avec notre monde moderne et numérique ou l on a la possibilité d une réponse dans l immédiat .....Le probleme ,c est que celle si ,n est pas forcement juste ou appropriée et c est de la que vient le probleme .Avant ,il fallait chercher donc il y avait du travail et de la reflection naturellement si l on peut dire ......maintenant avec la rapidité ,il faut se forcer pour avoir une démarche plus profonde d ou l ensemble des questions proposer par Luc et que doit se poser un jeune pour un projet .Aprés l apport des autres est en effet ,important mais pour savoir en tirer les bénéfices ,il faut d abord avoir eu une reflexion personnelle approfondie pour trouver justement tous les points d achoppements et y répondre .

Je n ai malheureusement pas ,la formation de Luc mais j aime beaucoup son approche qui se doit d être rigoureuse dés le départ pour un jeune ingénieur ce qui va a l encontre des façons de faire et de penser actuelles ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

On a une petite question concernant le projet:

D'après vous quel effort maximal on est capable de produire lorsqu'on palme? C'est à dire, quel est l'effort que reçoit la palme au niveau du chausson?

 

On est à la recherche d'une étude, ou d'un article scientifique qui pourrait nous donner ce genre d'infos! On a également pensé à faire des tests nous même mais ça serait pas forcément hyper pertinent...

 

Merci d'avance

 

Quel est le paramètre que tu veux régler avec cet effort maximal ?

 

Si tu parles de l'effort auquel la palme devra résister avant casse,

un entraîneur de football américain m'avait annoncé que l'homme moyen pouvait porter 3x son corps avec ses jambes.

 

Soit, pour un individu de 80 kg, 240 kg en tout ou 120 kg par jambe.

Soit un effort max moyen de 1177 N.

En imaginant un individu de 100 kg qui palme comme un manche,

l'effort maxi à prendre en compte serait de 1471 N.

Comme il palme comme un manche, sa voilure est perpendiculaire à son corps (et puis ça facilite le calcul).

On compte le couple du pire scénario comme 1500 N x longueur entre la cheville et le point d'application sur la voilure en mètres.

 

 

Si tu veux utiliser ce paramètre pour calculer la souplesse idéale de ta voilure, je ne pourrais pas t'aider.

Selon moi, la palme devra avoir son meilleur rendement propulseur à effort régulier.

C'est ainsi que le chasseur/apnéiste choisit la dureté de ses palmes, ce sont les moins fatigantes à l'usage.

Pour ça, pas de secret, il faut essayer. Ou piquer l'info en mesurant des palmes existantes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

On a une petite question concernant le projet:

D'après vous quel effort maximal on est capable de produire lorsqu'on palme? C'est à dire, quel est l'effort que reçoit la palme au niveau du chausson?

 

On est à la recherche d'une étude, ou d'un article scientifique qui pourrait nous donner ce genre d'infos! On a également pensé à faire des tests nous même mais ça serait pas forcément hyper pertinent...

 

Merci d'avance

Question très pertinente

 

Qu'elle est la force mécanique de liaison entre l'outil et le moteur ?

 

L'ensemble des facteurs et variables est trop vaste pour apporter une réponse significative quantifié, il y a en effet fort peu de constante:

- Chaque individu ayant une structure porteuse différente (squelette et mobilité articulaire)

- Chaque individu ayant motricité différente (force et qualité)

- Chaque chausson ayant un amortissement (élasticité) et une restitution (propriété mécanique lié à la nature du(es) produit(s) utilisé(s))

- Chaque voilure associée ayant "idem chausson"

- Chaque individu ayant une technicité différente (mise en œuvre de la liaison)

...

 

Donc ce que nous pouvons quantifier doit peut-être se traduire autrement (approche différente)

 

Qu'elle valeur max (moyennée par un panel varié d'individu à fort potentiel physique) peut-on considérer ?

 

Il convient bien sûr de prendre en compte la situation dans laquelle nous exerçons cette force :

- dans un milieu liquide sans appuis

- dans une utilisation de groupes musculaires dédiés (majeur quadri ... et majeur isquio ...)

- ...

 

A sec une approche au plus près pourra se traduire par un test spécifique (prenant en compte au mieux les contraintes in situ) apportant un résultat auquel nous pourrons lier un facteur = au delta séparant un individu lambda, d'un compétiteur (niveau international) de nage avec palme (sprinteur 25 apnée).

 

Ainsi nous obtenons une valeur au plus près.

 

Les valeurs avancées par kees-baloo ne pouvant malheureusement pas être, compte tenu entre autre des appuis et groupes musculaires utilisés.

 

Le résultat est largement inférieur, certaines valeurs sont connues et figurent dans des ouvrages de nage avec palme ...

 

Cette valeur s'exprime en Watt (convertir à l'issus en fonction de tes besoins)

:)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous et merci pour vos réponses !!

 

Dans un premier temps, on avait plutôt pensé partir avec une démarche effort maximal comme celle proposée par Kees_baloo. Sauf qu'on avait pas exactement les mêmes valeurs (on comptait partir sur 800N->80kg par jambe, c'est une valeur que l'on trouvée dans un document d'ergonomie).

 

D'après les données que l'on a, l'effort maximal qu'est capable de développer un sportif très entraîné et un sportif lambda sont très proches (50N de différence maximum). Mais ici on parle d'une force sur un temps très court de l'ordre de la seconde.

 

L'approche de Luc est plus complexe je pense. En effet, la puissance qu'est capable de générer un sportif est très variable (quasiment 600W pour un Chris Froome contre 300-400W pour un sportif du dimanche). On peut aussi ajouter qu'une puissance est une valeur instantanée. Par exemple 600W correspondent au déplacement de 60kg à 1m/s -> 400W c'est le déplacement de 40kg à 1m/s. Sur un contre la montre, Chris Froome maintient cette puissance de 600W environ pendant 30min. La notion de temps est très importante puisque sur un effort long, la puissance chute.

 

Donc, quelle valeur de puissance choisir? Une fois que l'on aura choisi une valeur, il faudra la retranscrire en effort de palmage. La démarche est pas forcément simple.

Et cette démarche comporte un gros risque je pense! Admettons qu'en raisonnant sur une puissance moyenne, on dimensionne une palme en prenant un effort maximal de 500N par exemple. Notre chasseur va palmer en surface, descendre... Tout sera ok, mais notre chasseur est toujours en capacité de fournir 800N à sa palme et s'il le fait parce que il doit accélérer ou forcer un peu.... La palme cassera et une casse de palme c'est hors de question !!

Finalement, peut-être que la première méthode de travail serait plus judicieuse dans le sens où elle nous assure que l'on aura pas de casse!?


Pour la suite du projet, on comptait éventuellement modéliser la voilure sur Patran ou Abaqus et essayer de trouver les déclives optimales pour que la palme ne casse pas et ne vrille pas. Pour cela, on comptait considérer que la voilure était encastrée au niveau du chausson et que l'effort que l'on aura choisi est appliqué sur l'ensemble de la voilure sous la forme d'une pression homogène.

 

Merci d'avance pour vos réponses !

Share this post


Link to post
Share on other sites

:huh:

Dommage

Un produit de plus ...

 

J'ai pas vraiment compris là...

Peut être que ce que j'ai essayé d'expliquer n'était pas clair ou que ça n'allait pas dans ton sens.

Ou alors j'ai pas compris ta précédente remarque je sais pas :unsure:

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

J'ai pas vraiment compris là...

 

Peut-être une piste de réflexion réside-t-elle dans la compréhension du sujet :huh: et cela quel que soit le chemin que tu empruntes

Les réponses ou embryon de réponse à tes questions pourront être le fruit de ta compréhension dudit sujet

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'avoue m'être un peu emporté sur mes valeurs.

Une palme dimensionnée ainsi te permettra certainement de te déplacer dans les rochers pour arriver à ta mise à l'eau :fffff:

Outre l'aspect de la relation Solidité/souplesse, tu risques d'obtenir une voilure un peu lourde :wacko:

 

Luc, je pense que nos deux raisonnements sont justes, ils ne répondent simplement pas à la même problématique.

L'une gère simplement la résistance de la palme avant casse alors que la seconde vise a estimer l'énergie que cette palme devra restituer en mouvement.

 

C'est pour répondre au second que les constructeurs proposent différents angles d'attaques, dureté de voilure et autres paramètres et que chacun choisit sa palme en fonction de son ressenti individuel.

 

Yann, en voyant que ce sujet était apparu, j'ai commencé à m'intéresser aux palmes ainsi qu'à la façon qu'ont celles-ci de restituer l'énergie.

Peut-être peux-tu, si la problématique de ton mémoire le permet, proposer des innovations dans la forme et la fabrication de ta voilure.

C'est comme ça que j'ai perçu le commentaire de luc. Peut-être ai-je raison, peut-être pas, lui seul peut nous le dire :hyp:

Share this post


Link to post
Share on other sites

...

 

Luc, je pense que nos deux raisonnements sont justes, ils ne répondent simplement pas à la même problématique.

L'une gère simplement la résistance de la palme avant casse alors que la seconde vise a estimer l'énergie que cette palme devra restituer en mouvement.

 

C'est pour répondre au second que les constructeurs proposent différents angles d'attaques, dureté de voilure et autres paramètres et que chacun choisit sa palme en fonction de son ressenti individuel.

 

...

Il me semble que nous parlons tous les deux de la puissance (force ou valeur mécanique) admissible par la palme :)

Et ne pouvant la définir en l'état je propose une approche par le potentiel max possible du moteur, dans les conditions d'exécution qui sont notre (voir ma réponse ci-avant)

 

Démarche intellectuel (cheminement et méthode) attendu du postulant "I have ..."

Question racine à la problématique (ton boulot Mr le postulant):

Je suis sans appuis, en friction (force d'opposition induite par le liquide), genoux verrouillés, dans un mouvement descendant (groupe majeur quadri ...) le plus fort et ascendant (groupe majeur isquio ...) le plus faible ...

Quelle force max peut-on déployer dans ces conditions, quel que soit l'instant ?

 

Proposition (ton boulot Mr le postulant): A sec par méthode basique (valeur indicative) sur un banc en position d'exo abdo et lombaire, combien imaginez vous pouvoir lever (avec les mêmes contraintes) et cela dans les deux sens, puis appliquer le facteur écarts pour un sportif haut niveau (de cette discipline)

Le résultat sera en approche à forte probabilité de l'attendu + tolérance de rupture = (simplifié) valeur de conception initial ( ne pas oublier les pondérations non négligeables à prendre en compte = force d'opposition et contrainte mécanique de l'effort non transmises à la palme)

 

Toutefois la méthode est incomplète à ce stade ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ces éclaircissements ^_^

Ton approche me semble maintenant plus adaptée que la mienne.

 

J'avais simplement mal compris ton raisonnement.

 

Yann, je te serais très reconnaissant de nous tenir au courant de l'évolution de ton projet.

Surtout si tu passe en phase fabrication/tests :flowers:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben ,moi j aime bien ce que dis Luc même si ce n est pas forcement ma façon de faire ,je trouve que son approche trés méthodique est un trés bon début surtout pour un jeune pour structurer un peu sa pensée .Evidement c est trés théorique dans l ensemble mais aussi trés concret si l on prend point par point !

Moi je vois avec mes enfants la façon de pensée qui est en adéquation avec notre monde moderne et numérique ou l on a la possibilité d une réponse dans l immédiat .....Le probleme ,c est que celle si ,n est pas forcement juste ou appropriée et c est de la que vient le probleme .Avant ,il fallait chercher donc il y avait du travail et de la reflection naturellement si l on peut dire ......maintenant avec la rapidité ,il faut se forcer pour avoir une démarche plus profonde d ou l ensemble des questions proposer par Luc et que doit se poser un jeune pour un projet .Aprés l apport des autres est en effet ,important mais pour savoir en tirer les bénéfices ,il faut d abord avoir eu une reflexion personnelle approfondie pour trouver justement tous les points d achoppements et y répondre .

Je n ai malheureusement pas ,la formation de Luc mais j aime beaucoup son approche qui se doit d être rigoureuse dés le départ pour un jeune ingénieur ce qui va a l encontre des façons de faire et de penser actuelles ;)

Peut-être, surement une question de génération :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

...Ton approche me semble maintenant plus adaptée que la mienne...

Différente en réponse au questionnement de yann837

 

Adapté au besoin final, j'en doute ... peut-être conviendrait-il de changer d'approche globale :) (subliminal)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut à tous !

 

Merci une nouvelle fois pour vos réponses !

 

Après avoir de nouveau réfléchi et pris en compte l'avis des uns et des autres (les vôtres et ceux de nos profs), on en vient proposer une nouvelle approche tenant cette fois compte du milieu dans lequel on est.

 

Depuis le début, on a fait le choix (éventuellement l'erreur) de vouloir se placer le cas d'un problème "d'école": cas simple: flexion uniquement en statique avec un effort sur la palme. On dans la réalité c'est plus ou moins faux!

 

Réponse d'un professeur de Mécanique des fluides suite à la question posée (alors que l'on proposait de faire une approche en statique):

 

Vous n'y êtes pas, il n'est pas question d'un effort de flexion en statique pour modéliser l'effort résultant du déplacement de la palme dans l'eau...
La palme immobile ne subit aucun effort à part son poids propre diminué de la poussée d'Archimède.

Si vous voulez une modélisation assez réaliste, il vous faut comprendre que l'effort sur la palme, celui qui sera à l'origine de sa flexion, résulte d'une résultante Fp du champ de pression environnant (compliqué à calculer pour être honnête..) mais qui peut avantageusement être remplacé par :

Fp=-Madd*Gamma,

où Madd est la masse ajoutée (celle que vous ressentez en traversant l'eau parce que vous lui communiquez de l'énergie pour la mettre en mouvement) et Gamma l'accélération locale mesurée/imposée sur la palme. En gros, l'effort n'est ressenti pas parce que le système se déplace, mais parce qu'il subit une accélération (positive ou négative).
En première approximation, cette masse ajoutée est grosso modo la masse du fluide déplaée par la pale (un petit air du côté de chez Archimède) et l'accélération, j'imagine que c'est une donnée du problème que vous imposez.

 

Cela donne finalement une toute autre approche au problème avec notamment la question de l'accélération que n'est pas forcément constante tout le long de la palme.

Cette remarque pose donc autant de questions que ce que elle en résout. Mais au moins elle a le mérite de nous donner une direction plus claire pour la suite.

 

En ce qui concerne le partage de notre étude, pourquoi pas, mais je la déposerai pas sur le forum. :)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca s'annonce plus compliqué que prévu ( c'est toujours comme ca :p ) , heureusement que le prof vous aide ^_^.

Je pense que pour l'etude de la palme étant donné que tu travail sur du carbone tu devrais p-e partir sur les qualité de la matière ( point de rupture ect ) en soit pour déterminé les paramètres biologique effort ( c.a.d effort max produit par le plongeur avec un quand meme une petite marge en fonction des valeur trouvé :p ) car je pense qu'il n'est pas facile voir impossible de casser une voilure en carbone en palmant.

Tu peux p-e essayer de contacter des fabricants tu n'as rien a perdre ..

Si jamais tu as le taux de rendement d'une palme carbone je serai intéressé . :papy:

Courage pour votre projet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Belle réponse de ton prof.

En effet, ça complique pas mal le calcul.

 

Concernant le suivi de ton étude, je pensais surtout à un petit up de temps à autres.

Du style :

_ "on a modélisé le travail de la palme avec un logiciel de calcul" ;

_ "premier test sur banc du tressage retenu, ça s'est pas passé comme prévu, retour en phase étude :hyp: " ;

_ ou encore "premier test en conditions, vidéo" ^_^

 

Je n'ai pas (pour l'instant, qui sait :ph34r: ) l'intention de concevoir et/ou produire une palme. Sinon je vous aurait MP dès la publication du sujet. :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

En même temps la palme n'est pas le sujet d'étude le plus simple

 

...Réponse d'un professeur de Mécanique des fluides suite à la question posée (alors que l'on proposait de faire une approche en statique):

 

Vous n'y êtes pas, il n'est pas question d'un effort de flexion en statique pour modéliser l'effort résultant du déplacement de la palme dans l'eau...
La palme immobile ne subit aucun effort à part son poids propre diminué de la poussée d'Archimède.

Si vous voulez une modélisation assez réaliste, il vous faut comprendre que l'effort sur la palme, celui qui sera à l'origine de sa flexion, résulte d'une résultante Fp du champ de pression environnant (compliqué à calculer pour être honnête..) mais qui peut avantageusement être remplacé par :

Fp=-Madd*Gamma,

où Madd est la masse ajoutée (celle que vous ressentez en traversant l'eau parce que vous lui communiquez de l'énergie pour la mettre en mouvement) et Gamma l'accélération locale mesurée/imposée sur la palme. En gros, l'effort n'est ressenti pas parce que le système se déplace, mais parce qu'il subit une accélération (positive ou négative).
En première approximation, cette masse ajoutée est grosso modo la masse du fluide déplaée par la pale (un petit air du côté de chez Archimède) et l'accélération, j'imagine que c'est une donnée du problème que vous imposez.

 

Cela donne finalement une toute autre approche au problème avec notamment la question de l'accélération que n'est pas forcément constante tout le long de la palme.

Cette remarque pose donc autant de questions que ce que elle en résout. Mais au moins elle a le mérite de nous donner une direction plus claire pour la suite...

Mais la question reste posée ou cela nous mène-t-il ?

 

La palme absorbe également de l'énergie dont la quantité est liée directement à sa construction (élasticité,...)

La palme restitue une énergie dont une partie (en terme de rendement) se perd entre autre dans le déplacement d'un (ou plusieurs) flux d'eau proportionnel à la maitrise de la technique de nage mais également de par le frein créer par sa propre mise en œuvre ou par l'attelage

A proprement parler il n'y a pas d'accélération de la palme elle ne fait que suivre une courbe lié à l'effort musculaire dans sa phase d'appuis et d'armement pour en fin de mouvement restituer proportionnellement à son flex une petite quantité d'énergie lors de sa phase de retournement

Subsiste une énergie utile dont l'origine sont les appuis sur (et non la propulsion de) la masse d'eau, elle s'oriente vers le sens de marche, en image le saut à la perche reflète assez bien une partie de la séquence à condition d'imaginer que l'ancrage se fasse sur du sable et non sur du dur.

...

Bien d'autres paramètres sont à prendre en compte (coefficient de trainée ...)

 

Comme quoi la phase de compréhension et d'analyse est incontournable

Quel est le but premier de l'objet ?

Quel en sont les critères déterminants à atteindre ce but ?

...

 

Ne dois-je pas structurer ma penser, avant de poser les formules ?

Pourquoi ?

Pour qui ?

Comment ?

...

 

Bon courage, belle expérience B)

Share this post


Link to post
Share on other sites

... Si jamais tu as le taux de rendement d'une palme carbone je serai intéressé ...

Il est directement lié à la conception du produit, à la technique de mise en œuvre, à la bonne association dureté de mise en œuvre/capacité de mise en œuvre/destination et aux capacités instant de l'utilisateur soit un nombre de résultante non négligeable :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

 

Je relance pour savoir si vous avez quelques news.

Vous avez réussi à bien cadrer le besoin ?

Quelques calculs faits ?

 

Comme dit précédemment, pas besoin selon moi de donner les résultats sur le forum.

Je veux simplement savoir si le projet avance :flowers:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tiens il est cool ce post!

Luc et son approche méthodique, la réponse du prof bien intéressant tout ça!

 

Cas de la flexion oui, mais il va falloir faire des hypothèses : néglige-t-on la torsion dans ton histoire?

Parce que le banc d'essai pourra l'éviter ("technique impec") alors qu'on a tous des défauts de palmage... du coup un peu de torsion... qui peut mettre ne défaut les résultats initiaux..

Ce qui est sûr c'est que la statique n'est pas représentative du fonctionnement de la voilure.

Et ce n'est pas un "effort" qui casse une voilure en condition de normale d'utilisation, mais la fatigue...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...