Aller au contenu

Messages recommandés

Source MARITIMA

840_medias_photos_alaune_img-0751-636737

L'incident est quasiment passé inaperçu dans l'été, mais la pollution semble plus importante que prévu

L'affaire remonte au 24 juillet dernier. La direction de Naphtachimie Lavéra rédige un communiqué de presse. Une fuite interne au vaprocraqueur laisse passer des hydrocarbures dans l'eau de mer, de l'huile de pyrolyse très exactement, une sorte de fioul. Selon l'industriel, la fuite est stoppée et des moyens de pompages sont rapidement mobilisés pour récupérer les hydrocarbures surnageant dans l'anse Auguette.

Les pompiers du Grand port maritime de Marseille interviennent aussi pour éviter que la pollution ne s'étende davantage et ne sorte du bassin de rétention, sécurisé par des barrages flottants, où sont collectées les eaux de refroidissements de la plateforme pétrochimique. Un bassin qui rejoint ensuite la Méditerranée via des siphons.

Dans son communiqué du 24 juillet, Naphtachimie affirme que les hydrocarbures surnageants ont été pompés et que les opérations de nettoyage se prolongeront le jour-même et le lendemain. Sauf que deux mois plus tard, on constate encore que des opérations de nettoyage ont toujours lieu. Car si la partie flottante des hydrocarbures a été récupérée, la partie lourde est restée au fond de la mer. L'industriel devra rendre compte des impacts sanitaires sur l'environnement.

__________________________________________

Le 24 juillet dernier, la société Naphtachimie faisait face à une fuite d’hydrocarbure dans son bassin de rétention. Fuite qui s’est ensuite propagée dans la Méditerranée. Deux mois après, les opérations de nettoyage se poursuivent.

C'est une faille interne dans le vapocraqueur de Naphtachimie qui est à l'origine de cette accident écologique. Une fuite d'huile de pyrolyse issue d'une canalisation située dans un échangeur. Si, dans un premier temps, les hydrocarbures se sont déversées dans un bassin de rétention, elles se sont ensuite propagées dans la Méditerranée (située à proximité puisque son eau permettait de refroidir ces fameuses canalisations). Selon la direction, la plus grosse partie de cette fuite a été contenue dans ce bassin, celle échappée dans la mer est moindre, toujours selon la direction, mais sans pouvoir avancer de chiffre.

Deux mois après, les opérations de nettoyage se poursuivent. Si cette huile, dont la consistance se rapproche de celle du fioul, flotte comme toutes autres huiles (et c'est cette partie qui a été ramassée dans un premier temps, le jour même), elle a aussi une composante lourde et c'est sous forme de boulettes qu'elle repose désormais à six mètres de profondeur sur une surface de 80 mètres par 20 (estimation de Naphtachimie).

Une équipe de 6 scaphandriers s’attellent, chaque jour, par rotation, au ramassage manuel de ces boulettes d’huile de pyrolyse. Une quarantaine de sacs de 50 litres sont ramenés à la surface quotidiennement. Nous connaîtrons la quantité d'hydrocarbure prélevée à la fin de cette opération qui doit encore durer quatre semaines, puisque d'après le directeur Hygiène, Sécurité et Environnement, Didier Mené: " Pour l'instant c'est compliqué d'évaluer la quantité extirpée des fonds car c'est un mélange d'hydrocarbure, de sédiments et de terre. Il faudra faire la séparation pour donner la quantité finale."

Les autorités, la DREAL et la Police de l'eau, ont demandé au pétrochimiste de mettre en place un plan de suivi de l’impact environnemental. Des prélèvements sur les sédiments mais aussi sur la faune et la flore maritimes vont être réalisés. Les résultats de cette étude seront connus avant la fin de l’année.  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu comprends fallait pas faire fuite les touriste.

Même moi qui travail en grue à Naphtachimie j’en est pas entendue parlé.

Sa me fait pensais à l’usine fibre excellence de tarascon qui purge leur ligne dans le Rhône par dérogation préfectorale, en échange ils payent plusieurs million par an à l´etat pour le droit de rejet dans le Rhône.

Surtout quand on te dit qu’il y a un mois ils ont versé 50.000 litres de térébenthine par erreur au lieu de 50.000 litres d’acide tu comprends pk hulot à demitioné.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personne autour de moi, famille, amis, potes du boulot n'en ont entendu parler ??!!!

Bien gardé d'en parler…..on comprend pourquoi….🤐

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Scandalisé, personne n'en parle, c'est juste incroyable. Si l'on fait une infraction on nous plombe même bénigne, on bloque de véritable pan de notre côté méditerranéenne afin de préserver les espèces et nous locaux on n'a d'autre choix d'aller encore plus loin, on nous demande des justificatifs pour pêcher à tire-larigot et lorsqu'un groupe pétrochimique fait une boulette on ne dit rien il envoie ses scaphandriers il va leur verser une belle somme et hop à l'as.

Alors pourquoi ne pas juste interdire le pétrochimiste de ré-ouvrir et hop on le dégorgeage suivit d'une forte amende et d'une obligation de nettoyage. Je ne sais pas mais si l'on commet une grave infraction on ne nous permet pas la possibilité d'en refaire une autre ? La société est toujours ouverte et continuera d'exercer malgré la destruction encore de la faune aquatique.

Certes, ils vont leur filer amende et tutti quanti mais bon soyons francs pour eux c'est une goutte dans l'océan (jeu de mots ;)). C'est une des forces des grands groupes pétrolier, celle de faire leur propre loi et s'arranger avec celle des pays comme la France. Bref, vous l'aurez compris je suis énervé et dégouté car notre belle bleue prend encore un coup dans l'aile alors qu'elle ne demander rien et d'ici quelques années ce sont nous les locaux, les chasseurs, les pêcheurs qui en paieront les conséquences.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faut savoir que les groupes pétrolier en France pour qu'il ne ferme pas, l'état les aide sous forme de financement de gros projet donc une bavure de plus çà justifiera un gros projet de plus qui maintiendra l’économie local.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il y a eu bien pire dernièrement.

une efflorescence inhabituelle d'une micro algue qui développe de toxines mortelles pour l'homme, cette efflorescence était du aux incendies et au vent qui a rabattu les cendres sur la mer.

cette micro algue n'avait jamais été observée en telle quantité en méditerranée.

(source, IRD Marseille)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×