Jump to content
Sign in to follow this  
matt8356

Syncope !

Recommended Posts

Bonjour à tous

 

Je sais que le sujet des syncopes à etait pas mal traité sur le forum , le but de ce post n'est pas forcement de répéter les questions souvent traiter de type " quelle sont les signes precurseur..... " mais plutot d'avoir un retour sur les circonstances et les conditions qui ont provoquées la syncope .

 

Est ce que vos syncopes ont eu lieu: lors d'apnée pousser ou dans des temp d'apnée normal ?

apnée dans des profondeur superieures à vos habitudes ?

mauvaise condition physique , mental ou fatigue ?

mauvaise préparation de l'apnée en surface ...?

 

En espérant que le sujet soit bénéfique pour l'ensemble de la communauté !

 

 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jamais fait de syncope et je prie pour ne jamais en faire. Trubridge apres une grosse syncope a perdu le gout pendant plusieurs semaines. D'autres ont constaté que les syncopes se déclenchait de +en + tot, c'est un mécanisme de défense...

 

Quelques csm font regulièrement pcm et syncope par ici. Ce sont tous des gens mal formés et qui poussent trop leurs apnée. Mm si ce sont des gars sympa, je refuse de chasser avec eux. Trop dangereux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

A qui ? Trubridge ? Oui, il est champion du monde et fait des syncopes à chaque fois qu'il tente un record, sauf s'il en établit un nouveau ! ;)

Dernière compet : DNF syncope, CW syncope, FIM champion du monde, tout ça dans la même semaine.

 

 

A mes potes CSM qui font n'importe quoi ? Un seul à une vague excuse : il ne sent pas du tout, jamais, le besoin de respirer. Petite excuse, parce que dans ce cas-là, tu plonges à la montre. Pour tous les autres, c'est que ce sont des bourrins qui poussent trop leurs apnées et qui n'ont jamais eu de formation spécifique à l'apnée. Des dangers publics d'autant que ce sont des chèvres, même en tant que binômes, incapables d'assurer une sécu digne de ce nom...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour moi ,plongée toujours limite en profondeur et poissons qui pose problème ou qui arrive un peu tard ;) .... Jamais je n ai fait une syncope dans une apnée meme en limite de profondeur sans qu il y ait une "histoire" avec un poisson :(

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'accord avec eric et guillemot

C'est toujours pour avoir voulu pousser trop loin l'apnée, quelque soit la raison

 

Tony Salvatori a fait pas mal de syncopes, même s'il chasse régulièrement à 45m, c'est pas spécialement un exemple à suivre ces recherches de grandes profondeurs, donc d'apnée longue

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les syncopes faites des gars du clubs : apnées trop poussées mais avec sécu à "un bras de distance" donc ils savaient pourquoi, aucun en mer à ce jours (on touche du bois) car on insiste beaucoup la dessus au club.

Un des membre était (il prend plus de marge maintenant donc n'en fait plus) un "spécialiste" de la syncope car lors de apnées poussées il ne la sent pas venir, si on peu la sentir....mais c'était toujours lors d'apnées poussées: besoin fort de respirer mais pas de fourmis, ni jambes plus lourdes que d'habitude, pas de vision trouble, pas de spasmes du diaphragme non plus. Juste le trou noir sans aucun souvenir de ce qui s'est passé, avec les copain qui le tiennent en surface et qui n'avaient pas vu non plus de changement dans son palmage, par contre gros lâché de bulles.

 

Quand on est en sécu on surveille:

modification dans le palmage (perte de régularité, accélération, arrêt), dérive de trajectoire, lâché de bulle même si ce dernier point n'est pas systématique, une des dernière le gars n'a pas lâché de bulles mais s'est cogné dans le mur sans réagir et sans remonter et souriait comme un benêt sous l'eau pendant quelque secondes avant la PCM ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

en piscine, rien vu venir, j'ai eu l'impression de remonter tranquille.

merci a tous pour vos reponces ,

 

généralement dans tes apnée ,est ce que tu perçoit les signes d'alarme : envie de respirer , contractions du diaphragme..... ou tu n'est pas sujet a tous ces symptômes ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

envie de respirer

Si t'as pas l'envie de respirer en apnée, t'as un problème :blink: .

Pour ma part ca commence par des contractions du diaphragme puis des picotements (comme des "fourmis") qui commence aux extrémités des membres.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous parlez de syncopes sous l'eau : mais le plus souvent, c'est pas sous l'eau, mais c'est à la reprise de la respiration : au moins les trois quarts des syncopes que j'aie vues, c'était après la reprise de la respiration, et parfois après la deuxième ou troisième inspiration, le gars part doucement à la dérive, "avec un air bénet" (des syncopes, j'ai dû en voir au moins une centaine, ayant participé aux compétitions d'apnée de 1997 à 2010).

Share this post


Link to post
Share on other sites

pour mon cas j'ai dit " ok " à la surface je me suis "réveillé " au bord entouré de 4 gaillards. Apparemment j'ai " re-coulé"

Pour ce qui est des contractions diaphragmatiques et envie de respirer , en piscine oui ça m'est arrivé mais ce n'est pas ce que je recherche.Mes " capacités" sont de toute façon très limitées donc, on va pas chercher les ennuis non plus :-D

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

au moins les trois quarts des syncopes que j'aie vues, c'était après la reprise de la respiration,

Oui c est certain ,c est un peu le probleme lorsque l on n a pas le tuba en bouche ,on a la tete en hyper extension naturellement a la recherche de l air et donc ça n aide pas ! :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui c est certain ,c est un peu le probleme lorsque l on n a pas le tuba en bouche ,on a la tete en hyper extension naturellement a la recherche de l air et donc ça n aide pas ! :P

Oui, et peut-être que la variation du volume intra-thoracique joue aussi :

il y a un moment critique quand les poumons sont à peu près vides après la première expiration ...

Pelizzari recommandait il y a une dizaine d'années, de ne pas vider complètement ses poumons lors de la première inspiration ; il disait qu'il fallait les vider à moitié seulement, faire une inspiration max et bloquer 1 seconde la cage thoracique poumons pleins ... et recomencer une seconde fois : expirer à moitié, inspirer à bloc, et bloquer la cage thoracique 1 seconde poumons pleins.

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est tout a fait logique;le cerveau privé d'O2 pendant un bon moment se retrouve tout a coup avec une grosse bolée d'air tout neuf" hou la la ça pétille"

alors qu'en gardant une partie de l'air vicié ,on réhabitue par palier l'organisme.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pelizzari fait la supposition que c'est la baisse très importante de la quantité d'air dans les poumons qui est en cause ...

Difficile à vérifier : une prise de sang immédiate, dans les 5 secondes de la sortie de l'eau, pas évident à réaliser de manière fiable.

 

Le cerveau disjoncte quand le taux d'O2 dans le sang qui parvient au cerveau tombe sous le seuil syncopal : possible que lorsqu'à l'émersion les poumons sont vidés pour faire la première inspi, le sang alvéolaire voie son taux d'O2 chuter puisqu'il n'y a plus d'air dans les poumons, et tombe sous le seuil syncopal ?

 

Il y a aussi un autre élément que Pelizzari fait remarquer : dans ses vidéos de syncope - en général, c'était des apnées verticales - le point important, c'est que le plus souvent, l'apnéiste, qui avait en général le visage de couleur grise (ce qui montre qu'il a poussé l'apnée), commettait l'erreur de ne PAS reprendre son air ! Le gars émerge et au lieu de se consacrer à récupérer, il donne ses impressions, montre sa joie ...

 

Une hypothèse pour expliquer cette absence d'envie de respirer après une apnée poussée en profondeur :

le taux d'oxygène sanguin baisse, mais ce n'est pas la baisse de l'O2 sanguin qui entraîne l'envie de respirer : c'est le CO2 alvéolaire qui provoque la "soif d'air" ... Et justement, en apnée profonde, il est probable que le CO2 se dissolve dans les tissus (et disparaisse ainsi du gaz pulmonaire : le CO2 est un gaz qui se dissout rapidement dans l'eau).

 

 

Pelizzari préconise donc l'attitude suivante :

1/ Respire ! Récupère ! Tu raconteras ta vie après !

2/ Surtout, ne pas vidanger tout l'air de ses poumons ! Au contraire, reprendre son air, et faire un petit blocage de la glotte poumons pleins, en faisant une surpression. Ensuite, relâcher son air, mais en vidant seulement ses poumons à moitié. Répéter l'action 2-3 fois.

3/ Se tenir et "économiser" l'énergie pendant la récup.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi je sais aussi que lorsque je sais que cela va etre trés juste et que je suis a la limite ,je me concentre a continuer de palmer et plusieurs fois j ai eu comme des trous mais je palmais maintenant ,je n arrete vraiment pas quand j atteins la surface ........ ;) Peut etre as tu une explication scientifique de ce ressenti ,de devoir palmer pour" lutter " contre la syncope qui n est pas loin ....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi, j'ai pas d'explications scientifiques !

​J'émets l'hypothèse que le seuil syncopal peut varier selon l'état mental, et que les facteurs psychologiques peuvent jouer : la peur ou la confiance, l'optimisme et le défaitisme ...

La difficulté, c'est que la peur par exemple, peut abaisser ce seuil syncopal en mobilisant les "mécanismes de survie" (l'organisme se met en état "danger mortel" en "glaçant" le sang - vasoconstriction périphérique ?), et avec une production d'adrénaline

- Mais la peur au contraire peut faire perdre tous ses moyens !

Toi, tu choisis de lutter, et par un effort de volonté, tu te concentres sur le palmage ... Je suppose que le fait de te concentrer dessus t'évite d'abdiquer, et en même temps, ça te rapproche de la surface !

Share this post


Link to post
Share on other sites

On pourrait croire qu'une fois à la surface on est à l'abri, mais non...

La chute dO2 continue quelques secondes APRèS la reprise de la ventil'. Pour qui, pourquoi?!

Mais c'est comme ça...

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

La chute dO2 continue quelques secondes APRèS la reprise de la ventil'

Justement es ce que le fait ,de se dire qu il faut continuer a palmer doucement quoiqu il arrive ,ne fait pas que la circulation continue normalement pour remettre ,l ensemble des taux dans la normal ,comme un" meilleur "mélange ? car depuis que je me dis cela ,j ai vraiment vu le changement .J ai des micro-absences mais pas de vrais syncope !

Share this post


Link to post
Share on other sites

La durée du trajet du sang entre les poumons et le cerveau est de 7 à 10 secondes. Le sang qui parvient aux alvéoles pulmonaires se recharge en O2, mais durant le trajet jusqu'au cerveau, le taux d'O2 sanguin peut baisser de manière très variable selon les besoins des organes irrigués au passage.

Ce qui compte surtout, ce n'est pas la quantité d'O2 qui parvient aux poumons, mais celle qui parvient au cerveau.

 

J'émets l'hypothèse suivante (les spécialistes pourront peut-être me contredire et apporter leurs lumières ??) : à la première inspi, les phénomènes d'échange gazeux qui ont été ralentis durant l'apnée, se réactivent de manière plus ou moins intense, et font que le taux d'O2 du sang (et notamment celui qui irrigue le cerveau) continue à baisser; et selon les efforts antérieurs, la profondeur, et la manière dont les tissus ont stocké le CO2, cette baisse peut continuer pendant plus d'une minute.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai fait une syncope en chasse, sur une apnée pas vraiment forcée mais y'avait un peu de courant et j'ai fait l'erreur de commencer ma remonté et je suis redescendu, j'étais posé à 20m je suis remonté à 18m et redescendu à 25m chercher le poisson qui etait coincé ds le tombant (je pensais pas que y avait autant mais jme sentais bien .. j'avais pas poussé l apnée pour tirer le poisson)

Et en remontant ac le poisson en travers plus le courant ba j'ai senti que ca allait etre compliquer d'atteindre la surface, heureusement mon binome a senti venir le truc et m'a attrapé vers 7-8m, je me suis reveillé 8 min plutard dans le bateau.

 

J'ai bien senti que j'arriverai pas à la surface mais tu te dis pas non plus que tu vas syncoper, je savais qu il fallait tout lacher, degrafer la ceinture mais j ai pas eu le tps, c'est vraiment arrivé vite entre le moment ou jme suis dit que j etais dans la merde et le moment ou je perds connaissance y a du avoir 10 sec à peine.

 

Ma grosse erreur c'est d etre redescendu j ai fait 14m de plus .. si j etais remonté directe j'aurais pas syncopé mais bon sur le moment tu y penses pas c'est que après que tu te dis que t es un bouffon... du coup maintenant quand je suis à plus de 15m je vais plus chercher le poisson ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

Ma grosse erreur c'est d etre redescendu j ai fait 14m de plus .. si j etais remonté directe j'aurais pas syncopé mais bon sur le moment tu y penses pas c'est que après que tu te dis que t es un bouffon... du coup maintenant quand je suis à plus de 15m je vais plus chercher le poisson ...

Oui c est ce que je disais ,du grand classique et ta résolution est la meilleur ,mais certaine fois pas facile de s y tenir ! :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que ton raisonnement est bon chao lé sauf que je ne tablerai pas sur une minute mais plutot une quinzaine de secondes vu la vitesse du sang et les pulsations

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui c est ce que je disais ,du grand classique et ta résolution est la meilleur ,mais certaine fois pas facile de s y tenir ! :lol:

 

au contraire, c'est très facile

 

ça rejoint un post où on avait parlé de ça

on tire, on remonte et ensuite on s'occupe du poisson

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

au contraire, c'est très facile

 

ça rejoint un post où on avait parlé de ça

on tire, on remonte et ensuite on s'occupe du poisson

Ca c'est de la mauvaise foi, la discussion était autre, on ne parlait pas de redescendre de 18 à 25 m pour déraguer un poisson

Share this post


Link to post
Share on other sites

non pas de mauvaise fois

je commente surtout le "mais certaine fois pas facile de s y tenir "

 

il y a souvent l'impression de savoir si "on a encore de la marge", si "on a encore assez d'air"

 

Si on remonte après un tir sans se poser aucune question on sera à l'abri d'une mauvaise estimation/évaluation de la situation par le chasseur

je dis justement que c'est très simple à faire

 

et certainement que beaucoup de syncope ou autre seraient évitées si on prenait cette habitude

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un jour aux baleares, j'ai commis à peu près la même erreur que decazeus, je suis redescendu de 18 à 22m après le tir et la remontée pour déraguer un sar, et à la remontée, je m'insultais de tous les noms, je m'en souviens parfaitement, je me disais : quel con, mais quel con", alors j'ai dégrafé ma ceinture et j'ai tenu la boucle à la main, a la surface mon binome me dit ça va? Je lui dis, oui ça va! Il me répond : non ça va pas, tu as laché ta ceinture. Je m'en étais pas rendu compte, donc vraiment limite, limite.

Il faut se mettre comme règle de ne jamais, jamais redescendre alors qu'on a amorcé sa remontée

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que ton raisonnement est bon chao lé sauf que je ne tablerai pas sur une minute mais plutot une quinzaine de secondes vu la vitesse du sang et les pulsations

Ce n'est pas l'avis de Corriol, ni celui de l'AIDA !

Dans le règlement AIDA des competitions (comme dans le règlement FFESSM), le juge doit garder l'apneiste en observation 1 minute avant d'accorder la validité de la perf !

Et JH Corriol parle même de 3 minutes pour les syncopes à retardement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais toi, puisque tu as constaté de visu , un bon nombre de syncopes, celles à la reprises de l'inspiration étaient en moyenne de combien? Car la théorie est une chose, la pratique une autre

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur de la pratique quotidienne, avec des plongeurs normaux et des profondeurs normales, la récupération après avoir poussé un peu loin commence après 15 à 20 secondes. Je ne vois pas bien, sur nos pratiques, ce qui pourrait générer une syncope après 3min de récup à part un œdème pulmonaire, et dans ce cas, il y a d'autres signes annonciateur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais toi, puisque tu as constaté de visu , un bon nombre de syncopes, celles à la reprises de l'inspiration étaient en moyenne de combien? Car la théorie est une chose, la pratique une autre

J'en ai vu survenir jusqu'à une quinzaine de secondes après la première inspiration ... Mais c'était des récup où l'apnéiste était au repos et en position relax, non consommatrice d'énergie.

Mais si l'apnéiste produit un effort consommateur d'O2 au lieu de récupérer, ce n'est pas la même chose ... Cet effort peut pomper l'O2 dans le flux sanguin avant qu'il ne parvienne au cerveau, et faire descendre le taux d'O2 sous le seuil syncopal.

 

J'avais entendu au début des années 80 l'histoire d'une syncope à retardement dramatique :

(je n'ai pas le nom du chasseur qui en a été victime, et donc je n'ai pas la garantie de son authenticité, mais cette histoire circulait parmi de très bons chasseurs).

Voilà l'histoire : Remontant d'une apnée profonde (-20m) où il avait déragué un mérou, ce chasseur émerge près du pneumatique, s'accroche au boudin et lance le mérou dans le bateau : le mérou saute aux pieds de ses coéquipiers ... Pendant qu'ils s'occupent du poisson, le chasseur fait une syncope et coule (il était très plombé). Quand ses coéquipiers réalisent qu'il n'est plus là, ils descendent le chercher, mais trop tard.

 

La conclusion pratique, c'est qu'il faut faire le moins d'efforts possible lors de la récupération.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

La conclusion pratique, c'est qu'il faut faire le moins d'efforts possible lors de la récupération.

quoi plus d'apnées en RTT .... fais chier .... :angry:

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Si on remonte après un tir sans se poser aucune question on sera à l'abri d'une mauvaise estimation/évaluation de la situation par le chasseur

je dis justement que c'est très simple à faire

et certainement que beaucoup de syncope ou autre seraient évitées si on prenait cette habitude

Et oui ,quand j etais jeune c etait le discours de mes instructeurs .....en vol .Il ne faut pas faire cela ,on ne doit pas continuer si .......J en passe et des meilleurs .

Malheureusement dans la vie ,tout ne se passe pas ,comme il faudrait et on ne fait pas forcement ce qui est raisonnable ,cela ce saurait .....Enfin peut etre que certaine personne si mais bon pas la majorité en tout cas .C est un peu comme l alcool ,on sait qu il ne faut pas boire et encore moins conduire après avoir bu ..... :(

Mais en fonction de ma façon de vivre qui n a rien de "parfaite" ,je préfére ,me poser la question ,au lieu de me donner une interdiction ,car je sais que sous certaine circonstance j aurais encore maintenant du mal a la respecter .Il suffit que cela soit ,un challenge pour moi pas forcement du plus gros poisson de ma vie ,mais celui de la journée ou je sais pas .......juste me prouver que je peux encore faire l effort de ....La différence ,c est que maintenant je me pose la question ,ok c est bon ou non la déconne pas ,avant non ! :lol: Mais tu as raison ,la bonne résolution ,c est de ne pas le faire .......Mais je repense a quelque chose ,lorsque je fais un entrainement fosse ,souvent je descend a 20 m et ensuite je remonte de 5 ou 10 fonction de ma forme et je redescends pour remonter mais je confirme que mentalement c est dure ,donc forcement dans la réalité ,c est encore plus dure ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Entiérement d'accord avec toi, suivre les règles dans la vie, c'est impossible. Mais suivre les règles qui t'empêchent de mourir, au moins le plus souvent possible, ca me semble une bonne politique. J'ai fait beaucoup de haute-montagne avant la CSM, et ceux qi ne suivaient pas ses règles se sont tous fait mal, voire très mal, voire...

Chaque matin où je pars en chasse, quand je me rase devant la glace, je pense à mes enfants et je me dis " reviens !".

J'ai fait des trucs hors des clous mais c'était toujours maitrisé avec de la marge et possibilité de faire marche arrière. Et la règle de ne pas faire 1/2 tour en chasse est bonne, je trouve.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

Et la règle de ne pas faire 1/2 tour en chasse est bonne, je trouve.

oui cette régle est assez facile a appliquer mais ,tirer un poisson et ne plus s en occuper s il part sous une roche ou autre ,c est différent ! et la cela vaut la peine de réflechir pour s eviter de grosses galéres aprés .....et donc des accidents possibles aussi ! non je pense que tout n est pas aussi simple ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui cette régle est assez facile a appliquer mais ,tirer un poisson et ne plus s en occuper s il part sous une roche ou autre ,c est différent ! et la cela vaut la peine de réflechir pour s eviter de grosses galéres aprés .....et donc des accidents possibles aussi ! non je pense que tout n est pas aussi simple ;)

 

Il est beaucoup plus simple et sécurisant de réfléchir en surface que sous l'eau ....

Sous l'eau on ne prend pas toujours les bonnes décisions ... et une mauvaise décision sous l'eau peut être lourde de conséquence

Dans tous les cas, si c'est trop "galère", on peut se permettre de perdre son matos, le poisson ....

 

Je ne vois vraiment pas en quoi ça n'est pas si simple de faire comme ça.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout à fait d'accord avec rouget, +1000... repartir sur un poisson enragué après avoir fait surface, c'est pas du tout la même que faire demi-tour pendant ton apnée***. Tu es lucide, c'est une deuxième apnée, sur laquelle tu vas réappliquer un certain nombre de critères de sécurité. Surtout, pratiquement tous les compteurs "prise de risque" auront été remis à zéro. Vcteric, tu le sais très bien si tu as eu des activités "engagées" ;) l'accident arrive rarement après UNE énorme erreur. Ca arrive aux débutants, mais rarement aux confirmés. Non, pour les confirmés, c'est une succession de petite imprécisions, impréparations, dilettantismes, qui mènent petit à petit à l'accident. Pour avoir la peau d'un pratiquant confirmé, il n'est pas nécessaire de faire une grosse connerie (ça, on sait les gérer si on est préparé), une succession de petites bêtises par contre y arrive très bien.

 

Donc oui, faire demi-tour pendant l'apnée, c'est pas très grave si tu pètes la forme, s'il n'y a pas de courant, si tu es parfaitement lucide, si le poisson n'est pas trop fortement enragué, si ta sécu est parfaitement vigilante, si... et comme toutes ses conditions sont rarement réunies, perso, je préfère ne pas le faire. Mais comme dit au-dessus, si tout est vert, pourquoi pas le tenter...

 

En fait, je suis un gros pétochard et surtout, je crèverai de honte de me faire mal en faisant une erreur sous l'eau. Je préfère encore passer pour une lopette que de faire pitié à cause de ma connerie :D

 

 

*** et puis l'argument qui tue : une fois qu'il est enragué... keske ça change d'attendre la surface pour y retourner ? Il sera toujours au bout du fil. Et pour les pêcheurs très profond, s'il y a du courant, ben tant pis... une flèche en moins, c'est pas si grave.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

En fait, je suis un gros pétochard et surtout, je crèverai de honte de me faire mal en faisant une erreur sous l'eau. Je préfère encore passer pour une lopette que de faire pitié à cause de ma connerie :D

 

je me sens moins seul ^_^

Share this post


Link to post
Share on other sites

la mer donne souvent et reprends parfois ;tant que c'est du matos c'est pas grave,ça fera le bonheur d'un autre chasseur ou plus tard d'un archéologue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui mais la c est trop facile ,un coup on parle d une remontée interrompue pour repartir en descente et la tout le monde est d accord pour dire que c est une belle connerie a ne pas faire et de l autre ,tirer un poisson a l horizontal puis controler sa fuite pour ne pas qu il s enrague ou le contrôler a la remonter ce n est pas du tout pareil !

Avec l experience ,on apprend a gerer le poisson a la remontée ou aller le chercher suivant le tir .Mais effectivement cela peut pousser a aller trop loin dans son apnée .Surtout que l orsque l on est a l agachon ,notre corps sait que l on ne consomme rien et donc nous donne une grande liberté de maneuvre mais dés que l on s active un peu ,on passe dans le rouge directe ,c est pour cela que je dis qu il faut une certaine expérience ....Mais c est vrai aussi ,que si l on tire et que l on remonte ,on ne risquera jamais rien mais ce n est pas ma façon de voir ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je parlais de remontée interrompue pour repartir chercher un poisson, pas d'aller chercher un poisson qui est en train de s'enraguer pour le contrôler. Là, c'est effectivement l'expérience et les sensations qui dictent ce qu'il est possible de faire. J'ai déjà eu de bonnes bagarre au fond avec des carangues ou des zié pléré qui cherchaient le trou pour se planquer. Pas de pb à ce niveau là.

 

Qui ne risque rien ? Oui, bien sûr. Le risque, faut admettre, j'aime pas trop. Il me faut ma marge de sécurité et au moins une solution de repli pour que je m'engage, sinon, je préfère ne pas y aller. C'est ce que j'ai fait pendant 10 ans en montagne et ça m'a bien réussi :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

cela me fait penser aux grosses morues là haut qui nagent toujours en limite de tir, tu te rapproches doucement - elle se barre doucement, tu stoppes - elles vont se stopper, tu accélères - elles vont accélérer puis à un moment ben tu te rends compte que tu as fais une sacrée putain de distance au fond alors que tu pensais te poser et faire juste un agachon .... et là la remontée est longue, et si tu as tiré, il va falloir te gérer cette grosse nouille de morue qui ne se débat pas mais fait parachute en faisant la morte etc etc ...

bref, même sans être dans de la chasse extrême, on peut se mettre en danger sur des poissons communs dans des situations pourtant presque sans dangers, alors si on ajoute la profondeur importante, l'excitation devant un poisson de belle taille, l'adrénaline, un petit poil d'égo genre le binôme en a fait une quelques apnées avant .... ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

héhé, ici, c'est la gueule pavée, ou la sarde queue jaune. Toujours en limite de tir, mais curieux tout de même, donc qui se rapproche pour voir, un peu, mais pas trop, un peu plus, mais un peu loin, demi-tour et reviens, encore un peu plus près, encore.... remonter ? Attends encore un peu, juste 50cm de plus, 40... 30 ?

 

Avec ces bestioles, faut pas être trop têtus ! :D

 

Ma seule sarde queue jaune, je l'ai eu à plus de 30m de fond sur une coulée. Surprise d'avoir été suivie jusque là ?

Les gueules pavées, outre qu'il y en a peu, je n'ai même jamais testé le petit jeu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais c est vrai aussi ,que si l on tire et que l on remonte ,on ne risquera jamais rien mais ce n est pas ma façon de voir ;)

 

effectivement c'est ma façon de voir les choses ...

c'est peut être aussi pour ça que je n'ai pas beaucoup "d'expérience" à partager dans un post comme celui ci ... et bizarrement ça me convient très bien

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben non justement c est interessant d avoir une solution pour ne

Jamais en faire !

Share this post


Link to post
Share on other sites

:thumbs_up:

 

Je vais vous mettre d'accord : je ne vous connais pas, mais de ce que je lis de vous, je plonge demain en toute confiance avec chacun de vous deux !! Ce serait deux sorties bien différentes, c'est sûr, mais sans aucun problème pour moi ! ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

héhé, ici, c'est la gueule pavée, ou la sarde queue jaune. Toujours en limite de tir, mais curieux tout de même, donc qui se rapproche pour voir, un peu, mais pas trop, un peu plus, mais un peu loin, demi-tour et reviens, encore un peu plus près, encore.... remonter ? Attends encore un peu, juste 50cm de plus, 40... 30 ?

 

Avec ces bestioles, faut pas être trop têtus ! :D

 

Ma seule sarde queue jaune, je l'ai eu à plus de 30m de fond sur une coulée. Surprise d'avoir été suivie jusque là ?

Les gueules pavées, outre qu'il y en a peu, je n'ai même jamais testé le petit jeu.

.

Ici c'est minimum + 2 minute caché pour espère voir le gueule pavé.

Il et farouche le poisson le plus technique a faire je pense.

Il y a des moment je suis a la limite de la limite pour se poisson.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...