Jump to content

Les techniques de chasse


Recommended Posts

J'ai eu le cas de ma meilleure pierre à bars en Vendée, où un jour les pécheurs ont trouvé le coin excellent pour les casiers à crevettes. C'en a été fini , plus jamais les bars ne sont venus par la suite.

On avait un sec à Morombé appelé le 19m, et autour il y avait 80/90m de fond. Il concentrait une quantité incroyable de pélagiques, jusqu'au jour où les Vezo ont posé des filets, qu'ils ont perdu d'ailleurs car c'est bourré de corail et ce spot même plusieurs années après reste pauvre.

Idem ma seconde plus belle épave, un filet s'est accroché dans les mats , depuis ça reste une misère, là où carangues et barracudas foisonnaient. C'est une belle saloperie ces filets dormants pour les spots de CSM, mais des fois ça peut aider le chasseur car à proximité , tous les poissons s'enraguent, mais c'est vraiment temporaire.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 715
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

  • 2 weeks later...

C'est un jeu de patience mais c'est tellement gratifiant, avoir ses spots et aller à l'eau ayant une idée de ce qu'on va faire pourquoi comment etc... et oui, il faut bcp aller à l'eau, insister sur les zones qui semblent prometteuses mais aussi passer voir celles qui sont toutes pourries, et le jour où on trouve un truc cool noter le pourquoi du comment! 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Fischlick a dit :

noter le pourquoi du comment! 

Sans oublier la marée, y compris en Méditerranée, elles semblent insignifiantes mais ont un impact sur le poisson .

Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, sub sniper a dit :

Sans oublier la marée, y compris en Méditerranée, elles semblent insignifiantes mais ont un impact sur le poisson .

J'avoue je pêche à ce niveau, rarement je regarde ce point, à tort probablement 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
Le 24/02/2021 à 21:34, TONIDO a dit :

un des experts en la matière. Je vous rassure à Marseille vous pouvez toujours essayer il ne se passera pas grand chose ?

Je fais aussi des indiennes pour rejoindre mes postes d’agachons, ou dans moins d’eau pour surprendre un poisson. Je suis pas tout à fait d’accord sur le fait qu’on ne peux pas chasser le Denti à l’indienne. Sur des zones connues, les tombants ou pointes Sans trop de relief c’est même la seule manière de les surprendre, immobiles dans le courant. Évidemment chasser les boniteS à l’indienne ça relève de la science fiction. 
 

A mon goût c’est la technique la plus difficile à maîtriser. Mais elle procure des drôles de sensations quand on arrive à « endormir » un poisson qui fait sa vie sans nous calculer. j’ai fait ma plus belle Mostelle à l’indienne. J’aurais eu du mal à la trouver autrement, j’ai horreur de chasser à trou. 
 

le fusil doit évidement être court. a chacun de trouver. Moi avec mon 100 pneumatique (taille d’un 75 sdw) je suis nickel. comme dit le but et d’approcher le poisson pas le tirer à 4m (meme si mon 100 le permet ? )

les palmes aussi ont une importance. Si j’arrive à le faire avec mes Mantra Longues et souples, c’est beaucoup plus faciles discret et prévisible avec une palme plus courte et un peu rigide. Surtout lorsque la mer est formée. 

 

Salut Tonido, la vidéo a l'air intéressante mais plus dispo. As tu encore le nom du chasseur je regarderai si je peux retrouver ses vidéos...

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
Le 16/02/2023 à 15:59, dom85 a dit :

J'ai eu le cas de ma meilleure pierre à bars en Vendée, où un jour les pécheurs ont trouvé le coin excellent pour les casiers à crevettes. C'en a été fini , plus jamais les bars ne sont venus par la suite.

On avait un sec à Morombé appelé le 19m, et autour il y avait 80/90m de fond. Il concentrait une quantité incroyable de pélagiques, jusqu'au jour où les Vezo ont posé des filets, qu'ils ont perdu d'ailleurs car c'est bourré de corail et ce spot même plusieurs années après reste pauvre.

Idem ma seconde plus belle épave, un filet s'est accroché dans les mats , depuis ça reste une misère, là où carangues et barracudas foisonnaient. C'est une belle saloperie ces filets dormants pour les spots de CSM, mais des fois ça peut aider le chasseur car à proximité , tous les poissons s'enraguent, mais c'est vraiment temporaire.

Salut Dom. Toi qui va sur Mada ne t'es tu jamais intéressé à la chasse dans le bleu? Je serai curieux d'en savoir d'avantage sur ce type de chasse, juste par curiosité, car j'avoue que l'idée de croiser des requins ne m'emballe pas... Donc quelle technique, quel matériel et comment appâter le poisson ? J'ai pu voir que certains utilisent des leurres brillants suspendus à des bouées pour les attirer.... Est ce que comme pour le reste il y a des coins à privilégier?

Link to comment
Share on other sites

Alors je fais du bleu sans vraiment faire du bleu, c'est même devenu ma spécialité depuis 3 ans. je m'explique, je cherche les pélagiques dans des fonds de 25 à 55m grosso modo, car sur le vrai bleu, plus de 100m je  n'ai jamais vu un seul poisson, même bébé.

Les requins c'est extrêmement rare dans mon secteur, ce doit être pareil à Mayotte, quelques rares bouledogues, s'il t'embête tu le flingues, j'ai pas l'habitude de faire dans la dentelle.

J'appâte très peu, uniquement avec les trippes des poissons pris précédemment. Une ou deux fois j'ai essayé avec des bitsiks, pas vu la différence. Attention, à chaque coin, les poissons ne réagissent pas de la même façon.

J'utilise en permanence le baron, ça ça fonctionne, c'est absolument certain, j'en ai même vu, le "gouter"

Pour faire du bleu il est impératif d'avoir au strict minimum 15m de visibilité, 30 c'est bien et 50 parfait

Le bleu c'est une chasse de vieux 😄, tu descends maxi à 15m pour tirer, tu te laisses dériver, mais il te faut un super matos, par contre faut connaitre les bons coins, le poisson n'est pas n'importe où

Link to comment
Share on other sites

Le 30/05/2023 à 13:14, Stef. a dit :

Salut Tonido, la vidéo a l'air intéressante mais plus dispo. As tu encore le nom du chasseur je regarderai si je peux retrouver ses vidéos...

Trouvé 

 

Link to comment
Share on other sites

J'avais pas fini de répondre, la site a bugué et envoyé une partie de mon message, tu peux le relire, il est complet maintenant

Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, dom85 a dit :

J'avais pas fini de répondre, la site a bugué et envoyé une partie de mon message, tu peux le relire, il est complet maintenant

Merci Dom. Un chasseur qui avait fait un court séjour à sainte Marie avait fait un thon (seul) et c'était fait ballader sur deux kilomètres... A l'époque je ne m'y étais pas plus intéressé. Mais je comprends que ce type de chasse ne doit pas se faire seul et si possible une embarcation en appui. En tous cas il était plutôt jeune (la trentaine) et il avait "la caisse" comme on dit, une bonne forme physique.... Ce qui n'est pas mon cas en ce moment 😅 mais ça va revenir en pratiquant plus régulièrement. J'ai souvent entendu que la pointe à larée est un bon spot....

Link to comment
Share on other sites

à l’instant, Stef. a dit :

J'ai souvent entendu que la pointe à larée est un bon spot

Yes... Mais l'endroit n'est pas grand et bateau obligatoire pour y aller.

 Il y a souvent du courant et on y vois de tout comme pélagique mais il faut aimer pêcher sur le sable et dans des condition de visibilité moyenne.

De très bonne heure le matin du coté abrité on rencontre parfois entourées par des banc de carangues de grosses loches (trop grosses pour être tirées) qui remontent au bord dans 10m d'eau (il y a des épaves en bois assez profonde juste a la pointe).

Pour le thon jaune je n'en ais jamais vu de gros, ils sont en bancs et font en moyenne 12/15kg et jusqu'a  20kg pour les plus gros, la meilleure technique c'était de pêcher a la traîne et se mettre a l'eau quant on les voyait chasser, suivre l’appât en surface ou piquer au leurre, on les trouve plutôt en hiver (austral) au large entre st Marie et Sonieran Ivongo.

Tu as aussi un très bon coin pas loin de Princesse Bora a environ 700 m du bord (je suppose qu'il y a du relief dessous) on y croise du bara du tazar etc... Pour le trouver traîne a la canne quand tu tapes les bonites tu y est et après la troisième normalement tu ne remonteras que les têtes.

A l'époque (fin 90) pas de sondeur ni de matériel adapté au péla, j'avais moulinet de 60 m, fusil de 130 mono sandow et flèche en 6.5 mm. Je me suis surtout intéressé au péla en accompagnant les copains qui péchaient a la canne et avec eux j'ai beaucoup appris. 

Link to comment
Share on other sites

Merci Ouzio. Ça donne envie. Effectivement j'ai entendu parler de ce courant mais sans jamais y être allé. Nous avons bien le projet d'avoir un bateau sur place mais pas pour tout de suite. En attendant je vais tenter une sortie face au Princesse Bora...

Link to comment
Share on other sites

le pélagique sans bateau, tant que ça reste sous les 20kg, ça va, mais au delà....

La pointe à Larée est parmi les spots les mieux pourvus de Mada, comme le cap d'ambre,l'un comme l'autre c'est bateau obligatoire pour cause de courant

A la chasse il y a un proverbe valable partout sur la planète: pas de courant, pas de poissons

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...
  • 1 month later...

Appendice pour le pélagique et ses techniques de chasse

20220319_131730.thumb.jpg.a22a2dc6f3e6468a4a5a05285907d455.jpg

Un wahoo, dessous un thazard et plus bas une grande bécune, parmi les pélagiques les plus rencontrés

 

Ce peut être valable aussi bien en Europe que sous les tropiques, mais vu que l’on trouve plus de pélagiques entre les deux tropiques, c’est plutôt orienté trip . Pourquoi cette chasse dans le bleu est aussi mythique que mystique ? Par ce que les montées d’adrénaline sont d’une telle intensité à chaque rencontre et encore plus après le tir avec le combat, que ceux qui y ont gouté sont accros pour le reste de  leur vie.

D’abord je passe sous silence qu’il vous faut du matériel adapté, puissant, résistant à tout, matériel que vous avez déjà testé, c’est impératif. Combien de récits de guides de chasses sur des personnes , sures de leur matériel et qui loupent une vache dans un couloir ! Perdent poissons et souvent fusils. Ce matériel est onéreux à très onéreux pour être efficace, mais c’est INDISPENSABLE pour ne pas blesser inutilement ces magnifiques poissons et réussir à les sortir. Il n’y a pas d’à peu près à ce niveau, la médiocrité est sévèrement sanctionnée, le moindre point faible lâchera à coup sur.

Suivez les conseils de personnes dignes de confiance, ayant un bon nombre de gros à très gros pélagiques à leur actif, pas des beaux parleurs sur YT ou face de bouc, plus vantards que réellement confirmés, sur le tout gros. Seule et uniquement l’expérience compte.

C’est donc principalement de la chasse au baron dont il s’agit et à l’appât( sardines) pour les thons albacores et les thons rouges, chasses dites dans le bleu(blue water, BW)

baron2.png.4d429748e252093243a8771ad06487e2.png

le modèle le plus classique est encore ce qui fonctionne le mieux

 

Donc vous possédez le fusil idoine pour les thons albacores, rouges ou tdc et les poissons à rostre. Puissant, qui fait mouche à 6m et traverse une planche de bois de 2cm d’épaisseur à 5m vu que la majorité des pélagiques se tirent entre 4 et 5m de distance,  sauf le thon rouge plutôt couillon qui peut venir à 2m. Attention, dans le grand bleu , les distances sont faussées. Un truc pour savoir si un poisson est à portée de tir dans le bleu : on doit distinguer parfaitement l’iris de son œil. Il faut un strict 20m de visibilité pour bien y chasser, trente c’est mieux et cinquante l’idéal.

Un bon guide c'est d'abord un chasseur de très haut niveau et c’est cher et ça se paye car il va vous emmener sur ses propres coins, vous assister et vous éviter de perdre votre temps et votre argent, normalement s’il est honnête, et s’il vous dit que c’est inutile de sortir, croyez le. Et  Il faut aussi sortir un certain nombre de fois pour pouvoir croiser un beau spécimen sur ces lieux mythiques : Geyser, Hannibal bank, passe de Fakarava ou Madagascar(Mitsio et Radama, cap d’ambre et maintenant Tamatave) et de plus avoir une météo favorable, donc rien n’est garanti à coup sur. Quelques récits sur le forum de séjours ratés au Panama(pourtant le plus réputé pour le YFT) avec sensation d’arnaque(sortie par force 5, par exemple à 400€ la journée), donc bien se renseigner avant de partir : saison des poissons et saison des pluies/cyclones et bonnes références du guide.

Maintenant quels sont les espèces les plus facilement rencontrées sous les tropiques en pélagiques :

Surement la carangue GT(ignobilis) qui peut atteindre 60kg,( ma plus grosse jamais faite est de 41kg), mais des 15/20kg sont assez courantes. C'est un pélagique, mais elle peut se rencontrer dans 3m d’eau comme au grand large sur X milliers de mètres de fond, mais elle préfère les tombants, grosses patates profondes et épaves. Elle est assez facile d’approche lorsqu’elle n’est pas dans un secteur trop chassé, vient bien au baron, mais  possède une puissance et surtout des ressources supérieures à un thon à dents de chien de même poids. La chair tient très bien et ne se déchire pas facilement, si vous ne la travaillez pas comme un bourrin. Attention, elle adore passer dans des grottes, toles et corail une fois tirée, il faut l’en empêcher, c’est là qu’intervient toute l’expérience du chasseur. Une carangue de 5kg sur un fusil coincé vous descend sous l’eau sans vergogne, alors imaginez une 50kg ! Ce n'est pas un poisson terrible à table.

IMG_0136.thumb.jpeg.c9c505a74ec417bb145ddc3453c80c54.jpeg

Là, je suis crevé après 20mn de combat intensif.

 

 

Le thon rouge(thunnus thynus) je ne connais pas, juste les retours d’expérience de plusieurs amis, mais il se pêche facilement à la sardine, il en faut une certaine quantité. Poids jusque 700kg et les 200/300 kg sont courant à nouveau car il grossit très vite, en moyenne 30kg par an. S’approche très facilement. Reste à obtenir la bague, précieux sésame.

Le thon albacore, en réalité albacares(ne pas confondre avec le thon blanc germon aussi appelé albacore par tromperie commerciale chez les saxons) ou thon jaune (YF)à cause de ses nageoires jaunes en faucilles, il peut se rencontrer dans moins de 15m d’eau mais c’est exceptionnel, il est alors solitaire et peut venir très près, mais à chaque fois ce fut dans mon dos ! Sur les grands tombants 100/200m il est plutôt en banc de nombreux individus qui ne font que des allées et venues assez rapides. Il est alors méfiant et il suffit d’un peureux pour éloigner tout le monde. Il peut venir au baron mais pas facilement, il vaut mieux l’appâter avec de la sardine fraiche, très fraiche, il est alors plus facile d’approche lorsqu’il avale les appâts, il faut le laisser avaler quelques sardines avant de tenter une approche, il est alors plus confiant. Adzoo, un spécialiste de ce poisson nous disait qu’il faut surveiller les sardines qui tournoient et lorsqu’elles disparaissent c’est que les thons sont là mais avec leur dos noir, on ne les voit pas à 25m. C’est toute l’expérience du chasseur qui va déterminer la réussite de cette approche. Une fois tirer, s’il n’est pas KO, ce qui est courant, il va sonder pour essayer de se frotter au fond et se débarrasser de la flèche, à vous de le travailler intelligemment. Sa chair est rouge et vendue sous appellation thon rouge. Le record du monde est à 160kg ,dont un de 120kg fait au polespear ! mais les poissons de 100kg sont déjà rares, surpeche oblige…..

Capture.PNGyf.thumb.PNG.96a9d3368a27c79f9b0d5b7116f0f4b4.PNG

record du monde

 

Le thon à dents de chien, (TDC),réputé pour ses démarrages foudroyants et sa puissance. Il résiste assez bien à la traction s’il est traversé, ce qui n’est pas facile avec les gros spécimens si l’on touche la colonne, ça ne le foudroie pas toujours. J’ai obtenu plusieurs fois de bons résultats avec une flèche dans la queue, la colonne y est alors plus petite et plus facile à traverser à 5m. Il fait alors une hémorragie et meurt exsangue en quelques minutes, chose curieuse il flotte alors et remonte du fond tout seul. Presque tous les pélagiques sont en longueur et donc lorsque vous essayez de les rattraper une fois qu’il est passé, la queue est un mètre plus près que sa tête, de la pointe de votre flèche. S’il est en chasse, il reste sur le fond et ne s’intéresse que peu à vous ou à votre baron, il faut alors descendre pour attirer sa curiosité, souvent à plus de 20m…. Il fera rarement deux passages. Il peut atteindre les 100kg mais déjà 40kg est un très beau morceau. Il ne cherche pas à se frotter au fond pour se débarrasser de la flèche, il part droit devant lui en général.

20211209_112118.thumb.jpg.35c37b6f73d85750173a023d8ed6d2a6.jpg

Un rare doublé de gros TDC en quelques minutes , faits au moulinet

Le thon blanc, appellation locale du thazard (scomberomurus commerson), le kingfish des anglais ou encore king-makerel. Mon poisson favori, c’est bien le poisson roi. Il vient très bien au baron, peut même en faire le tour. Il est solitaire au dessus de 15kg mais vit en bancs nombreux lorsqu’il est inférieur à 5kg puis par 2 à 5 individus jusqu’à la taille de 12/15kg. Il peut atteindre les 40kg en Australie(mon plus gros c’est 24.5kg à Madagascar) j’ai vu il me semble une fois un 30kg. Sa profondeur de balade est de l’ordre de 6 à 14m, jamais vu plus bas sauf en cas de poursuite. Contrairement au wahoo avec qui il a une forte ressemblance, sa chair et sa peau résiste fort bien à la traction. J’ai eu plusieurs cas de poissons proches des 20kg, tenus avec juste l’ardillon ouvert sous la peau, il faut alors le laisser s’épuiser avant de le doubler. C’est un combattant hors pair qui part dans tous les sens. On peut le rencontrer toujours sur des spots bien précis, avec des fonds allant de 3m à 30m en général, avec plus de profondeur d'eau c'est bien plus rare, jamais vu dans le grand bleu, ce n’est donc pas un vrai pélagique. Il adore manger les hexacanthus et les pêche-cavale , il faut rechercher les concentrations de ces poissons fourrages que l’on voit alors s’écarter rapidement à son approche et même chercher refuge auprès de vous. On peut le rattraper à la course, mais c’est tout un art. Il faut nager sur une ligne parallèle à lui à sa hauteur et non pas derrière lui ni plus haut, au bout de quelques dizaines de mètres il va alors faire un virage en arc de cercle et c’est à vous de couper la trajectoire qu’il va  emprunter pour l’avoir à portée de tir. Cela fonctionne une fois sur 2 ou 3quand c’est bien fait.

1.thumb.jpg.6229ff2a21ace5bddef0ec166949a837.jpg

Mon plus gros thazard à l'heure actuelle et photo suivante la morsure d'u barra de 21kg sur ce thazard de 20kg

20221230_155926.thumb.jpg.c49661efbd32e60df47a80ec1cf83729.jpg

et 20230131_090538490.thumb.jpg.85008111a0bc2453e05cc13ebb2f5839.jpg

Et un autre aussi attaqué par le même barra

 

 

Un autre thazard, c’est le thazard écriture, il possède plusieurs lignes de pointillés le long du corps. Son poids maxi est de 6kg selon le fishbase, j’ai du en faire deux de cette taille mais les 4 kg sont usuels. Il vit en banc nombreux plusieurs dizaines d’individus, toujours au ras du fond. Il est assez facile d’approche si vous l’avez vu venir, sinon il ne fait jamais un second passage.

20230131_142008357.thumb.jpg.6c6b27a17434beefa2bf2c383782734f.jpg

Thazards écriture de 5 et 6kg

Le thazard franc, ou blanc, je le connais assez peu, j’ai du en faire deux je crois car il ne fréquente guère l’océan indien. Vit aussi sur le fond.

Le wahoo ou thon banane. Poisson du   large, il vit principalement dans le bleu. Il peut atteindre 70kg exceptionnellement mais déjà au dessus de 20kg c’est un très beau spécimen. Il ressemble beaucoup au thazard(d’ailleurs il est aussi appelé thazard noir) et beaucoup de pêcheurs les confondent, seulement ils ne vivent pas aux mêmes endroits, du tout. Sa chair est très fragile et il se déchire facilement. Un jour j’en ai tiré un gros,  bien fléché, de 25/30kg, fusil relié à la bouée, j’ai lâché le tout mais au bout de 500m il n’était plus sur la flèche pourtant bien ajustée, il faut dire que la bouée oblongue faisait des gerbes d’écume 40m derrière lui. Il vit la plupart du temps proche de la surface comme la dorade coryphène et on les trouve aux mêmes endroits. Gégé (Gérard Grave) guide hors pairs, a un spot à gros wahoos, uniquement des gros à près de 100km au large des iles. A ce sujet, il y a des spots à petits pélagiques où ce sont  toujours des meutes de petits et des spots à gros que les petits ne fréquentent pas, surement par ce qu’ils se feraient bouffer. Avec la dorade, c’est l’un des meilleurs poissons à manger, surtout fumé.

 

 

La dorade coryphène. Elle vit proche de la surface la plupart du temps, même poursuivie par les bateaux polynésiens (potimarara), elle reste en surface et fait de nombreux crochets pour échapper à ses poursuivants sans  chercher à plonger dans ce cas. Excellente à manger, elle peut venir facilement voir le chasseur. Le mâle est beaucoup plus gros, bariolé de magnifiques couleurs par rapport à la femelle  et il a le front bombé. Poisson assez facile à faire….si vous l’avez vu venir. Elle grossit très très vite, atteint la maturité sexuelle à 4 mois et sa durée de vie est proche de 4 ans en moyenne avec une taille maxi de 45kg. Ce poisson était particulièrement abondant en méditerranée durant l’antiquité.

femelle.PNG.d47296402fc61c17c9361fc1611d5063.PNG

Capture.PNGdorade.PNG.9e224e6d41b8714a958fb3c5a145134b.PNG

une femelle bien colorée  ce qui est rare et un mâle fait depuis un potimarara

Les barracudas. Il existe un grand nombre de variétés de barracudas ou bécunes. Les plus courants étant le barra à chevrons et le barra rayé pouvant atteindre les 30kg en atlantique sud, le record du monde est à 27kg en CSM (Dudon). La grande bécune pourrait peser jusque 50kg, on la remarque facilement avec son « pelage » argenté tachés de gros points noirs. Réputé dangereux, il faut seulement faire attention une fois tiré de ne pas le prendre à la main tant qu’il n’est pas mort, sa morsure étant proche de celle d’un requin, il peut arracher une main. Des plongeurs sont  arrivés même à les apprivoiser. Les gros sont solitaires alors que les petits jusque 10kg vivent en bandes parfois des milliers ensembles. Le barracuda jello a la particularité d’avoir les ailes et la queue jaune, dans l’eau sale, on ne voit que ces trainées jaunes passer, il est facile d’approche mais ne dépasse guère les 10 kg(record du monde à 18.5kg).  L’année dernière j’ai subi des attaques sur deux thazards tirés à une semaine d’intervalle, l’un de 18kg et l’autre de 20kg, j’ai pensé à un requin dans ce coin, mais sur le second j’ai vu en m’approchant une grosse bécune passer en dessous du thazard bien esquinté. La semaine suivante, au même endroit, cette grande bécune s’est laissée approcher, fatal pour elle, elle faisait 21kg et donc attaquait des thazards équivalents à  sa taille. La grande bécune peut être très méfiante et pas facile de l’avoir à portée, elle est souvent profonde, sous les 20m, alors que les autres barra peuvent se trouver dans à peine quelques mètres. Le barra vient souvent au baron mais jamais très proche, juste de quoi le faire dévier de sa course.

20230228_172706405.thumb.jpg.9e01fc0f7e1054c3de6d519be487dc65.jpg

Grande bécune de 21kg

 

Le talang sauteur ou queen fish des anglais peut atteindre 12.5kg. Il passe souvent à portée en surface ou entre deux eaux mais avec une telle rapidité qu’il n’est pas facile à faire. Ici je n’en ai pas de balèzes mais coté canal Mozambique il est bien plus gros. Il vient bien au baron ou même voir le chasseur en surface. Faire très attention aux 3 épines dorsales particulièrement douloureuses en cas de piqures.

Capture.PNGts.PNG.f6326a5ce75f462b375fc907c67cf2a4.PNG

Un superbe spécimen de talang sauteur, facile à reconnaitre avec ses gros points noirs sur le flanc

 

Et maintenant les poissons pélagiques mythiques, les poissons à rostres : espadons et marlins

Les marlins ou makairas ne sont pas que dans le grand bleu, on peut les trouver dans 20/25m d’eau. Au fond ou à la surface, c’est selon son humeur  et la météo. Le plus rencontré par le chasseur étant le marlin noir, c’est aussi le plus gros pouvant dépasser les 500kg. Les bleus peuvent atteindre les 300kg et les rayés bien moins. Chaque année je vois un marlin en moyenne et en 35 ans de chasses tropicales j’ai réussi à en tirer…..2, et à les sortir d’ailleurs mais pas des gros, hélas. Sa rencontre est fortuite, pas de spot en particulier à ma connaissance. La meilleure technique pour faire du marlin consiste à sortir avec un bateau de pêcheurs à la canne. Ils trainent 5 ou 6 leurres à marlin (gros calamar en caoutchouc d’environ 200€ pièce, à la traine rapide, sans hameçon, à 30m derrière le bateau et lorsqu’un marlin émerge à coté des leurres pour rostrer, on met à l’eau les bouées puis le bonhomme qui passe à coté du poisson pour le tirer. Pêche pas très glorieuse mais au combien efficace et onéreuse, compter 5 à 600€ la sortie.

SH101770.thumb.JPG.4a11962361d6fc0fa1daf3c0f8a644a5.JPG

Petit marlin noir de 56kg

Les espadons. Jamais encore vu d’espadon classique(xiphias gladius), il vit en profondeur, plusieurs centaines de mètres et monte à la surface la nuit, selon les pro. L’espadon possède un glaive(long rostre et large) alors que le marlin à une épée,plus court et triangulaire. La dorsale et les deux nageoires pectorales sont plus longues que pour les marlins. Il est surtout pêché à la palangre par les pros.

Par contre, les espadons voiliers, oui ! Il peut être solitaire ou en petit comité plus rarement pour le chasseur. Le dernier capturé en début de saison était avec 6 congénères selon mon barquero, perso je n’en ai vu que 2 passer sous l’eau, mais je ne regardais plus ailleurs, lorsque j’ai un pélagique dans le collimateur, je deviens fermé au monde qui m’entoure. Il est beaucoup plus facile d’approche que le marlin, peut venir à 3m mais le plus souvent passe à 4m. Il vient toucher le baron par curiosité. L’année dernière, alors que je me trouvais au fond, en remontant j’ai vu un voilier de bien 60kg toucher mon baron à 8m de la surface et Nono mon équipier l’a regardé passer à 3m avec sa petite arbalète. La majorité de ceux capturés vont de 25 à 35kg, il aime dormir près de la surface par mer plate. Sa rencontre, pour moi,  a lieu aux mêmes endroits que les thazards et les spots à TDC . Il est facile à sécher net vu qu’on peut le tirer d’assez près. Une fois j’en ai eu un qui a fait plus d’un km avec le fusil et la bouée avant de le rattraper avec du mal avec le bateau(bateau de 6m avec 90cv), c’est dire si ça file vite, il est donné pour 92km/h en vitesse de pointe

20191027_161210.thumb.jpg.d829d392985ec695fd404e19dd797159.jpg

Un joli doublé de tdc et voilier aussi à quelques minutes d'intervalles, deux KO d'ailleurs

20230821_134938461.thumb.jpg.2893fdf43047d727d3e04111c0650e6e.jpg

Un voilier classique dans les 30kg, mais qui donne toujours une grande joie et en dessous mon premier voilier, un très joli

20191119_154056.thumb.jpg.17fe57c565e62fc237a02c90016f3478.jpg

 

Les lanciers, espadons sans voile ni rostre, ne dépassant pas les 35kg. J’en ai vu 3 ensembles l’année dernière sur 30/35m de fond d’environ 10 kg chacun, ils n’ont prêté aucune attention à mon baron ni a moi qui essayais de les approcher, donc rencontre peu probable et prise encore plus exceptionnelle

lancier.PNG.761a0e578e314bc9ec01367328d897ad.PNG

 

 

Le cobia, un poisson que l'on rencontre assez rarement, j'ai du en faire deux en 30 années, c'est dire et vu un seul autre. D'abord de la surface vous allez penser qu'il s'agit d'un petit requin s'approchant de votre baron, vu de dessus c'est réellement trompeur. Il vient assez bien pour le peu que j'ai d'expérience avec ce poisson. Il vit sur le bord des récifs et jusque plus de 1000m de profondeur. Apparemment ils passent toujours aux même endroits. C'est un excellent poisson à manger. Le dernier fait cette année:

20230923_165844751.thumb.jpg.bf4e724ac3bf2fd35895aeafafcd307d.jpg

 

Et enfin je rajoute l'aprion , Le job ou jobfish des anglais. Il ressemble à un bar avec la queue fourchue, seulement il est bien plus difficile d'approche, comme tous les vivaneaux il est particulièrement méfiant et se laisse approcher à la coulée plus facilement passé les 20m ou encore mieux en l'appâtant avec des trippes d'autres poissons, là il reste obnubilé par les autres morceaux car c'est un vorace. On le trouve sur le bord du recif seul ou en bande de plusieurs centaines. Plus il est gros plus il est facile d'approche et il peut atteindre 17kg, pour ma part le plus gros reste à 11.5kg et ici sur la photo un 10kg avec deux autres plus petits

20190114_165839.thumb.jpg.65b98ffd95c77fa954279b648af621ff.jpg

un autre de 9.5kg fait au simple sandow:

011.thumb.jpg.8b86083a80bc519809f2aa5dde93f5c5.jpg

 

Pour compléter le tableau, je dirais que l’on peut tirer (par chez moi) en moyenne pour les grosses pièces solitaires :

Une GT pour 3 de vues

Un thon albacore pour peut etre 15/20 de vus, mais un seul vu par an en moyenne

Un tdc pour 2 à 3 de vus

Un thazard pour 3 à 4  de vus, mais ils sont les plus nombreux rencontrés

Un wahoo pour 2  de vus , mais peu rencontré

Un barracuda pour 3 à 4 de vus

Un marlin pour 10  de vus, mais un seul vu par an

deux espadons voiliers pour 3 de vus, donc les plus faciles

une coryphène pour 2 de vues, faciles mais peu rencontrées

 et enfin un aprion pour 20/30 de vus

Et comme je l’ai déjà dit par ailleurs, vous pêcherez ces poissons que si vous vous y consacrez réellement, pas en chassant du benthique ! On ne tire pas le cerf en chassant des lapins.

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Une question Dom85 :quand on a fait d aussi belles prises, avec de telles montées d adrénaline est ce que tu arrives quand même à te faire plaisir quand tu reviens chasser en Vendée des poissons lambda ? La chasse classique te procure toujours du plaisir ? 

Magnifique la photo avec la bécune

Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, jeremylb a dit :

Une question Dom85 :quand on a fait d aussi belles prises, avec de telles montées d adrénaline est ce que tu arrives quand même à te faire plaisir quand tu reviens chasser en Vendée des poissons lambda ? La chasse classique te procure toujours du plaisir ? 

Magnifique la photo avec la bécune

J'ai toujours le feu sacré de la chasse sous marine, je viens de lâcher la Vendée pour la Réunion, c'est nettement moins peuplé en poissons que Mada, mais j'ai tout de même réussi à sortir un petit TDC en partant du bord l il y a une bonne semaine. Il m'arrive encore de faire des sorties consacrées aux poissons benthiques, mais c'est plus pour faire plaisir à ma femme

Pour la Vendée c'est plutot l'eau froide et crade qui me rebuterait maintenant, ayant de plus connu la bonne période où les bars et sars abondaient alors que les sorties du débuts d'été, j'ai eu du mal à faire un petit bar....

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, dom85 a dit :

Ce peut être valable aussi bien en Europe que sous les tropiques, mais vu que l’on trouve plus de pélagiques entre les deux tropiques

Bon , je vais devoir m'y coller encore une fois. Dom , je suis désolé mais t'as oublié le principal pélagique, le Graal que tout chasseur sous-marin rêve d'accrocher à sa ceinture, la quête d'une vie que personne pour le moment n'a jamais réussi à flécher. Ce poisson ne nécessite pas d'investir dans un voyage lointain au delà des mers ni dans du matériel hors de prix,et -cerise sur le gâteau- il est très commun. Vous l'avez reconnu bien sûr, c'est...le sprat (sprattus sprattus). Le plus difficile avec ce poisson, c'est pas de le rencontrer, c'est de le tirer. Avec ses milliers de congénères en rangs serrés il forme un mur devant le chasseur qui, après maintes hésitations,renonce à lâcher sa flèche. Tirer dans le tas au hasard ? N'y pensez pas, le banc s'écartera sur la trajectoire de la flèche. Non, la technique c'est de choisir sa proie dans la multitude, par exemple un individu plus gros que les autres, et d'essayer de faire mouche. C'est vrai que c'est difficile, ils se ressemblent tous. Certains monstres peuvent quand même atteindre 50g , c'est sur ceux-ci qu'il faut jeter son dévolu. 

sprat-sprattus-sprattus.jpg.f6f5e8698d295795a294714b99681123.jpg

Le matériel ? Rien de bien compliqué, juste un peu de bricolage sur votre flingue habituel. La flèche peut être avantageusement remplacée par une belle aiguille à tricoter. Les adeptes du trident pourront adapter une fourchette à gâteaux qui sera plus adaptée que le MATC au gabarit du poisson. Le sandow sera remplacé par un bel élastique à culottes que vous trouverez au rayon mercerie de votre hypermarché habituel.

IMG_20231126_135014_770.thumb.jpg.78af27b3df0158d28b2be75e29db0476.jpg

Je finis par citer pour mémoire une technique qui est à proscrire tant elle est contraire à l'éthique de la chasse sous-marine: certains n'hésiteraient pas à tirer des bars ou autres carnassiers dans l'espoir de trouver du sprat frais dans leur gueule ou dans leur estomac. Tout chasseur digne de ce nom doit s'interdire de recourir à de telles bassesses.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Alors la suite indispensable à la technique sur la chasse des pélagiques c'est le baron

Sujet diversement interprété même par Jack Passe, l'inventeur du système, qui a testé plein de variétés et moi aussi.

Le meilleur baron ou flasher pour les anglophiles, c'est encore le plus simple comme déjà dit plus haut. Il ne coute quasiment rien et c'est tant mieux car c'est un élément que l'on perd souvent, au moins une fois par an si pas deux ou trois. Pourquoi? tout simplement par ce que lorsque vous tirez le poisson de vos rêves, vous n'y pensez plus à ce baron et il dérive au gré du vent et des courants. Normalement c'est votre barquero qui doit le récupérer mais si vous êtes en difficulté avec un gros, il doit d'abord vous venir en aide, passer une bouée avec bungee pour accrocher à votre fusil si le moulinet est presque vide. Et donc avec un peu de clapot, il est difficile de le repérer à plus de  30m, c'est pourquoi je recommande de le peindre de couleur voyante, le flotteur.

Je rappelle que 120m de fil sur le moulinet est un bon compromis, on a le temps de  clipser la bouée, 100m c'est rack et 80m vous n'aurez pas le temps avec un TDC ou un voilier, car une fois que le fil se met en tension, le poisson accélère fortement et vous commencez à faire du ski nautique à la surface....s'il n'a pas sondé, car là vous allez vite faire une descente vers les enfers.

Maintenant la bonne longueur de fil du baron: pour moi, dans mon secteur et chassant en priorité le thazard, c'est 8m. 5 ou 6m c'est trop haut, le poisson ne montera pas car vous serez trop près, il se méfiera,  plus de 10m c'est trop profond, le poisson montera moins haut et il sera passé le temps de descendre sur lui. Cette longueur convient à presque tous les poissons, mais si vous visez les thons, 10m sera mieux car ce sont des poissons qui se tiennent plus profond et sont plus trouillards. la masse qui doit le faire couler doit être assez importante, environ 200gr sinon le baron va se mettre de travers avec la dérive/courant.

Vous devez suivre le baron à quelques mètres, derrière et observer partout mais pas vers le fond, ça ne sert à rien, et normalement tous les poissons vont venir dans le même sens que le premier. Si vous êtes à coté et qu'il y a peu de vagues, agitez le par saccades, cela ressemble alors aux tentacules d'un poulpe.

Ma dernière sortie (hier) on a du voir une bonne dizaine de fois, des pélagiques en tout. De tout: bouledogues, tdc, thazards, dorades et un barracuda. A part le barracuda suicidaire, aucun poisson n'est réellement monté au baron, ils sont venus vers lui mais en restant ou profonds ou distants. Je penche pour la raison, que le baron qui est devenu plutôt terne avec le temps,  n'était plus assez brillant, et donc plus assez attirant. J'en ai donc refait un neuf ce matin dont je vous passe la photo.

Les éléments: une poche à vin neuve de 10L découpée en lanières, 8m de fil nylon, un morceau de tube inox pour la masse et une bouteille vide de lessive de 1L peinte en orange fluo à la bombe. Une poche de 5L convient aussi, mais c'est moins grand

20231129_085012232.thumb.jpg.cce6e9f103f5117db151c0bc9edf9a06.jpg

et cela donne ceci dans l'eau:

IMG_0373.thumb.JPG.c38527aa76d7bd92a6bf68a2be63c493.JPG

 

le baron de Jack Passe

baronJackpasse.PNG.604e6320b2dfc639ba412d518a08a40d.PNG

J'en avais fait un similaire: une tôle d'inox de la forme d'une carangue, bien polie, un oeil de poupée collé sur la tôle. il marchait formidablement bien, j'ai même eu une loche qui est venue le gober avant de le recracher. Je l'ai laissé à un copain et me suis refais exactement le même: résultat il effrayait les poissons, je n'en jamais vu un seul approcher, du coup j'ai abandonné le modèle et suis revenu au principe de base.

Ici celui d'un forumeur, je ne sais plus qui

baron.jpg.7283f8affd993c95b59d2d899e7047fd.jpg

Des flasheurs du commerce , il en existe de toutes sortes et à tous les prix. C'est un peu un gri-gri, on y croit ou pas

D'autres flasheurs commercialisés ici:

CSM Authentique | Flasheur pour la chasse sous-marine (csm-authentique.com)

 

 

 

 

 

 

 

Et pour répondre à Chtimax, on reconnait un vrai pélagique à ses scutelles et ses pinnules. Eléments qui lui confèrent sa puissance et ton poisson en est dépourvu 😁

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Les moyens techniques pour les pélagiques

Votre armement, je ne vais donner de conseils sur le modèle, vous choisissez votre fusil selon vos gouts et surtout vos moyens car là c’est clairement onéreux dans le haut de gamme, 1500€ minimum pour les marques citées plus bas. Il est impératif d’avoir 2 fusils à bord, les ennuis ou casses de sandows sont fréquents avec un usage régulier, surtout avec 10 boudins sur le fusil plus le soleil des tropiques.

. Il est impératif et d’une, d’avoir une flèche qui traverse une planche de 2cm d’épaisseur jusque 5m, donc gros diamètre et grande longueur avec une très forte puissance et de deux, que cela soit précis à cette distance, pas 10cm dessous ou dessus, non pile à 3/4 cm près. Perso n’étant pas très fortuné et à la retraite, je me suis fait mes montages de fusils moi-même : tube carbone de 150, poignée à mécanisme reculé, donc vous vous retrouvez avec un quasi 160, guide flèche intégral proche d’un enclose-track, flèche de 2m en 7.5mm et enfin deux sandows Sigal de 17.5mm en coef 3.5(mais je recommande 3.2 à 3.3 pour ceux qui auront du mal à gérer un tel coef. c'est à dire la majorité des personnes)

Adzoo, grand chasseur d’albacores, chasse avec des fusils Wong de 130 à 4 sandows

Gégé, grand chasseur de marlins(dont plusieurs au dessus de 300kg), chasse avec des Allemani vela 125 ou 130

Bref, on ne chasse pas le tout gros avec des cartouches à plombs, mais avec du gros calibre 330 Win. au minimum voir du 460 waetherby

Ces fusils sont longs et ardus à armer, mais on ne tire que très peu de fois  dans la journée, donc on laisse le fusil armé sur le bateau, avec toutes les précautions d’usage bien sur.

 

 

Cette flèche que vous allez envoyer, il faut qu’elle soit retenue par un fil, et là 3 solutions :

La première : un moulinet de 120m de contenance, uniquement pour les expérimentés, ayant un certain nombre de gros poissons déjà à leur actif, avec gestion d’une bouée à snapper, que le barquero puisse vous passer pour un gros thon ou marlin

La seconde solution : la flèche reliée au fusil et le fusil avec « une ligne de vie », qui se compose généralement ainsi : une bouée de 35L , puis 20/30m de corde à ski, puis 10 à 30m de bungee selon la taille des poissons visés et enfin 10m de nylon 3mm avec un snappe(agrafe américaine) . La bouée de 35L peut être remplacée par 3 bouées de 10L plus une de de 20L, chacune des bouées étant reliée par 3m de bungee, ou encore une planche à thons confectionnée par vous-même. Ci dessous la planche à thon confectionnée à partir d'un body-surf.

SH101770.thumb.JPG.c46878674aae80aa01a10682ab9d5bbd.JPG

Enfin troisième solution, la flèche en break-away, c'est-à-dire reliée au train de bouée et non pas au fusil ou encore au bateau avec un barquero qui gère le poisson

Dans tous les cas, la flèche doit être impérativement attachée avec du dyneema gainé de 2.3mm, du 2mm peut casser net avec un rush d’un poisson de plus de 30kg, cela m’est arrivé au moins 3 fois. Sur le moulinet du dyneema tressé de 2mm c’est très bien. Il faut bien se dire que c’est toujours au point faible que ça va lâcher(le point faible étant toujours le point d’attache sur la flèche) et la pêche du tout gros ne supporte en aucun cas la radinerie, l’à peu près ou la médiocrité, ni le tir foireux.

Que ce soit le moulinet ou la ligne de vie, il faut faire très attention à ne pas se retrouver saucissonné, c’est arrivé à tout le monde ! C’est très dangereux, car parfois, arrivé en surface le poisson se met à tourner en rond autour de vous, rapidement.

Si vous voulez homologuer vos poissons, vous devez impérativement tout gérer vous-même ! Seul ! Pas de coup de mains, sauf pour monter le poisson à bord.

 

Dernier point: qu'appelle -t-on le tout gros?

Je vais vous définir, selon moi, les tailles/appellations des poissons:

_moins de 10kg, vous êtes dans le joli poisson européen(bar, denti, petites liches...)

_de 10 à 20kg, vous entrez dans la catégorie des premiers gros, moyens gros poissons(maigres, liches, serioles....) jusqu'ici , pas besoin de fusils spéciaux

_ de 20kg à 60kg vous êtes dans le gros poisson

_Et au delà vous entrez dans le tout gros

Link to comment
Share on other sites

Le 29/11/2023 à 07:54, dom85 a dit :

Et pour répondre à Chtimax, on reconnait un vrai pélagique à ses scutelles et ses pinnules. Eléments qui lui confèrent sa puissance et ton poisson en est dépourvu 😁

D'après l'Ifremer :

"Un poisson est appelé pélagique lorsqu’il vit dans les eaux proches de la surface ou entre la surface et le fond. Le hareng , la sardine, l’anchois, le maquereau, le thon… sont des poissons pélagiques."

Quand aux scutelles , elles sont communes à de nombreuses espèces :

"Les scutelles (du latin scutum, désignant une bosse centrale sur un bouclier, et par métonymie un type de bouclier) sont des excroissances composées de chitinedentine ou kératine, présentes sur la carapace d'une tortue, la peau des crocodiliens, les écailles des pattes de certains oiseaux, et sur la queue de certains mammifères ou poissons."

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Scutelle )

Certains poissons ont des scutelles et ne sont pas des pélagiques, notamment certains grondins, les esturgeons...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, dom85 a dit :

Et les pinnules?😁

J'ai demandé à PDM, il m'a dit que c'était un genre de médicament qui ressemble à un comprimé. Sa femme en prend pour éviter d'être enceinte.😉😁

Link to comment
Share on other sites

On 12/9/2023 at 11:18 AM, Ch'ti max said:

D'après l'Ifremer :

"Un poisson est appelé pélagique lorsqu’il vit dans les eaux proches de la surface ou entre la surface et le fond. Le hareng , la sardine, l’anchois, le maquereau, le thon… sont des poissons pélagiques."

J'avais du lire ça et je n'avais pas compris quels poissons ne sont pas des pélagiques du coup ...... ??? Ça exclus uniquement les poissons qui vivent au fond ?

Chez Larousse c'est pire :

  • Quote

    1. Se dit d'un organisme du milieu marin qui nage (necton) ou qui flotte (plancton).

Je veux bien une définition pour les béotiens car scutelles et pinnules j'ai cherché la définition mais pas compris ! A mon niveau il faut des images je crois 😅

Merci dom85 au passage pour ce spot, c'est toujours très intéressant à lire 🙂

Link to comment
Share on other sites

il y a 45 minutes, Ptibras a dit :

je n'avais pas compris

 Comme disait mon prof de sciences nat' : "un bon croquis vaut 10 pages de texte" :

pelagique-demersal-benthique.thumb.jpg.92c9071e3e8db0034d51ea10fe0228f5.jpg

Bon, vous connaissez mon côté perfectionniste, je rajouterais bien les poissons "épipélagiques" (étymologiquement "au dessus des pélagiques") dont le seul représentant est l' exocet ou "poisson volant" 🤪🤣

Link to comment
Share on other sites

 

les petites ailes jaunes que j'ai cerclées de noir, ce sont les pinnules, donc c'est ventral et dorsal, près  de la caudale au 1/3 arrière du corps

pinnules.thumb.PNG.9cbbcfe25119590befde88a339b98a51.PNG

 

 

 

IMG_0129.thumb.JPG.8c6a4a062e8114cf6a6a57b757d3d8f2.JPG

Et donc ici toujours cerclées de noir, les scutelles sur une GT, sont donc sur chaque coté près de la queue et peuvent remontées jusqu'au tiers du corps sur une carangue gros yeux

Sur les thons, espadons , thazards....les scutelles ressemblent à des ailettes sur la fourche de la queue. Le cercle jaune sur la queue de l'albacore

Link to comment
Share on other sites

Le 11/12/2023 à 01:56, Ch'ti max a dit :

Comme disait mon prof de sciences nat' : "un bon croquis vaut 10 pages de texte"

Oui , il y a aussi L’étymologie qui peut aider ; pélagos , c’est la haute mer en grec, thalassa c’est la mer en général et là bord de mer c’est paralia et y en a encore un autre selon le type de côte…

Link to comment
Share on other sites

Merci !! c'est beaucoup plus clair.

Je vois pas de pinnules ni scutelles sur les sardines , anchois , harengs ...

Maintenant je me demande si les pélagiques = ce qu'on appelle les poissons bleus ?

Et si cela correspond aussi aux poissons qui sont adaptés pour faire des conserves.

Mais je devrai peut-être faire un autre post !

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Ptibras a dit :

 

Mais je devrai peut-être faire un autre post !

N'ait crainte, tant que c'est technique, étymologique, en rapport avec le sujet

Je voulais bien sur parler des pélagiques qui nous intéressent, Chti max chasse lui, le hareng ( a Boulogne fin novembre) Tato les éperlans, et moi les thazards et espadons. Nous n'avons pas les mêmes valeurs😁

Link to comment
Share on other sites

il y a 50 minutes, Ch'ti max a dit :

Y a pas de honte! Le plus dur c'est de trouver des flèches en bois.😄

67073528-rollmops-traditionnels-filets-de-hareng-marins-farcis-sur-un-plat.thumb.jpg.be708d88abfc357e5bc6d6a1b30b5ed7.jpg

Oullala !!! pas si vite mécréant

Du bois! Oui! mais pas n'importe quel bois, du bois d'arbre Monsieur !

De telles prises ne seraient s’accommoder d'une basse naissance

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Où trouver les pélagiques?

Ou plutot comment les trouver? Pour répondre à une question de René

J'en ai parlé un peu plus haut, au départ de la technique. Vous avez deux solutions si le gros poisson vous titille la gâchette.

Soit vous vous payez un guide de haut niveau, avec des références en la matière, tel Adzoo ou Gerard Grave par exemple, mais cela coute cher la sortie et il faut une dizaine de sorties pour être à peu prêt sur de rencontrer une bête digne de ce nom. C'est normal que ça coute cher, il a passé des années à chercher, repérer et analyser les rencontres, et à chaque sortie on consomme de 50 à 200l d'essence selon le bateau...

Soit vous vous payez un beau bateau qui tient le mer et le large, vous ajoutez quelques mètres cubes d'essence pour les recherches, un ou deux sondeurs/GPS de haut de gamme, plus au moins cinq années de recherches souvent ingrates et vous aurez vos propres coins à TDC et autres pélagiques.

Je chasse à Madagascar depuis plus de 35 ans, dont 11 années à y vivre et je ne me suis mis au bleu que depuis 5 ans. Pendant 30 années je n'ai rencontré que exceptionnellement un thazard ou un marlin, une rencontre aléatoire qui relève du loto. J'ai sorti une dizaine de thazards et un seul marlin durant ces 30 années, mais en cinq années, je dois être proche de cent thazards, une bonne dizaine de TDC(dont 7 gros) et 8 poissons à rostres, marlins et surtout voiliers

Il faut chercher impérativement le pélagique pour le trouver et ne plus chasser le benthique, les deux chasses ne sont pas compatibles si vous voulez réussir la recherche du gros. Voici pourquoi: vous êtes sur des fonds de 15 à 25m susceptibles de croiser les deux sortes de poissons, si vous regardez le fond pour voir un mérou,  une carpe rouge, ou une carangue, vous ne regardez pas les cotés où vont surgir les thazards ou voiliers et surement que vous en avez croisé sans les voir. Plusieurs fois en chassant avec des chasseurs aguerris aux benthiques mais pas aux pélagiques, j'ai tiré des poissons qui passaient au dessus d'eux sans qu'ils ne se soient rendus compte de leur présence.

Donc oui on peut trouver des spots à TDC mais ça a de toutes façons un certain prix, et aussi comme déjà dit plus haut, il faut de plus un matériel parfaitement au point et une certaine expérience pour ne pas perdre ensuite, un tel poisson. J'ai perdu mes 3 premiers maigres (il y a plus de trente ans) avant de ne plus jamais en perdre un, j'ai également perdu mes deux premiers TDC et je n'en ai plus perdu un seul depuis, ni un marlin ni un seul voilier, ça c'est seulement l'expérience.

Et vous pourrez remarquer que la majorité des chasseurs de BW sont des anciens papysmile.gif.77ad5ccaca646875bcaec8b151b763eb.gif, pas spécialement fortunés mais qui petit à petit sont arrivés au summum de la CSM

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, dom85 a dit :

je n'ai rencontré que exceptionnellement un thazard

en Thaïlande ça semble plus facile à trouver, ils ne sont pas bien gros (3-6kg)mais ils semblent affectionner toujours les mêmes spots, trop limite en porté avec mon 100 RA je n'ai pas réussi à en tirer un mais mon guide Jong en fait régulièrement et certaines fois plus de 10 sur la journée....

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, sub sniper a dit :

en Thaïlande ça semble plus facile à trouver, ils ne sont pas bien gros (3-6kg)mais ils semblent affectionner toujours les mêmes spots, trop limite en porté avec mon 100 RA je n'ai pas réussi à en tirer un mais mon guide Jong en fait régulièrement et certaines fois plus de 10 sur la journée....

Oui des petits environ 2 à 3 kg sont faciles d'approche, ça se gatte avec la taille et ils deviennnent solitaires avec la taille, comme les grosses bécunes

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, sub sniper a dit :

summum , mouais je sais pas, c'est quand même pas la chasse qui demande le plus de technique ;surtout quand on utilise un flasher ou autre baron....

Oh la jolie légende!

Comme d'hab, la critique est facile c'est l'art qui est difficile

Essaye 😁 et tu me diras

Link to comment
Share on other sites

Excellent travail de vulgarisation Dom85. J'observe la même chose à Baja. Mon intérêt personnel pour le bleu est vraiment minimal. En fait, ca me fait suer. Je préfère de loin aller sur les cailloux et leurrer des poissons difficiles, mais c'est personel. Je tire des pélagiques quelques fois par an, mais c'est l'exception. 

En ce moment, je cherche un autre spot. Pour changer... Un endroit avec des cailloux et des tdc qui rodent parfois. Aussi, je ne veux pas dépenser de grandes sommes en guides etc. Je n'ai pas les moyens puisque je suis en mode vie simple sous les tropiques 6 mois par an. Mes amis reviennent de Mada, voyage ultra onéreux, tdc mais chiant à souhait avec mal de mer en prime lol. Mada semble avoir du poisson mais aussi bcp de vent et de temps où la pêche est difficile... 

Je vais peut-être aller du côté de l'indonésie... 

Link to comment
Share on other sites

Madagascar n'est pas toujours facile à cause du vent et de la houle permanente. Et encore c'est nettement mieux coté canal Mozambique(Nosy-Bé), mais la cote Est est souvent remuée, comme à La Run.

Pendant longtemps j'ai cru que le bleu était chiant, rester suspendu dans cet infini des heures à attendre et ne rien voir... Encore une idée reçue, s'il n'y a rien, pas de vie, pourquoi rester sur place? Déjà je recherche des spots où la mange est présente, si pas de mange = pas de prédateurs, donc ça ne sert à rien de rester sur place.

Si pas beaucoup de mange au sondeur, je me mets tout de même à l'eau et regarde si quelques chose tourne quand même, cela prend 10mn maximum, je ne suis pas patient. C'est pourquoi il faut beaucoup de spots susceptibles de retenir ces pélagiques pour espérer de finir par en croiser un, donc on se déplace beaucoup, jusque 80km dans la journée et 60 en moyenne. Il faut donc un beau bateau , rapide, donc un budget essence imposant, perso c'est tout mon argent qui y passe, je n'ai pas d'autre loisir, je ne vais au bistrot (et je reste fidèle...)

J'emmène de temps à autre des chasseurs, je demande juste de régler l'essence pour me soulager un peu, la vente du poisson ne me paye l'essence de la sortie qu'une fois sur 10 ......

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, dom85 a dit :

je recherche des spots où la mange est présente, si pas de mange = pas de prédateurs, donc ça ne sert à rien de rester sur place.

C’est ce que faisait Jong , mon guide Thaï, rien en surface , on cherche ailleurs….

Link to comment
Share on other sites

Le 22/12/2023 à 08:39, sub sniper a dit :

summum , mouais je sais pas, c'est quand même pas la chasse qui demande le plus de technique ;surtout quand on utilise un flasher ou autre baron....

C'est une chasse qui certes peut sembler parfois ''très grossière à bourrine'' si on ne fait que du broumé ou similaire.

Mais néanmoins, la chasse au pélagique existe de plein de façons et de techniques possibles et souvent elle va complètement être dépendante du poisson recherché et même du gun et montage exploité.
Et c'est de tous cela MAIS ensuite de son comportement à adopter pour faire venir ou s'approcher du poisson QUE TOUTE LA FINESSE de cette chasse va se faire observer.

Continue de chasser les thazards au 100 et cherchant différents montages et astuces pour les tirer et les ramener proprement de façon régulière et tu va mieux comprendre toute la subtilité et finesse qui peut se cacher dans ce genre de chasse.
Car le pélagique ne se résume pas uniquement aux marlins et aux gros thons.

Je peux vous garantir que non seulement suivant la façon dont vous la pratiquer, non seulement elle peut être d'une grande finesse avec une connaissance obligatoire du poisson (et aussi de la zone de chasse). MAIS en plus niveau physique elle va surpasser toutes les autres chasses avec certains poissons nécessitant alors de bien choisir dès le départ les bonnes palmes quitte à penser à rajouter un peu de grammage aux chevilles et ou bien enlever élastiques de maintient de palme pour gagner en souplesse et pour aider au maximum à toujours garder les voilures sous le fil de l'eau pour un maximum de rendement/fluidité lors des déplacements en surface. 

Enfin, comme elle se pratique essentiellement en eau claire(en tout cas claire en surface car sur certaines zones, dès 8-12m elle devient noire... ) elle permet ainsi l'observation et la compréhension du comportement de certains poissons à l'instant ''T'' mais aussi en fonction d'autres facteurs pouvant très très très variables. 

Une chose est sûre.... avoir un gun surpuissant MAIS super équilibré et précis le tout accompagné d'un bungee et de bons ardillons FERONT absolument toute la différence sur ces voisins si l'on a acquis les points énumérés plus hauts.  😊

Link to comment
Share on other sites

il y a 22 minutes, coryphaena a dit :

Continue de chasser les thazards au 100 et cherchant différents montages et astuces pour les tirer et les ramener proprement de façon régulière et tu va mieux comprendre toute la subtilité et finesse qui peut se cacher dans ce genre de chasse.
Car le pélagique ne se résume pas uniquement aux marlins et aux gros thons.

oui ,bien sur ,je ne dénigre pas mais il y a d'autre chasses qui demande au moins autant de finesse et de connaissances, c'est le mot "summum" qui me dérange.

bien sur mon Rob Allen 100 peut faire l'affaire mais j'ai bien vu les limites de ce fusil, un bois de même taille sera 10 fois plus adapté, j'ai déjà le projet de m'en faire un a moins que je trouve une belle occase comme cet Abellan 120 avec 3 flèches supplémentaires sandows neufs et moulinet garni à 300€ que je suis en train de négocier sur le net....

pour les thons je vais attendre un peu,de toutes façon je ne fais pas de tirs hasardeux ( enfin j'essaye), donc un poisson qui me semble trop gros pour mon inexpérience ,je laisse passer....

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...

×
×
  • Create New...