Jump to content

Requin blanc

Membres
  • Content Count

    136
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutre

About Requin blanc

  • Rank
    Membre
  • Birthday 03/26/1985

Autres infos

  • Genre
    homme
  • Hobbies
    Chasse sous-marine, chasse à l'arc, pêche, escalade, course à pied, VTT, etc...
  • Prénom
    J-C
  • Club
    aucun club

Infos Membre

  • Département, région, ville
    Nantes
  • Mon équipement
    sddq

Recent Profile Visitors

3,990 profile views
  1. J'irais même plus loin : On a tout avalé et remplis nos gourdes pour en profiter le lendemain tellement c'était bon !! 🤣
  2. Yes possible s'il y a du mou, mais je n'ai jamais eu de problème de ce genre pour l'instant (je ne tire pas que des maigres avec mon gun, ndlr).
  3. Hi reg85, Merci pour ton commentaire. C'est sympa d'avoir des retours positifs et encourageants car mine de rien la rédaction et le montage, ça prend un peu de temps... 😅 Pour la profondeur, Tato a déjà mentionné ça + haut dans les commentaires : il y avait dans les 10-12 mètres. Pour l'instant j'ai toujours vu les maigres entre 10 et 15 mètres mais c'est très lié aux profondeurs auxquelles je plonge habituellement...
  4. Hello, oui on avait déjà parlé. En fait le guide fil était parti tout seul un jour. Je comptais le changer, mais à force je trouvais que ça ne marchait pas moins bien sans... Du coup j'ai laissé comme ça. J'ai pareil sur mon 75 et cela ne me gêne pas du tout. Mon moulinet a déjà un guide fil en sortie de bobine donc ça ne change pas grand chose... Par contre, le truc super important selon moi c'est de ne jamais trop garnir une bobine de moulinet car c'est là qu'on fait des perruques. Encore une fois, il s'agit de mon humble avis personnel que tout le monde ne partage peut-être pas...
  5. Salut Éric, Je ne prétend pas détenir la vérité absolue niveau travail du maigre après le tir, mais comme tu le dis, les fonds sont assez propres dans cette zone précise comme sur mes autres zones à maigres d'ailleurs. Je suis conscient que sur un fond très accidenté, on ne pourrait probablement pas agir de la même manière. Après, tu le sais bien, quand on tire un gros poisson comme cela, on agit à l'instinct suivant ce que l'on juge le plus judicieux. À bien y repenser, je ferais pareil dans les mêmes conditions. Sinon, je te confirme bien que nous faisons des sorties dédiées au maigre et mes deux derniers ont été pris ainsi (on ne tire pas le bar et on se concentre sur les tout gros). Après il y a forcément des retours bredouille que je ne mentionne pas bien évidemment. 😉
  6. Salut Le calamar, Le premier tir est "plein fer" juste au au-dessus de la colonne. Le tir de doublage est de haut en bas à gauche de la colonne (cf. vidéo). 😉 Pour l'instant le seul maigre que j'ai perdu c'est à cause d'un moulinet qui s'emmêle (cf. mon autre vidéo de maigre). Du coup j'ai vidé un peu la bobine qui était remplie à ras bord et depuis plus de soucis (je touche du bois).
  7. J'ai mis le lien, mais je ne sais pas comment l'incruster directement dans un post ?? Un admin peut m'aider svp ?
  8. Merci barravel !! C'est toujours un plaisir d'écrire des récits comme celui-ci... 😉
  9. Hello à tous, Ci-joint un CR d'une sortie estivale 2020 + que sympa avec notre cher Tato bien connu du forum. Bonne lecture à tous !! "Nous avions bien préparé notre coup avec Tato. Ce créneau de marée était un des rares de l’été pour viser les gros (très gros) poissons de la zone ciblée !! Arrivés la veille au camping à deux pas de la cale de mise à l’eau (histoire de partir tôt le matin), nous sommes sereins pour entamer les deux jours de pêche de notre weekend qui se veut « orgasmique ». Un bon petit graillon le soir entre potes, une nuit réparatrice dans le petit Van aménagé de l’ami Tato et nous voilà debout à 6h pour être les premiers sur les spots !! Le boat est déjà fin prêt à mettre à l’eau avec tout le matos à bord (préparé la veille au soir). Nous sommes au taquet, mais découvrons que nous ne sommes pas les seuls chasseurs ayant eu cette bonne idée en arrivant sur la cale. On se dépêche de descendre le bateau de la remorque. Je démarre pendant que Tato va déposer la remorque et son Van + loin. La clé du bateau tourne quand… « craacraaacraaacraa… » un horrible cliquetis se fait sentir et rien ne démarre. Horreur !! Je retente quelques fois, mais rien n’y fait. Le démarreur semble ne pas réussir à lancer la machine. J’ai pourtant bien dessalé le moteur pas plus tard qu’il y a quelques jours et tout marchait nickel... Je suis à jour d’entretien et ne comprend pas ce qui se passe. 😭 Après avoir tout essayé + tenté en vain de lancer le moteur à la main en décalottant le capot (super dur : le Honda 50cv est loin d’être une tondeuse à gazon!!), nous sommes plus ou moins convaincus qu’il s’agit d’un problème de batterie car la trim semble avoir du mal à monter/descendre. Nous avons déjà perdu une bonne heure et nous tentons "l’appel à un ami" de Tato qui habite dans le coin. Bingo, il a une batterie qu’il nous apporte et qui, houra !! … ne règle rien au problème. « Ô rage, ô désespoir !! (…) N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? » Nous voyons notre super weekend nous échapper et nous retentons le tout pour le tout : re-démarrage à la main. C’est notre dernier espoir et… ça démarre !! Youpi. Il est 10h45. 😝 Bon, à ce stade-là, vous allez tous me dire que c’est « super inconscient » de partir avec un moteur qui ne tient pas la route, mais c’était THE moment de l’année et on était prêt à risquer un rapatriement d’urgence et une journée pour le coup VRAIMENT foireuse pour ça. Les coins que nous comptions fréquenter seraient sans gros rochers découvrant et il n’y aurait aucun souci « immédiat » de s’échouer si le moteur nous lâchait en cours de route. On se dit qu’il suffira simplement de ne pas éteindre le moteur de la journée. En sortant du port, je vois que la mer bouge un peu. J’attache mon coupe-circuit à ma jambe, me tourne pour attraper ma veste de quart et… le moteur s’arrête. 😵 Gros silence… Je croise le regard de Tato. Ses gros yeux emplis de larmes trahissent son profond désespoir. Je me dis que c’est bien mort ce coup-ci. Au moins on aura essayé et heureusement qu’on est pas parti trop loin avec ce maudit bateau… mais en fait, je viens juste d’arracher le coupe-circuit. Ouf !! On décalotte le moteur, on le relance non sans effort, mais on repart !! Ce weekend nous appartient, c’est le nôtre !! Nous nous serons accrochés, mais pas en vain… 😆 Arrivés sur les premiers spots, l’eau est vraiment beaucoup plus claire que prévu et la vie complètement absente. Nous tentons plusieurs dérives, mais il faut se rendre à l’évidence, ce n’est pas ici que nous ferons notre pêche. Pourtant c’est bien « the » bonne zone à gros pépères et ça sent bon… Nous changeons plusieurs fois de coins, trouvons finalement un petit spot qui concentre de la vie et faisons une pêche très honorable. Il commence à se faire tard. Le moteur a bien tourné toute la journée sans faille. Nous commençons tous les deux à fatiguer un peu, mais j’ai envie de retenter la zone du matin avant de rentrer… En arrivant sur place, l’eau est beaucoup plus sale qu’auparavant (moins de 2m de visi) et on commence à voir quelques beaux echos au sondeurs. Ça sent plutôt très bon et je nous place pour une première dérive. Je me ventile tranquillement et attend de bien « sentir la vie » sous moi pour descendre. Ça y est, je fais mon canard et me laisse couler tranquillement. Alors que j’arrive au fond, je tombe sur un banc de plusieurs énormes daurades royales. 😱 J’effectue un tir réflexe et sèche celle qui me passait juste dessous. 4 kilos vidée !! Ma plus grosse à ce jour ! Youpi !! Quelle scène incroyable. 😍 Tato, qui n’était pas trop loin, a vu le banc passer et en rate une du même gabarit. Je rejoins le bateau pour décrocher ma prise. Le temps de la mettre dans la glacière (et d’achever de remplir cette dernière), il faut nous replacer pour l’ultime dérive de la journée. Je suis super heureux pour ma royale, mais nous ne sommes pas venu pour ça. Je continue à y croire. La vie est revenue et le seigneur des lieux doit être dans le coin, c’est sûr !! 😈 Je positionne le bateau en très léger décalage par rapport à la royale dérive précédente histoire de ne pas balayer inutilement un coin déjà dérangé. Je me ventile correctement en attendant la sensation de vie sous moi et j’y vais. J’entame ma coulée et, alors que j’arrive presque au fond, j’entends un magistral claquement de caudale comme jamais encore je n’en avais entendu. J’en ai presque eu mal aux oreille tellement le bruit était fort. J’ai dû me taper dans un sacré bestiau et c’est pas un bar qui peut faire un tel boucan !! Je poursuis ma descente, me pose au fond et attend que la bête revienne jauger l’intrus. Je sais qu’il va revenir et je scrute les alentours. Un petit bar m’arrive de face quand enfin j’aperçois le paquebot sur ma gauche. Je force sur la crosse pour tourner le fusil avant que la bête ne disparaisse dans l’eau trouble. La flèche s’aligne ¾ arrière, le bras se tend et je déchaîne les foudres du monstre qui emporte la flèche dans un nuage de sable/vase. 💨 Arrivé en surface, le moulin du fusil se vide à vitesse grand V. Je l’ouvre, vérifie qu’il se déroule proprement, avant d’hurler à Tato l’état de la situation : « Gros maigre, vite prend le bateau, très gros maigre !!! » (plus trop sûr de la prose du moment, mais c'était le méga "branle-bat de combat"). Je sens directement que le client n’est pas le même que mon 20 kilos de l’année passée. C’est un vrai bulldozer sous-marine qui me tracte comme un vulgaire caniche cramponné à sa laisse. J’adopte toujours la même technique que pour mes précédentes rencontres avec le maigre : Je laisse le fil du moulinet se dévider entièrement. Je le tiens entre mes doigts. Quand le maigre envoie un rush, le fil m’échappe doucement des mains sans risquer de brider/décrocher l’animal. Dès qu’il se calme, je ravale le fil, puis il m’en reprend et ainsi de suite... Cette méthode est optimale, mais il faut bien faire attention de ne pas avaler le fil qui traine très loin derrière moi avec l’hélice du bateau. Après environ 10-15 minutes de lutte, je sens le maigre faiblir et j’arrive à remonter jusqu’au-dessus de lui. J’ai toujours le cœur qui tourne à fond avec un super stress de perdre ce bel animal. Je n’ai revu ni le maigre ni la blessure depuis le tir et suis bien incapable de jauger de la qualité de l’atteinte. Il faut absolument le doubler pour éviter tout risque de le perdre. Tato me charge un fusil sur le bateau, s’approche de moi en faisant bien attention au fil de mon premier fusil, et me tend l’arme. Je travaille encore un peu le maigre, arrive à nouveau à l’aplomb de la bête et descend le doubler. En tirant, je vois que ma première flèche a complètement déchiré le flanc de l’animal et ne tient plus que sur un bout de chaire. J’explique la situation à Tato qui se met à l’eau pour tirer l’animal une troisième fois par sécurité. Il faut bien faire attention à ne pas s’emmêler dans les nombreux fils que je tiens jointivement, mais nous commençons à pouvoir brider la bête maintenant. Le rapport de force s’inverse enfin et nous monterons le poisson dans le bateau exactement 23 minutes après le tir (vidéo à l’appui). Ma première flèche s’est finalement décrochée de l’animal en fin de combat et heureusement que les trois guns sont bien emmêlés entre eux car sinon je perdais le fusil et la GoPro dans le feu de l’action !! 🤪 Le maigre est magnifique. Il accusera 35 kilos vidé sur la balance. Tato fait encore quelques dérives durant lesquelles il entendra grogner les maigres, mais sans les voir. Nous profitons des derniers rayons de soleil pour faire quelques prises sous-marines avec THE poisson du jour et mettons le cap sur le port pour une séance découpe de filets de maigre improvisée. Nos deux grosses glacières sont remplies à ras bord de chaire de poisson. Inutile de vous dire que nous n’avons pas re-chassé le lendemain. Nous terminons cette belle escapade une bière bien méritée à la main en rentrons dans la foulée. Je vous poste la vidéo complète de l’action pour vous faire une idée de ce que l’on ressent dans ces circonstances-là dans quelques minutes… (le temps de finir la compilation et de publier sous Youtube) Bon visionnage à tous, et au plaisir de vous raconter d’autres sorties mémorables et pleines de rebondissements comme celle-ci !! 😎 NB : Pour le souci de démarrage du boat, c’était simplement mon coupe-batterie qui avait rouillé car nous avions jeté dessus, lors de la sortie précédente, des vestes de quart trempées d’eau de mer… Je suis dégoûté de ne pas y avoir pensé le matin même car ça aurait pris 3 minutes à shunter. En même temps, on aurait peut-être pas pêché dans les mêmes conditions sans ce contre-temps. Un coup du destin ?? 🙄 Requin blanc
  10. Hello thearthur, Ok, je passerais vous voir si je passe dans le coin de Piriac (je répond avec un autre compte, mais je suis la même personne = j'avais paumé mes identifiants de compte "Requin blanc" et je viens de le retrouver à l'instant). PS : je recherche toujours un coéquipier pour demain en boat !! 😁 @ +, J-C
  11. Hello, Je propose une sortie boat demain secteur 44/56 à définir ensemble. Partage frais essence et départ/covoiturage Nantes possible. Merci de m'envoyer un MP si intéressé. @ +, RB
  12. Salut à tous, Je propose une sortie boat ce lundi (première sortie de l'année pour moi). Mise à l'eau vers 12h et sortie vers 21h. On verra pour la zone exacte, mais ce sera sûrement dans le 44. Participation aux frais d'essence et bonne humeur. Répondez moi en mp svp... RB
  13. Cette AM vers Piriac: Belle machine à laver avec 1 voire 1,5 m de visi... gloups
×
×
  • Create New...