Jump to content

CR plein de ratés de reprise par petits fonds


Recommended Posts

Salut,

La semaine dernière, après près de 6 mois d'arrêt pour diverses raisons (casses de palmes, confinement puis opération des dents de sagesse avec communication entre bouche et sinus), le stomato m'a autorisé à reprendre un peu la CSM "en faisant très attention". OK, j'y vais ce week-end.

Au lieu de mon binôme habituel, je propose à mon collègue de travail de m'accompagner. Il vient d'arriver dans le coin et n'a pas encore fait de vrais repérages, mais les histoires contées me font suspecter que malgré d'être plus jeune que moi, ses capacités de chasseur sont plus affûtées que les miennes.

Dans un but de concordance avec le conseil médical, je choisis un spot peu profond.
D'après ce que j'ai déjà pu voir du bord, les images aériennes, carte marine, carte LIDAR, carte des biocénoses, on sera sur un banc de roches d'une surface d'1ha environ, au milieu du sable, profondeur 0 à 8 mètres, face à la plage.
Pour passer souvent en voiture, je sais que la zone n'est pas dans les hotspots des chassous du coin. Donc probablement pas trop exploitée.
Je n'ai pas encore exploré cette zone précise, mais une autre plus petite, proche, et avec une configuration très similaire est souvent fournie en sars et en rougets, donc celle-ci est prometteuse aussi.
La météo nous prévoit des conditions idéales, j'ai hâte.

Avec le changement d'heure, lever du jour à 7h36, on se donne RDV à 7h pour être sur spot dès l'heure autorisée. Psychologiquement, ça fait moins mal que si c'était 6h. De toutes façons, je pouvais déjà plus dormir 30min avant le réveil.
Je me rends d'ailleurs compte que mon couteau a disparu. Introuvable.

Bref, on se met à l'eau sur le sable, un peu de palmage pour arriver sur site.
La visi est de 8 à 12 mètres en horizontal, en vertical ben... on voit le fond, très bien même. Eau à 14°C, ciel dégagé. Les conditions idéales, même si j'aurai un peu froid dans ma 5mm. Suis-je devenu frileux ?
Par endroits, la couche d'eau de surface ne se mélange pas avec celle directement dessous, provoquant "l'effet grenadine" qui fait qu'on ne voit pas grand-chose jusqu'à avoir immergé la tête de 20cm. Il n'y a pourtant pas d'apport important d'eau douce à proximité, ça restera un mystère.

Je commence par aller voir quelques roches émergentes, qui d'après mon repérage cartographique matérialisent le début de zone. Je suis surpris de voir qu'il y a 3-4 mètres de profondeur dessous au lieu des 50 cm auxquels je m'attendais.
Je ne vois rien de particulier et m'avance entre les roches pour me rendre compte que 2 bancs de sars occupent la zone. Évidemment, je suis déjà en plein milieu comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.
Je tente quand même 2-3 agachons planqué entre les roches. Le manque d'entraînement se fait sentir (0 activité physique depuis l'opération fin Janvier), avec l'inconfort d'être bloqué entre 2 rochers tordus, l'excitation de voir mes premiers poissons depuis l'automne, je gesticule un peu trop, pourris mes temps d'apnée...
Bref, le poisson est curieux mais frileux et n'approchera qu'une fois à distance de tir, que je mettrai à côté.
Je décide de revenir plus tard, quand ça se sera tassé et que je serais calmé.

On suit pour commencer la limite la plus au large du banc de roches.
Pas mal de petits sars, je fais 2 loupés, vu un groupe de 3 petits rougets.

Un crénilabre à queue noire, brillant d'un bleu intense qui rappelle celui des juvéniles de castagnoles, provoquera ma fascination pendant quelques minutes et m'entraînera jusqu'à 7 mètres de profondeur.
Un autre poisson similaire tourne sur la zone. C'est la première fois que je les remarque avec ces couleurs.
Après vérification sur DORIS et dans mes bouquins, ce sont les mâles prennent cette livrée à la période de reproduction.
Cette apnée sera pour moi la plus profonde de la sortie, bien que je n'ai absolument pas souffert de mes sinus pendant ou après.

Un labre vert de 20-25cm me tourne autour sur un agachon, mais je le laisserai tranquille. Tranquille au point où il viendra voir si mon aisselle peut faire un abri convenable. Me voyant un peu déconcentré, il a pas insisté et est reparti tranquille.
Mon binôme prendra un beau labre vert et un sar maillé pendant ce temps. Il devra aller voir un peu plus profond pour se rendre compte que le poisson est dans moins de 5 mètres. Je reste dans la zone peu profonde.

On croisera un corb faisant mumuse avec un coquillage dans une faille.

On revient un peu plus "en terre" pour refaire une traversée en largeur de la zone.
J'arrive à faire venir quelques sars à l'agachon, mais... encore loupé, malgré que le poisson se trouvait à moins d'1m50 de la pointe au moment du tir.
Mon collègue en profite pour faire un gros sar et un rouget de 25 cm (qui lui servira de repas le soir même).

On avance encore, mon moral baisse et ma sélectivité en conséquence.
Je ne m'abaisserai pas à tirer ce crénilabre paon qui flâne comme ils le font si bien. Madame est pas fan de soupe et ce poisson au goût moyen à bof est aussi plein d'arêtes.
Un banc de sars à tête noire se moque de moi au loin. Ils ne viennent pas du tout à l'agachon, à croire qu'ils ne m'ont pas repéré. Même mes petits raclements de gorge en deuxième temps ne provoquent aucune réaction, ni curiosité ni fuite.
En revanche, je n'arriverai pas à les approcher en indienne, je lâche l'affaire.

Je repère un autre banc de sars derrière un bloc qui dépasse du fond de 3 mètres. J'approche caché par le bloc et fais mon canard 5 mètres avant pour aller me poser sous ce dernier.
En passant la dernière touffe de posidonies, je découvre qu'un gros labre merle se repose à l'endroit même où je comptais me poser. Le harpon est déjà tourné dans la bonne direction.
Il se tourne et CHING! ma flèche heurte le rocher derrière lui qui s'en sortira indemne. Le temps de recharger, il a disparu et les sars aussi.
Je le chercherai un peu sans succès.
Un peu plus loin, même mésaventure avec un labre vert correct et un tir qui ira se ficher dans une matte de posidonies.
Je me tourne vers mon collègue qui est en train de tirer un labre vert sous le rocher d'à côté. Un demi-canard, tir vertical, poisson sur la flèche presque depuis la surface.

Je le suivrai en parallèle jusqu'au prochain bloc. Pendant qu'il met la tête sous une roche, un merle en profite pour essayer de se faire la malle.
Je fais mon petit canard, le poisson ne me voit qu'au fond, il se tourne en changeant de livrée. Passant du vert pâle au tacheté en 2 secondes.
J'approche encore un peu, et tir dans la tête qui entrera derrière l'ouïe pour ressortir par la joue.
Avec un tir à 30 cm de la pointe, le plus glorieux restera le fait d'avoir réussi à approcher autant, le poisson est sur le monofil.

On sortira finalement avec une belle pêche.. enfin surtout lui.
Je me sens un peu ridicule avec mon merle sauve-brocouille de 25 cm qui rejoindra son congénère au congélateur.
On prends le café à la maison, rinçage des affaires dans un gros bidon, madame en profite pour m'en remettre une couche. "Quand tu pars à la pêche, je ne m'attends pas à manger du poisson".

En Bref, je loupais déjà pas mal avant, mais le passage en double sandows n'a fait qu'empirer le phénomène.
Au point où j'ai terminé la session en n'en chargeant qu'un. Malgré que ce soit un sandow de 14 en coeff. 3 et quelques, la flèche a quand même traversé entièrement le seul poisson touché.
Je vais retirer un sandow, mais je ne crois pas que le problème sera solutionné.
Mon binôme du jour me dit qu'il trouve étonnant que je ne ramène que si peu de poisson. "Tu fais tout bien, le poisson approche, mais t'arrives pas à finir".
Et de me raconter les anecdotes d'autres binômes bien moins discrets et qui arrivent pourtant à ramener plus de poisson que moi.

En conclusion, si quelqu'un a un truc pour bricoler une cible, histoire que je fasse quelques tests de visée et de groupement de tirs ;
que je puisse au moins savoir si ça vient de moi, du harpon, ou un peu des deux.
Je vais aussi demander à mes binômes de tester leurs armes dans les semaines qui viennent, histoire de voir si ça fait une différence.
En dernier recours, j'achèterais une cible en mousse fait exprès.
 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, kees_baloo a dit :

madame en profite pour m'en remettre une couche. "Quand tu pars à la pêche, je ne m'attends pas à manger du poisson".

😄 j'ai la même à la maison 😉

Peut -être trop de puissance pour ton gun par rapport à la taille de la flèche ? ça m'a fait çà à la suite d'un changement de sandow sur mon 105. Sandow plus dur qu'avant du coup je ratais tout. Puis le sandow s'est ramolli et tout est rentré dans l'ordre et Mme a fermé sa... 😄 😄 😄 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, kees_baloo a dit :

si quelqu'un a un truc pour bricoler une cible,

un bout de polystyrène ,un vieux body board, un couvercle de seau en plastique pendu sous ta bouée ,.... c'est pas compliquer à trouver un truc à percer.....

sinon beau cr, dommage pour les loupés.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, antho35 a dit :
Il y a 1 heure, kees_baloo a dit :

madame en profite pour m'en remettre une couche. "Quand tu pars à la pêche, je ne m'attends pas à manger du poisson".

😄 j'ai la même à la maison

moi ,c'est le contraire "tu m'emmerde avec tes poissons ,il va encore y en avoir partout,ça pue" bref elles ont toujours quelque chose à redire......

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, sub sniper a dit :

???? conne à claquer ????

ou casse couilles selon l'envie du moment 😄 mais on les aime quand même nos femmes 😉

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, kees_baloo a dit :

Salut,

La semaine dernière, après près de 6 mois d'arrêt pour diverses raisons (casses de palmes, confinement puis opération des dents de sagesse avec communication entre bouche et sinus), le stomato m'a autorisé à reprendre un peu la CSM "en faisant très attention". OK, j'y vais ce week-end.

Au lieu de mon binôme habituel, je propose à mon collègue de travail de m'accompagner. Il vient d'arriver dans le coin et n'a pas encore fait de vrais repérages, mais les histoires contées me font suspecter que malgré d'être plus jeune que moi, ses capacités de chasseur sont plus affûtées que les miennes.

Dans un but de concordance avec le conseil médical, je choisis un spot peu profond.
D'après ce que j'ai déjà pu voir du bord, les images aériennes, carte marine, carte LIDAR, carte des biocénoses, on sera sur un banc de roches d'une surface d'1ha environ, au milieu du sable, profondeur 0 à 8 mètres, face à la plage.
Pour passer souvent en voiture, je sais que la zone n'est pas dans les hotspots des chassous du coin. Donc probablement pas trop exploitée.
Je n'ai pas encore exploré cette zone précise, mais une autre plus petite, proche, et avec une configuration très similaire est souvent fournie en sars et en rougets, donc celle-ci est prometteuse aussi.
La météo nous prévoit des conditions idéales, j'ai hâte.

Avec le changement d'heure, lever du jour à 7h36, on se donne RDV à 7h pour être sur spot dès l'heure autorisée. Psychologiquement, ça fait moins mal que si c'était 6h. De toutes façons, je pouvais déjà plus dormir 30min avant le réveil.
Je me rends d'ailleurs compte que mon couteau a disparu. Introuvable.

Bref, on se met à l'eau sur le sable, un peu de palmage pour arriver sur site.
La visi est de 8 à 12 mètres en horizontal, en vertical ben... on voit le fond, très bien même. Eau à 14°C, ciel dégagé. Les conditions idéales, même si j'aurai un peu froid dans ma 5mm. Suis-je devenu frileux ?
Par endroits, la couche d'eau de surface ne se mélange pas avec celle directement dessous, provoquant "l'effet grenadine" qui fait qu'on ne voit pas grand-chose jusqu'à avoir immergé la tête de 20cm. Il n'y a pourtant pas d'apport important d'eau douce à proximité, ça restera un mystère.

Je commence par aller voir quelques roches émergentes, qui d'après mon repérage cartographique matérialisent le début de zone. Je suis surpris de voir qu'il y a 3-4 mètres de profondeur dessous au lieu des 50 cm auxquels je m'attendais.
Je ne vois rien de particulier et m'avance entre les roches pour me rendre compte que 2 bancs de sars occupent la zone. Évidemment, je suis déjà en plein milieu comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.
Je tente quand même 2-3 agachons planqué entre les roches. Le manque d'entraînement se fait sentir (0 activité physique depuis l'opération fin Janvier), avec l'inconfort d'être bloqué entre 2 rochers tordus, l'excitation de voir mes premiers poissons depuis l'automne, je gesticule un peu trop, pourris mes temps d'apnée...
Bref, le poisson est curieux mais frileux et n'approchera qu'une fois à distance de tir, que je mettrai à côté.
Je décide de revenir plus tard, quand ça se sera tassé et que je serais calmé.

On suit pour commencer la limite la plus au large du banc de roches.
Pas mal de petits sars, je fais 2 loupés, vu un groupe de 3 petits rougets.

Un crénilabre à queue noire, brillant d'un bleu intense qui rappelle celui des juvéniles de castagnoles, provoquera ma fascination pendant quelques minutes et m'entraînera jusqu'à 7 mètres de profondeur.
Un autre poisson similaire tourne sur la zone. C'est la première fois que je les remarque avec ces couleurs.
Après vérification sur DORIS et dans mes bouquins, ce sont les mâles prennent cette livrée à la période de reproduction.
Cette apnée sera pour moi la plus profonde de la sortie, bien que je n'ai absolument pas souffert de mes sinus pendant ou après.

Un labre vert de 20-25cm me tourne autour sur un agachon, mais je le laisserai tranquille. Tranquille au point où il viendra voir si mon aisselle peut faire un abri convenable. Me voyant un peu déconcentré, il a pas insisté et est reparti tranquille.
Mon binôme prendra un beau labre vert et un sar maillé pendant ce temps. Il devra aller voir un peu plus profond pour se rendre compte que le poisson est dans moins de 5 mètres. Je reste dans la zone peu profonde.

On croisera un corb faisant mumuse avec un coquillage dans une faille.

On revient un peu plus "en terre" pour refaire une traversée en largeur de la zone.
J'arrive à faire venir quelques sars à l'agachon, mais... encore loupé, malgré que le poisson se trouvait à moins d'1m50 de la pointe au moment du tir.
Mon collègue en profite pour faire un gros sar et un rouget de 25 cm (qui lui servira de repas le soir même).

On avance encore, mon moral baisse et ma sélectivité en conséquence.
Je ne m'abaisserai pas à tirer ce crénilabre paon qui flâne comme ils le font si bien. Madame est pas fan de soupe et ce poisson au goût moyen à bof est aussi plein d'arêtes.
Un banc de sars à tête noire se moque de moi au loin. Ils ne viennent pas du tout à l'agachon, à croire qu'ils ne m'ont pas repéré. Même mes petits raclements de gorge en deuxième temps ne provoquent aucune réaction, ni curiosité ni fuite.
En revanche, je n'arriverai pas à les approcher en indienne, je lâche l'affaire.

Je repère un autre banc de sars derrière un bloc qui dépasse du fond de 3 mètres. J'approche caché par le bloc et fais mon canard 5 mètres avant pour aller me poser sous ce dernier.
En passant la dernière touffe de posidonies, je découvre qu'un gros labre merle se repose à l'endroit même où je comptais me poser. Le harpon est déjà tourné dans la bonne direction.
Il se tourne et CHING! ma flèche heurte le rocher derrière lui qui s'en sortira indemne. Le temps de recharger, il a disparu et les sars aussi.
Je le chercherai un peu sans succès.
Un peu plus loin, même mésaventure avec un labre vert correct et un tir qui ira se ficher dans une matte de posidonies.
Je me tourne vers mon collègue qui est en train de tirer un labre vert sous le rocher d'à côté. Un demi-canard, tir vertical, poisson sur la flèche presque depuis la surface.

Je le suivrai en parallèle jusqu'au prochain bloc. Pendant qu'il met la tête sous une roche, un merle en profite pour essayer de se faire la malle.
Je fais mon petit canard, le poisson ne me voit qu'au fond, il se tourne en changeant de livrée. Passant du vert pâle au tacheté en 2 secondes.
J'approche encore un peu, et tir dans la tête qui entrera derrière l'ouïe pour ressortir par la joue.
Avec un tir à 30 cm de la pointe, le plus glorieux restera le fait d'avoir réussi à approcher autant, le poisson est sur le monofil.

On sortira finalement avec une belle pêche.. enfin surtout lui.
Je me sens un peu ridicule avec mon merle sauve-brocouille de 25 cm qui rejoindra son congénère au congélateur.
On prends le café à la maison, rinçage des affaires dans un gros bidon, madame en profite pour m'en remettre une couche. "Quand tu pars à la pêche, je ne m'attends pas à manger du poisson".

En Bref, je loupais déjà pas mal avant, mais le passage en double sandows n'a fait qu'empirer le phénomène.
Au point où j'ai terminé la session en n'en chargeant qu'un. Malgré que ce soit un sandow de 14 en coeff. 3 et quelques, la flèche a quand même traversé entièrement le seul poisson touché.
Je vais retirer un sandow, mais je ne crois pas que le problème sera solutionné.
Mon binôme du jour me dit qu'il trouve étonnant que je ne ramène que si peu de poisson. "Tu fais tout bien, le poisson approche, mais t'arrives pas à finir".
Et de me raconter les anecdotes d'autres binômes bien moins discrets et qui arrivent pourtant à ramener plus de poisson que moi.

En conclusion, si quelqu'un a un truc pour bricoler une cible, histoire que je fasse quelques tests de visée et de groupement de tirs ;
que je puisse au moins savoir si ça vient de moi, du harpon, ou un peu des deux.
Je vais aussi demander à mes binômes de tester leurs armes dans les semaines qui viennent, histoire de voir si ça fait une différence.
En dernier recours, j'achèterais une cible en mousse fait exprès.
 

Trouve toi un bout de polystyrène extruder de 350 au carré ,trouve le centre de cette plaque et a partir de là trace un cercle d'un diamètre de 250 mm et au centre de ce cercle tu en fait un autre d'un diamètre de 50 mm,  dans ce petit cercle , trace la verticale et l'horizontal ce sera la zone de RETICULE que va te permettre de régler ton tir .

Link to comment
Share on other sites

Je note les propositions.
Ce qui me gêne avec le polystyrène, c'est que je suis à peu près certain de ne pas arriver à récupérer tous les petits morceaux après (ardillon, s'il cass, etc...)

Par contre, je prends note pour le vieux bodyboard ou le couvercle de seau.
C'est vrai que je n'ai pas pensé à suspendre un truc par le haut 👍

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, sub sniper a dit :

moi ,c'est le contraire "tu m'emmerde avec tes poissons ,il va encore y en avoir partout,ça pue" bref elles ont toujours quelque chose à redire......

Pour ça j'ai la parade, je nettoie dehors. Ou mieux à la sortie de l'eau.
Résultat, pas d'écailles dans l'évier.

Link to comment
Share on other sites

A mes débuts, je chassais avec un ragueur de 50cm de mon frère. Je faisais quelques soles et quelques girelles.... Puis j'ai acheté un fusil 90 avec poignée en métal gris(Un Beuchat?) je ne sais plus sa marque. Je n'ai sorti aucun poisson avec ce fusil, je dis bien aucun. Je l'ai perdu sur un congre et je me suis racheté un 75 sporasub. Je n'ai plus loupé un poisson par la suite. Je ne sais absolument pas pourquoi je loupais tout avec ce fusil mais quel bonheur de l'avoir perdu 1885602118_1(39).gif.8a030b84e10abd3392698c9b72dd9d0a.gif

Lorsqu'on loupe régulièrement, que le montage de l'ensemble est correct, c'est LBC, à l'époque c'était placard.Il ne faut pas insister avec un fusil qui tire dans les coins(à la condition que tout soit bon , hein?) Il y a incompatibilité entre vous et l'arbalète. Il y a 3/4 ans je commande un fusil, avec lequel j'ai tout raté, des poissons arrêtés alors que le chasseur qui m'accompagnait , lui sortait du poisson avec. Ce fusil est toujours au placard....

Essayez le fusil du copain et vous verrez bien si ça vient de vous ou du fusil, si vous continuez à louper, premier recours: l'ophtalmo

Si ensuite vous loupez encore, second recours:

corde.PNG.2e1d702a19ee9b101c5fa6bf39fafc48.PNG

Link to comment
Share on other sites

Après, j’avoue, je m'en accommode bien, de tous ces ratés.
Je suis déjà content d'être dans l'eau, voir du poisson, faire quelques apnées.

Même si j'avoue, le ressenti de la profondeur m'a manqué sur cette sortie.
La cage thoracique qui se comprime sous l'effet de la pression.
La flottabilité qui devient progressivement négative à la descente.
Le masque à compenser en plus des oreilles...

On n'est pas dans l'état d'esprit de certains anciens qui vont en mer pour principalement ramener du poisson, et trouver des moyens de donner du rendement à la précédente.
Je ne vise personne en particulier, il se reconnaîtra tout seul 😉

Bref, comme j'ai l'habitude de le dire, je ballade le harpon. Des fois je m'en sers.

Link to comment
Share on other sites

il y a 39 minutes, Ch'ti max a dit :

On dirait du Didier Deschamps. 

C'était pas dit sur le même ton. Mais c'est vrai qu'écrit, ça porte à confusion.

 

il y a une heure, dom85 a dit :

A mes débuts, je chassais avec un ragueur de 50cm de mon frère. Je faisais quelques soles et quelques girelles.... Puis j'ai acheté un fusil 90 avec poignée en métal gris(Un Beuchat?) je ne sais plus sa marque. Je n'ai sorti aucun poisson avec ce fusil, je dis bien aucun. Je l'ai perdu sur un congre et je me suis racheté un 75 sporasub. Je n'ai plus loupé un poisson par la suite. Je ne sais absolument pas pourquoi je loupais tout avec ce fusil mais quel bonheur de l'avoir perdu 1885602118_1(39).gif.8a030b84e10abd3392698c9b72dd9d0a.gif

Lorsqu'on loupe régulièrement, que le montage de l'ensemble est correct, c'est LBC, à l'époque c'était placard.Il ne faut pas insister avec un fusil qui tire dans les coins(à la condition que tout soit bon , hein?) Il y a incompatibilité entre vous et l'arbalète. Il y a 3/4 ans je commande un fusil, avec lequel j'ai tout raté, des poissons arrêtés alors que le chasseur qui m'accompagnait , lui sortait du poisson avec. Ce fusil est toujours au placard....

Essayez le fusil du copain et vous verrez bien si ça vient de vous ou du fusil, si vous continuez à louper, premier recours: l'ophtalmo

 

L'ophtalmo pas la peine, j'étais encore à 21/20 en 2018. A la médecine du travail, on m'a dit que j'aurai pu être pilote de chasse.
Réponse des collègues quand je leur ai répété : "T'aurais jamais réussi à entrer dans le cockpit". Pas faux.

En ce qui concerne le harpon, effectivement.
Mon collègue de dimanche m'a déjà proposé d'essayer son Beuchat Mundial 90.
Mon binôme habituel a un Beuchat Marlin 85. Je lui demanderai un essai à notre prochaine sortie ensemble.
Mon beauf en Balagne a pas mal de harpons qui prennent la poussière, je lui demanderai à en essayer un la prochaine fois que je monte.
Surtout qu'il m'a déjà semblé arriver à taper de plus loin avec mon 75 qu'avec mon 90.

Qui sait peut-être trouverai-je baguette à ma main ?

harry-potter-wand-ukulele-buying-450x321

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, kees_baloo a dit :

En Bref, je loupais déjà pas mal avant, mais le passage en double sandows n'a fait qu'empirer le phénomène.
Au point où j'ai terminé la session en n'en chargeant qu'un. Malgré que ce soit un sandow de 14 en coeff. 3 et quelques, la flèche a quand même traversé entièrement le seul poisson touché.
 

je connais quelqu'un qui t'aurai bien conseillé de mettre un mono sandow et une flèche de 6 ... mais bon 😄

Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, rouget a dit :

je connais quelqu'un qui t'aurai bien conseillé de mettre un mono sandow et une flèche de 6 ... mais bon 😄

Ma flèche fait déjà 6.25 x 120.
J'en avais une en 130 cm avant, mais la tête coulait quand j'avais le harpon en main.

Comme j'ai vu que les grecs mettent du 3x16 sur des flèches en 6.75, je me suis dit pourquoi pas.
Je vais effectivement repasser en monosandow, sans changer le reste.
Je pense que ça ne va pas tout solutionner non plus, j'ai essayé plein de choses mais je crois avoir un vrai problème avec ce harpon.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, dom85 a dit :

A mes débuts, je chassais avec un ragueur de 50cm de mon frère.

Ça c'est le problème quand on commence la chasse à 10 ans, les bras n'ont pas fini leur croissance ! 😂

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, kees_baloo a dit :


Ce qui me gêne avec le polystyrène, c'est que je suis à peu près certain de ne pas arriver à récupérer tous les petits morceaux après (ardillon, s'il cass, etc...)

👍

merci pour ce Cr.

le styrodur casse moins , et fait pas de petites billes  comme le ferait le  polystyrene. 

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, kees_baloo a dit :

Ma flèche fait déjà 6.25 x 120.
J'en avais une en 130 cm avant, mais la tête coulait quand j'avais le harpon en main.

Comme j'ai vu que les grecs mettent du 3x16 sur des flèches en 6.75, je me suis dit pourquoi pas.
Je vais effectivement repasser en monosandow, sans changer le reste.
Je pense que ça ne va pas tout solutionner non plus, j'ai essayé plein de choses mais je crois avoir un vrai problème avec ce harpon.

Les grecs qui chassent comme ça c'est pas pour tirer des merles de 300 grammes 😉

Si tu vise des poisson de 10kilos, la précision deviens relativement moins importante. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, Ch'ti max a dit :

Ça c'est le problème quand on commence la chasse à 10 ans, les bras n'ont pas fini leur croissance ! 😂

A dix j'avais comme livre de chevet la catalogue de Manufrance. Ils vendaient juste une paire de palme, masque tuba et 1 harpon. Ce que j'ai pu rêver devant....J'ai du attendre mes 16 ans pour m'acheter le matériel, on ne rigolait pas avec la loi à la maison!

Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, kees_baloo a dit :

Ma flèche fait déjà 6.25 x 120.
J'en avais une en 130 cm avant, mais la tête coulait quand j'avais le harpon en main.

 

6.25 pour 2 sandows, ne cherche pas plus loin

Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, kees_baloo a dit :

On n'est pas dans l'état d'esprit de certains anciens qui vont en mer pour principalement ramener du poisson, et trouver des moyens de donner du rendement à la précédente.
Je ne vise personne en particulier, il se reconnaîtra tout seul 😉

Dans ce cas laisse l'arbalète à la maison, ça t’évitera des frustrations

Link to comment
Share on other sites

Il y a 23 heures, kees_baloo a dit :

Je note les propositions.
Ce qui me gêne avec le polystyrène, c'est que je suis à peu près certain de ne pas arriver à récupérer tous les petits morceaux après (ardillon, s'il cass, etc...)

Par contre, je prends note pour le vieux bodyboard ou le couvercle de seau.
C'est vrai que je n'ai pas pensé à suspendre un truc par le haut 👍

Tu prend le polystyrène extruder ça ne fait pas de petites boules comme le simple polystyrène blanc , en compèt c'est l'extruder qui était utiliser pour le tir sur cible . Après ,libre est ton choix .

Link to comment
Share on other sites

Bien agréable ce CR.

Par ailleurs, j'ai une tendresse particulière envers ceux qui tapent à côté. Je me sens moins seul.

Je loupais souvent avant. Mais ça c'était avant. Maintenant c'est toujours sur la tahitienne.

Le truc ? A la place du poisson, j'imagine que c'est G.M quand elle me planque les clefs de la cave à vin. 

Quant à un conseil de configuration sandow. Peut-être en simple 16 ou 18 en blond moins pêchu mais plus accompagnant. Quant au coef.......2.8 ou 3. Dans un premier temps  c'est suffisant pour épingler de beaux poissons. 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, Guillaume83 a dit :

Si c'est 2X16  coefficient 3,8 c'est sur ! Mais en 14  en 3,5 ça le fait bien !

C'était bien du double 14. entre 3.3 et 3.5, Je ne me souviens plus trop.

Quoiqu'il en soit, j'en ai enlevé un. J'arrêterai de lorgner sur les dentex qui passent un peu loin. Bien que pas vus sur cette sortie, il m'est arrivé de les faire approcher à 4-5 mètres, mais c'est encore trop loin pour un tir.

Le 30/03/2021 à 05:48, dom85 a dit :

6.25 pour 2 sandows, ne cherche pas plus loin

Je mettais tout à côté en simple 16 aussi. Je me suis dit que ça valait le coup d'essayer 🤷‍♂️ j'ai eu tort.

Il y a 18 heures, ty mous a dit :

Tu prend le polystyrène extruder ça ne fait pas de petites boules comme le simple polystyrène blanc , en compèt c'est l'extruder qui était utiliser pour le tir sur cible . Après ,libre est ton choix .

Oui, j'ai vu ça après avoir commenté. Merci du conseil.

 

Le 30/03/2021 à 07:48, Le calamar volant a dit :

Parfois c'est le chasseur qu'il faut changer 😅. Joli CR, merci.

On m'empêchera pas de me mettre à l'eau. 🔱

Link to comment
Share on other sites

Le 29/03/2021 à 18:43, Adwa a dit :

Les grecs qui chassent comme ça c'est pas pour tirer des merles de 300 grammes 😉

Si tu vise des poisson de 10kilos, la précision deviens relativement moins importante. 

Pas faux, mais ils tirent de loin quand même.
Je pense que je sous-estime aussi l'effet de la profondeur sur la puissance de tir.

Parce que les grecs, ils prennent leurs mérous de 10 kilos à 30 mètres, en plus.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, Grandpère a dit :

Bien agréable ce CR.

Par ailleurs, j'ai une tendresse particulière envers ceux qui tapent à côté. Je me sens moins seul.

Je loupais souvent avant. Mais ça c'était avant. Maintenant c'est toujours sur la tahitienne.

Le truc ? A la place du poisson, j'imagine que c'est G.M quand elle me planque les clefs de la cave à vin. 

Quant à un conseil de configuration sandow. Peut-être en simple 16 ou 18 en blond moins pêchu mais plus accompagnant. Quant au coef.......2.8 ou 3. Dans un premier temps  c'est suffisant pour épingler de beaux poissons. 

 

Merci GP, mon couple et moi sont encore trop jeunes pour avoir ces divergences.
Comme dit plus haut, je suis passé sur le simple 14, j'en ai juste enlevé un, pour voir. Pour la suite : que sera, sera

De toutes façons, à force de tirer à côté, j'ai au cours des années bien affûté mon approche.
Les sars, labres et autres rougets approchent à moins de 2 mètres. Les gros sars, daurades et dentis attendront que j'apprenne à viser de loin (ce qui pourrait prendre encore quelques mois voire années).

Link to comment
Share on other sites

Le 30/03/2021 à 06:01, dom85 a dit :

Dans ce cas laisse l'arbalète à la maison, ça t’évitera des frustrations

Je laisse parfois l'arbalète à la maison.
Généralement quand madame ou un memebre de la famille est avec moi.
En gros 1 sortie sur 2 en été se fait à mains nues.

Au fil des années, ça ne m'a pas empêché de ramener un poulpe et deux soles

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, kees_baloo a dit :

Je laisse parfois l'arbalète à la maison.
Généralement quand madame ou un memebre de la famille est avec moi.
En gros 1 sortie sur 2 en été se fait à mains nues.

Au fil des années, ça ne m'a pas empêché de ramener un poulpe et deux soles

Fait de même avec les bars 😂

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Bon allez, petite mise à jour de mes aventures.

Week-end de pâques, et dernier week-end de tolérance pour les "grands déplacements".
On doit aller fêter les 60 ans de ma mère, on en profite pour descendre voir ma sœur à Corbara. On nous propose la maison d'Algajola appartenant à la famille de son chéri.
Surtout que maman a demandé des oursins pour son anniversaire Dimanche midi.

Mise à l'eau Samedi soir 16h30 avec le beau-frère pour les oursins.
C'est bien fourni, avec 3 à 4 pièces par apnée en moyenne, sur des apnées de 30 à 45s dans moins de 3 mètres, le quota de 3 douzaines chacun est atteint en 20 minutes.
On range notre quota dans une grosse lessiveuse/poubelle de chantier avec un peu d'eau de mer.
Il est 17h, les harpons nous font de l'œil, on est toujours en tenue... Retour à l'eau.

Au vu de mes déboires répétés avec le 90, j'ai sorti mon antiquité.
Le Imersion skwal 75 qu'on m'a donné sans flèche ni sandows voilà plus de 10 ans.
Il est remonté avec une flèche de 6.5 mm x 115 cm et une paire bi-brins de sigalsub extreme 17,5 mm 19cm.
Première observation, le chargement au second cran est un vrai défi. Je charge au premier cran, me ballade comme ça 2 minutes et prends mon courage à 2 mains pour charger au second.

Après une dizaine de minutes à remarquer que peu de poissons valables tournent, et que même les petits sont fuyants, je remarque un labre se mettant à trou sur 5-6m sous une roche dont la cime effleure la surface.
C'est l'heure de tester ma visée !!!
Dans mon esprit je vais de toutes façons le rater, je me pose 2m devant le trou, vise et tire.
Le poisson est sur la flèche, j'en suis aussi étonné que lui (même si c'est moins douloureux pour moi). Je lâche le harpon pour aller le récupérer.
Arrivé dans le trou, mon labre est toujours sur la flèche mais la flèche n'est plus attachée au reste du montage, le harpon est en surface 😬. J'attrape l'ensemble de ce qui est encore au fond et remonte aussitôt.
Le poisson s'avère être plus petit qu'estimé, il fait la longueur de ma main, une vingtaine de cm.
Dixit mon beau-frère : "Celui-là, tu le mets sur ta bouée, je veux pas qu'on croie que c'est moi qui ai fléché ça".
La flèche a cassé au niveau de l'encoche. Effectivement, ces sandows sont puissants. La flèche devait avoir un défaut, bien que je l'ai eue depuis longtemps, elle n'était pas souvent sortie. (non amis soudeurs et ferronniers, j'ai pas de photos, elle est dans le conteneur poubelle).

Je termine la sortie en suivant mon binôme.
On trouvera 100m plus loin une énorme araignée. Un mâle me dit-il (comment on les distingue ? J'ai oublié de demander). ma main écartée ne couvrira que 2/3 de la longueur de sa carapace. Son envergure "pattes écartées" étant presque aussi grande que moi et mes bras.
Pendant qu'on l'observera, un thon viendra nous jauger. Je ne l'ai pas vu, seul mon binôme à 3 mètres de moi aura pu apercevoir en limite de visi les pinnules et la dorsale  jaunes contrastant avec le bleu environnant. ça explique le comportement des poissons observés plus tôt.

En revenant au bord, on trouve une seiche de 400g. Le temps de discuter de la pertinence de la prise, elle est partie.
On la prélèvera 20 mètres plus loin planquée sous un lit de posidonies en décomposition.
 

Il est 18h50, l'heure de rentrer vite vite.
Le repas du soir sera un riz agrémenté de morceaux de labre et de seiche, avec un peu de paprika et quelques légumes.
Je fais un riz cantonnais pour madame et les ados un peu difficiles.

Link to comment
Share on other sites

la femelle à un pédoncule rond et bombé et des petites pinces à peines plus grosses que leurs pattes

femelle.jpg.3068256aa34e08da0c41d131c183901d.jpg

le mâle à un pédoncule en creux collé au corps et des grosses et longues pinces

772675401_mle.jpg.7624214aa2fa71b0ec0e59968605c431.jpg

 

 

 

Pour tes arbalètes, il vaut mieux une petite qui tire droit à chaque coup qu'une grosse qui tire dans les coins

Link to comment
Share on other sites

Après un bon barbecue dimanche pour l'anniversaire et une oursinade réussie, nous rentrons pour trouver la mer bien agitée.
Une possible sortie du lundi matin est compromise.

Lundi matin, je me lève de bonne heure (les joies de la parenté) et envoie un message à mon beau-frère pour le motiver à sortir.
Mesdames et enfants iront faire un tour à Ile-Rousse.

Môssieur me dit qu'il a un peu la flemme de sortir du lit, il me demande l'état de la mer.
Je prends ma fille sur le bras pour lui montrer la mer de 7h, me dirige vers la fenêtre donnant une vue imprenable sur la grande bleue et ne peux m'empêcher de réfréner un "Oh Putain" une fois arrivé devant.
Sous la fenêtre, 2 loups bien costauds prennent le soleil de l'aube sur une roche au bord. L'un d'eux a même la dorsale qui émerge. Ils surveillent un banc de mulets évoluant tout près.

Le conte de ce fait et la présence d'un autre chasseur plus matinal que nous finissant de convaincre, on sera en train de se prépare 15 minutes plus tard.
Mon beau-frère ramène pour me prêter deux 75 qui traînaient dans son garage. Un cressi comanche et un sporasub instinct.
Je remarque au passage que le sporasub instinct a exactement la même tête et la même crosse que le mares instinct GT maudit que j'ai volontairement laissé à la maison.
Je monte rapidement les sandows et obus de mon skwal sur le cressi et on part à l'eau.

Je suis prêt en premier, mets la tête sous l'eau pour découvrir une silhouette qui me surveille, et des formes floues passant juste un peu plus loin.
"Un loup" je ressort la tête pour prévenir mon binôme, il est bien trop loin pour le 75.
On part à la poursuite du banc de poissons vu. Je reconnaîtrai des saupes entre 1 et 1,5 kg en les rattrapant.
Je retrouve le loup au milieu du banc. Il gicle en direction opposée au milieu du banc, on le poursuit à deux.
L'un côté mer pour l'empêcher de gicler au large, l'autre plus en terre pour l'acculer.
Il nous recroise, mais trop loin pour le tir encore, avec 2 congénères... Et on les perd définitivement de vue.
Là-dessus on a été bêtes. On savait très bien qu'on avait 1 chance sur 1000 de le rattraper, et on s'est cramé après 10 min dans l'eau.

Bref, on avance, le raffut a probablement chassé tous les poissons à 100 mètres à la ronde.

En cette matinée, on a vite vu qu'il y avait un peu de poisson dans les herbiers un peu plus loin du bord.
Mon binôme m'appelle, il me demande d'aller doubler un mulet (du moins, c'est ce que j'ai compris) mal tiré.
Il y a 12 mètres de fond, je suis étonné qu'un mulet aille nager si profond, mais la flèche fichée dans les posidonies remue d'une façon indiquant avec certitude qu'un poisson s'y débat farouchement.
je prends un grand bol d'air, fais mon canard et descends avec le harpon pour doubler. Je largue mon plomb de bouée en bas et écarte les posidonies.
J'avais mal compris, c'est un gros ROUGET. Et sa taille me rend immédiatement un grand enthousiasme.
Le tir initial est propre, je dérague la flèche et remonte avec les deux mains autour du poisson pour ne pas l'abîmer avec la flèche toujours en travers de ses filets.
Je félicite bruyamment mon beau-frère. Il m'indique qu'il en suivait un encore plus gros mais que le tir sur celui-ci était trop facile pour ne pas être tenté.
Le poisson fait bien 30 cm, on tourne un peu sur zone pour trouver ses congénères vus auparavant.

Pas 5 min plus tard, je trouve un rouget encore plus gros. Il fouille une petite langue de sable entre une roche et une matte de posidonies.
J'appelle mon binôme, et descends dessus. Ou plutôt derrière, d'environ 10 mètres.
Je remonte en indienne sur le poisson fouissant le sable jusqu'au buisson de posidonies se trouvant juste derrière lui.
Le poisson s'est arrêté de fouir. Il a senti le danger, probablement entendu les posidonies frotter, mais ne m'a pas encore réellement identifié. Il est figé.
Je suis pile derrière lui, dans l'axe, son angle mort, entre les herbes tel un fauve tapi avant d'attaquer un troupeau gazelles.
Du coup je prends mon temps, aligne le poisson avec la flèche, approche encore un peu et lâche le tir... qui passera au-dessus. AARRGGH J'ai envie de pleurer.

Mon beau-frère a essayé de suivre le poisson paniqué de la surface, mais il s'est vite volatilisé dans le brouillard.
Ma seule consolation sera de ne pas l'avoir inutilement blessé.
Il me demande comment j'ai pu louper, je me demande aussi. Je regarde le harpon du dessus, pas de souci ; de côté, la flèche présente un voile sur toute la longueur. 😬
Je fais une blague pourrie comme quoi il chasse déjà mieux que moi et pas la peine de me filer une flèche tordue, on repart.

On reverra un rouget honorable mais petit comparé aux autres.
Celui-ci sera fuyant et au final plus malin que nous.

Pendant que je continue à chercher les rougets, mon binôme s'est rapproché du bord.
Je l'entends m'appeler, sors la tête de l'eau, et le vois brandir une drôle de bûche argentée.
Un loup de 40 et quelques centimètres, pas pesé malheureusement.

Je relate l'action :
Il voit le poisson de loin, passant entre les pierres, et descends pour évoluer en indienne dans un fond d'1m50 à 2 mètres.
Le loup le voit, plonge derrière une grosse pierre, puis saute vers une seconde.
Le chasseur s'approche de la pierre dans l'axe, s'attendant à la voir ressortir de l'autre côté et à faire un tir de 3/4 arrière.
Le poisson a fait demi-tour, et sort juste la tête pour jauger cette chose bizarre. Il a sorti la tête une seconde de trop, et a pris la flèche derrière l'ouïe.

On est ressortis peu après, en ne croisant que peu de poisson.
Mon beau-frère m'a donné les deux harpons qu'il a ramené 😁 La flèche du Sporasub semble droite, je referais le montage propre à la maison.

Le loup sera consommé le soir même ou le lendemain par ma soeur et son chéri tout fier de sa prise.
La dernière fois que j'en ai entendu parler, ils se disputaient pour savoir s'il serait fait en ceviche ou au four.

Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, dom85 a dit :

la femelle à un pédoncule rond et bombé et des petites pinces à peines plus grosses que leurs pattes

femelle.jpg.3068256aa34e08da0c41d131c183901d.jpg

le mâle à un pédoncule en creux collé au corps et des grosses et longues pinces

772675401_mle.jpg.7624214aa2fa71b0ec0e59968605c431.jpg

Merci chef.
Effectivement, pas moyen de se tromper.

Link to comment
Share on other sites

il y a 35 minutes, Le Cévenol a dit :

Bon, ... c plus possible là 😉 .... je vient en corse en juin ... je vais te descendre une paire de guns qui tirent droit !! 

Pourtant le comanche est un tres bon fusil. Ta un souci de fleche ! 

C'est bon, le comanche tire droit maintenant 😋

J'allais editer le CR de la chasse d'hier, mais ma fille s'est réveillée de la sieste.

Link to comment
Share on other sites

il y a 42 minutes, Ch'ti max a dit :

Très bons CRs, on dirait du Pagnol! (à prendre comme un compliment !) 

Merci ch'ti max.
Mes chasses manquent un peu de "prestige", surtout en ce moment.
Presque toujours en départ du bord, sur des créneaux de 2 à 4 h. Pas de courants de dingue, une profondeur d'évolution inférieure à 15 mètres dans 95% des cas, des prises très moyennes...

Du coup j'essaie de m'appliquer un minimum pour donner envie de lire.

Après je m'éclate, on voit plein de choses nouvelles à chaque sortie, on apprend.
J'aime découvrir plein de nouveaux spots, et faire du repérage pour savoir où chercher.
Je dois avoir 150 à 200 zones dans ma liste "à explorer", et une trentaine déjà faites.
L'inconvénient à changer de spot à chaque fois, c'est que je n'arrive pas à bien exploiter les zones.
Une dalle à sars est une surprise, je m'en rends compte qu'une fois que je suis presque au-dessus.
Un passage de dentex se repère dans le coin de l'œil, et ils sont repartis avant même que j'aie amorcé un canard.
L'avantage, c'est que je connais maintenant plein de beaux spots. Certains pour leur topographie, d'autres qui abritent de la vie, ou tout simplement des habitats particuliers permettant de viser une espèce ou "trouver quelque chose" sur le substrat.
Etant "jeune" dans mon coin, je préfère explorer, faire du tourisme.

Link to comment
Share on other sites

Personnellement, je préfère un beau cr sans poisson de prestige, qu'un beau poisson sans cr.

Donc encore merci pour ta prose, ça fait passer le manque d'iode du moment (fichus 10km...).

Link to comment
Share on other sites

Allez, dans la foulée.
Hier dimanche 18 Avril.
J'ai créé un petit groupe FB avec 1 ami et un collègue de travail qui sont maintenant mes 2 binômes de confiance sur le pays Ajaccien.
Après avoir cherché un coin sympa, pas encore fait, accessible à tous (10km), j'ai proposé au groupe d'aller explorer la jetée Tino Rossi et "la barge" : https://www.corse-images-sous-marines.com/la-barge-d-ajaccio-epave-de-corse
J'étais songé à tenir le lieu "secret", mais au vu du nombre de ligneux vus sur place, et ce qu'on a pu trouver au fond, je pense que la zone n'a de secret pour aucun local et doit être bondée en été.

Bref, mon collègue de travail peut venir, mon ami est au village. On sera 2.
RDV à 7h, on se rend au parking... payant 🤬 et pas moyen de se garer gratuitement à proximité.
La barge est sur 20 mètres, je prévois donc d'allonger ma corde élastique habituelle par 10 mètres de drisse flottante.
D'ailleurs, elle commence à craqueler et blanchir par endroits, cette corde élastique, vivement que les magasins rouvrent et que je puisse la remplacer.
J'enlève 2kg à mon lestage habituel pour prévoir la descente à des profondeurs inhabituelles pour moi.
J'ai remplacé la flèche du Comanche par celle du sporasub instinct et monté le nylon en double longueur, 
Récupéré les guides-flèches du sporasub instinct pour les mettre en guides supplémentaires sur mon Mares.
Ce dernier servira de deuxième fusil pour voir si maintenant il tire enfin finalement droit.

On se mettra à l'eau finalement vers 7h50, arriver jusqu'à l'eau demandant un peu de crapahutage entre les immenses tétrapodes en béton moulé.
Une fois dans l'eau, on a commencé par regarder entre les blocs tout au bord. leur forme permet aux sars et mulets de se déplacer librement dans un genre de labyrinthe en 3D. Si bien qu'à notre simple vue, ils giclent pour réapparaître 5 mètres plus loin. On ne sera pas assez bon pour arriver à quoi que ce soit dans ces conditions.

On avance de quelques mètres vers le large, je m'en vais "ancrer" ma bouée dans le sable pour ne pas être gêné entre les blocs. Comprendre lâcher le plomb largable de 750g auquel est attaché le fil depuis la surface.
Ici, on remarque que la visi est particulière. Une couche un peu laiteuse sur les 4 premiers mètres laisse ensuite place à une eau très claire.
Si bien que l'on distingue le fond presque de la même manière qu'il soit à 5, 8 ou 12 mètres. Seule la zone des +15 devient vraiment floue de la surface. De ce fait, je me laisse un peu surprendre sur les premières apnées. Un fond que je m'étais estimé à 7-8 mètres en avait en fait 5. L'apnée suivante, m'attendant à la même, je me retrouve à descendre sur 10 là où je penser en trouver 6. Rien qui porte à conséquence heureusement, mais à garder en tête.

Un peu plus loin, au-dessus du sable, une énorme banc de mange tourne et virevolte.
On y trouve indistinctement mendoles, picarels, bogues et des castagnoles à la couleur inhabituelle, variant du beige au gris clair au lieu des noirs, gris foncé et bleu nuit habituels. Leur densité et la surface couverte par le banc est telle que je me serai attendu à voir passer quelques prédateurs faisant exploser le tout, mais il n'en fut rien.

Les apnées faisant, je me mets à chercher la barge.
Vu la taille de l'objet et la précision avec laquelle sa position a été préalablement identifiée, il n'a fallu que quelques minutes pour la trouver, le temps de nager vers le point indiqué.
Une fois dessus, j'appelle mon binôme. Ma bouée est ancrée à 50 mètres et je dois aller la chercher.
Le temps d'aller chercher ma bouée (et de démêler cette p* de drisse flottante qui a fait des noeuds juste après la mise à l'eau), il a déjà fait une apnée dessus. (sécu ?)
Mon collègue me dit qu'il n'y a finalement rien de particulier sur la barge.
Je vais quand même aller me faire une descente dessus, je suis pas venu jusque là pour ne pas la voir.
A noter que je ne descends à plus de 15 mètres qu' 1 à 2 fois par an en moyenne. Je me prépare donc consciencieusement.

Descente une dizaine de mètres en amont (littéralement, le fond est en pente).
Les 10 premiers mètres passent crème, je me sens bien.
Arrivé vers 12, je regarde autour de moi et commence à me tourner pour glisser vers le bas de l'épave, avec pour idée de remonter en arrivant au pied du pont.
Je corrige assez rapidement vers le haut. La vie se trouve au milieu, voir en partie éloignée du pont.
Tout en planant, je me dirige vers l'écoutille, comme pour entrer. Les poissons savent qu'il y a là une entrée, et ont probablement déjà vu des dizaines de plongeurs le faire.
Mon regard trouve à portée un labre merle correct et un sar à tête noire. Mon dévolu se portera sur le Sar, qui ne semble pas me considérer comme une menace.
Je suis à 3m50/4m environ, Allongement du bras et longueur du harpon retrancheront bien 2 mètres à cette distance.
Je tire et... un sar qui se débat comme un diable avec une flèche visiblement plantée derrière l'oeil. YES !
Je ne suis pas encore à mon aise avec ces profondeurs et préfère remonter immédiatement plutôt que d'essayer de le récupérer.
La flèche semble bien plantée, j'espère qu'il ne se déchirera pas en remontant en surface.
Arrivé en haut, tout va bien, le sar est toujours sur la flèche bien que l'un de ses yeux soit exorbité par la différence de pression. Temps total de l'action, 59'
Rétrospectivement, je n'ai pas du tout eu l'impression de pousser mon apnée. J'aurais largement pu aller appréhender le sar à la main et moins l'abîmer à la remontée.
Mais bon, mieux vaut prévenir.

Après ça, on retourne longer la digue. Je remets mes 2 kg de plomb pour revenir à mon lestage habituel et range la drisse flottante.
C'est la saison des amours pour le crénilabre paon, et ça se voit. Mâles et femelles virevoltent dans tous les sens sur la digue. C'est là que l'on voit la "vraie" concentration que peut avoir une espèce donnée sur une zone. On ne voit qu'eux, partout, ils sont complètement absorbés par leur activité nuptiale et ont bien de la chance que je n'en mange pas.
Mon binôme en prélèvera tout de même un parmi les plus gros, ainsi qu'un rouget barbet tout juste maillé et un serran écriture pour la soupe.
Un peu plus loin, un poisson mystère fera son apparition. J'ai à peine eu le temps de voir passer un poisson moyen à gros, probablement du kilo. Un sparidé avec des bandes larges, verticales, claires et foncées, je n'ai pas eu le temps de juger de la couleur. C'était donc probablement un sar tambour, un denti ou un pagre dans leurs livrées nocturnes.
Il était très nerveux et peu profond (10 mètres), donc je parierai sur la seconde option.
Arrivé en bout de digue, on retrouve un horizon de grandes dalles, ponctué de quelques blocs et de langues de sable. Il n'y a pas vraiment de végétation en dehors de quelques algues fixées. La profondeur est inférieure à 6 mètres sur toute la zone.
Je repère un labre vert se cachant au loin derrière une pierre à peine plus grosse que lui.
Je descends de l'autre côté de la pierre et en fait le tour. Lui aussi fait le tour pour m'éviter, à se prendre pour Tom & Jerry courant autour de la table.
Je le retrouve de l'autre côté là où je suis descendu et le tire de 3/4 arrière dans la région de la tête.
Il se débat 2 secondes, un peu de sang, puis se décroche et va se cacher dans un trou à peine meilleur que la première cachette.
Je le suis, reste au-dessus du trou en sentinelle tout en rechargeant la flèche dans la cassette, fil sur le guide, sandows.. Aille la flèche était mal enclenchée, faut tout recommencer.
Mon binôme est arrivé entre-temps, je lâche le harpon devant le trou en question et lui fait signe d'aller tirer. Il descend et flèche le poisson sans effort.
L'autopsie nous révèlera que mon tir est passé par l'ouïe, relevant juste la première écaille derrière celle-ci. Pas un mauvais tir, juste pas de bol. 1 cm plus à gauche et ça ressortait par le globe oculaire.
Le poisson fait une trentaine de cm. Il est plutôt fin.

On continue jusqu'au bout de la citadelle, sans trouver beaucoup plus de vie.
Les sars sont présents mais ne s'aventurent pas plus près que la limite de visi, à 15-20 mètres.
Je trouve une flèche de harpon, voilée et cassée à la pointe. Elle rejoindra la benne.

Retour dans les dalles, on aura pas plus de chance.
Mon binôme trouvera une canne à pêche complète avec moulinet et tout, mais totalement HS. Même perspective que pour ma flèche.

Anecdote sur zone : je me suis posé derrière un petit bloc pour faire un agachon face au sable, quand je vois du mouvement à une dizaine de mètres à ma droite.
Mouvement d'un gros truc gris foncé que j'identifie rapidement comme une murène fonçant droit sur moi. C'est la première fois que je vois ça.
Je n'ai aucune intention de la tuer, l'idée me vient de l'intimider pour qu'elle me laisse faire mon agachon tranquille.
Je me tourne face à elle pour me "grossir" de tout mon corps mais elle continue de venir droit sur moi.
En dernier recours avant de l'embrocher, je tourne mon harpon face à elle. La pointe vers le museau.
Elle ne s'arrête toujours pas mais ralentit jusqu'à taper la pointe de ma flèche avec le museau.
A ce moment, elle s'arrête finalement pour se mettre dans la position défensive caractéristique : En ressort, face à moi, gueule ouverte.
Elle est à moins d'un mètre de mes côtes, je lui concède la victoire au jeu d'intimidation et remonte en surface tout en surveillant qu'elle ne m'ai pas poursuivi jusque là.
Mon collègue me dira après qu'il les mange, lui. Je lui ai promis de tirer pour lui la prochaine murène qui voudra me faire fuir.

Mon binôme fera un labre vert à son tour, de couleur rouge. Le sien est à peine plus court, mais aussi un peu plus épais que le mien.
Pas de vainqueur au concours de quéquette, donc.
ça me fait penser qu'il ne m'a pas dit s'il avait bien mangé ou si c'était une femelle pleine, au final.

Retour en digue où nous n'aurons pas plus de succès qu'à l'aller.
Je regarde mon binôme faire une descente et voit un petit rouget devant lui, quand un mulet sort d'un trou en mode voltige. Il change de cible et part après le mulet.
Le poisson trop nerveux le mettra totalement dans le vent. Il n'a même pas pu essayer de tirer.
Je me ballade un peu dans les anfractuosités entre les tétrapodes, mais je me trouve à chaque fois plus surpris que le poisson d'en rencontrer là.
Sars et mulets me feront la nique pendant 15 minutes, je trouverai un vélo qui y est probablement toujours.

Je me rabats sur quelques agachons.
Un beau sar restera juste hors de portée du 75. Un 100 aurait pu l'atteindre😬 Je n'ai pas tenté le diable.
Sur un autre agachon, tous les gros sars se sont barrés dès que ma tête a pointé derrière la pierre.
Peu de chance qu'un prédateur passe par là, mon binôme est en surface, 5 mètres derrière et à ma droite (côté large).
Je pose le harpon, croise les bras et admire le spectacle de petits sars et roucaous entre les pierres devant moi, et de mange composée de mendoles et castagnoles en haut. Où que je regarde, la vie foisonne. Le soleil est déjà un peu plus haut et créé de beaux jeux d'ombres avec les tétrapodes.
Si bien que cette apnée, sans la pousser, se terminera à 1"16' dont près d'une minute à batifoler.

Je mets encore la tête dans 2-3 trous.
A la dernière remontée, je remarque que mon binôme est en train de décharger le harpon.
Je vais pour lui demander ce qu'il fait quand je réalise où nous sommes : au point de départ.
Je fais de même, on s'extirpe de la digue pour aller se changer.

Au café, on se promet de retourner sur ce spot qui n'abrite pas particulièrement de gros poissons, mais tout de même très agréable à fréquenter et à chasser.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, kees_baloo a dit :

On trouvera 100m plus loin une énorme araignée. Un mâle me dit-il (comment on les distingue ? J'ai oublié de demander).

c'est ballot d’être dans un des rares coin de med où il y a plein d'araignée, et que ça soit interdit

bon heureusement qu'il y a largement de quoi se rattraper autrement 😍

Link to comment
Share on other sites

Je n’en avait jamais vu, mais apparement ici c’est la période, et elles sont partout c’est assez impressionnant. 

les mâles ont des pattes et pinces plus imposantes que la femelle. 
a cette période les femelles sont « grainée » elles portent les œufs. Si tu as vu les deux la même sortie tu ne peux plus avoir de doute ensuite.

Comme souvent ce n’est interdit que si c’est gratuit... tu as parfaitement le droit d’aller en acheter  (25e piece environ). Quand tu payes l’animal renaît systématiquement sur son lieu d’origine, ainsi que son père et sa mère.

Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, TONIDO a dit :

. Quand tu payes l’animal renaît systématiquement sur son lieu d’origine, ainsi que son père et sa mère.

c'est donc pour ça 😄

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
×
×
  • Create New...