Jump to content

Nouveau Spot De Chasse À Mada


Recommended Posts

  • Replies 2.3k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Posted Images

C'est les mêmes qu'à nosy bé, elle a des points noirs et la gueule est prognathe lorsqu'elle s'ouvre, d'ou l'appelation car on dirait un groin, enfin avec de l'imagination, c'est assez couillon comme carangue

Oui tu la connais bien :

post-11527-0-81557600-1444640086_thumb.jpg

 

C'est vrai que c'est un poisson un peu con mais plutôt bon, surtout les petites.

Link to comment
Share on other sites

tout a faaiitt !! je LAAA reconnais bien !! pas farouche elle est, la cochonne! en re regardant les photos j'ai pu constaté que ce modele avait largement gouté a l'acier :)

 

dame tombee de 10 kilos :wub: attention la bagarre aussi !!

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Cr de dimanche

 

Voilà bien longtemps que je ne vous ai fait de Cr, mais peu de sorties et mauvaises conditions sauf depuis 15 jours, retour du grand beau et de la chaleur, largement au dessus de 30°

 

Départ 6 heures du matin, beau temps annoncé avec un peu de vent annoncé aussi . Nono est revenu du Sud où il a fait des peches magnifiques 50 à 95 kg par sortie. Nono c'est un peu le Chaï local

L'eau est à 27°, malgré les fortes chaleurs, le courant vient du large et apporte de l'eau claire mais froide, à partir de 10m l'eau est à 22/23°

Premier spot, l'épave au bout d'une bonne demi heure de bateau: nada, rien, vide

On part pour une basse près de la cote: 19m au point culminant, 22/23m autour. Mise à l'eau, une couche d'eau sale sur 1m empeche de voir le fond, passé ce mètre, l'eau est relativement claire. Je prends le baron avec moi. Au bout de 3mn, un thazard me passe dessous alors que je fini d'armer....Au fond , de belles cassures retiennent très peu de poissons, hélas, mais en surface c'est pas pareil. Un banc de gros platax , une quarantaine, approche avec circonspection, je fini par en tirer un et à peine arrivé à la surface, 2 cobias viennent tourner à quelques mètres. J'appelle nono, mais le temps qu'il arrive, basta. De suite arrive un joli requin d'une trentaine de kilo que nono s'empresse de tirer(ici c'est un poisson comme un autre) mais son 120 ne sera pas suffisant pour traverser et il se décrochera au bout de 30 secondes. D'autres thazards pas très gros passent mais craintifs. Ensuite un bara de 6kg me passe calmement sous le baron, je descends doucement l'approche à 4m et.....le loupe lamentablement.

Je louperai encore un talang de 2/3kg et verrai plusieurs thazards pas bien gros mais inapprochables.

Ensuite on remonte sur le banc malagazy à 7km au large. Rien, quelques poissons de récif empliront la glacière et nono fera tout de même un cabot à oeil d'or de 10kg environ, le seul beau poisson de la journée.

Ensuite direction le tombant du large à environ 10km pour faire du bleu, pour la première fois de ma vie,dans 55m, donc je débute, c'est le moins qu'on puisse dire. Le vent du NE nous ramène doucement vers un plateau situé sur 32/34m, on voit le fond de la surface, du cristal.

Après une heure d'appatage avec les tripes des petits poissons, un beau requin très nerveux surgit et repart ....Puis des rainbow runners arrivent, des centaines mais pas gros 1.5kg, j'en décroche un que le requin s'empresse d'avaler. ensuite sur le plateau nono vera 3 grosses babonnes qui montent ensembles du fond mais se défilent dès son canard, selon lui des 15/20kg. Ce sera tout

Retour un peu holé, holé, on a brulé les 70L d'essence prévues,fort vent de face, donc à 5km du port, on passe du 70cv sur le 9.9 puisqu'il reste 1 litre....On arrivera tout juste au port à 4h, 10 heures de mer pour 7 heures dans l'eau.

Bref on ramène de quoi manger, mais pas de beaux poissons sortis.Nono, une trentaine de kg et moi une douzaine. C'est pas mal de malchance, car on en a vu tout de même et moi j'aurai fait 3 loupés, ce qui ne m'arrive jamais, si je rate un poisson tout les trentes tirs, c'est le max d'habitude, j'en conclu qu'il est vraiment temps que je me fasse opérer de la cataracte qui réduit nettement ma vision du seul oeil disponible, l'autre étant atteint à 100%, faudra que je fasse avec, encore deux mois.

Link to comment
Share on other sites

Aie aie aie tes pauvres yeux ☹

 

C'est pas mal quand même, même si on sent que ça manquait de pièces au delà des 10-15kg.

 

Le prochain coup tu verras peut-être en partant du bleu puis en arrivant près (ou le long voire sur le bord) du plateau un thonidé avec une tache blanche au niveau de la caudale. ?

 

Surtout quand tu approches le tombant et que les fusillés et ou les chirurgiens apparaissent, commence a faire des coulées avec le baron que tu pourras ainsi descendre plus bas que toi.

 

Et pour faire du job rose, obligé appâter sinon il montera pas du fond te voire.

Link to comment
Share on other sites

Il ya de tres gros job rose sur les étals de poissonnerie, de 10 à 15kg régulièrement. Mais si je pars du large pour revenir, j'appâte avec quoi? Je vais pas aller achetr du poisson quand même? D'où le départ sur du récif.

Pas de fusillés ni de boules de chirurgiens hier, je pense que l'eau froide les pousse ailleurs

 

Breizhdivers, si ce genre de sorties, te convient, il n'y a aucun problème, tu peux venir

Link to comment
Share on other sites

Il ya de tres gros job rose sur les étals de poissonnerie, de 10 à 15kg régulièrement. Mais si je pars du large pour revenir, j'appâte avec quoi? Je vais pas aller achetr du poisson quand même? D'où le départ sur du récif.

Pas de fusillés ni de boules de chirurgiens hier, je pense que l'eau froide les pousse ailleurs

 

Breizhdivers, si ce genre de sorties, te convient, il n'y a aucun problème, tu peux venir

 

Tu tires quelques chirurgiens et nasons et ça le fait très bien pour appâter.

 

En générale, quand tu es sur une zone avec de la vie, les chirurgiens et fusillés sont souvent les premiers que tu verras en pleine eau pour te dire que derrière eux, dans le courant, il y a la remontée du plateau ou bien d'un beau caillou.

C'est pour cela que durant la dérive, il ne faut pas hésiter à faire des coulées pour repérer le poisson.

 

Mais je ne suis pas un super spécialiste habitué de faire cela comme Antonin ou d'autres bien présent sur le forum.

Toute fois, ci-dessous quelques infos qui pourront te servir.

Bien entendu avec une flèche bien droite et non pas tordue comme cette fois là.... les boules.... :angry:

 

Sortie N°10

--- Le banc de l’entrée ---

 

....

Sur la route on s’arrête sur une patate de corail pour tirer 3 poissons qui nous servirons à appâter.

C’est-à-dire qu’on les découpe en petits morceaux et le moment venu, durant la dérive, on en jettera dans le bleu afin de faire monter les poissons.

 

On arrive au banc de l’entrée et on se met à l’eau à 10h.

La technique est simple. On se met dans l’eau sur les fonds de 60m quelques centaines de mètres avant le tombant que l’on peut repérer à l’œil car côté océan, la mer est lisse et côté tombant qui remonte à 15m, la mer est plus hachée.

On profite de la dérive pour descendre le flasher à 10m ou bien, on descend de 10-15m avec le flasher afin que ce dernier descende à 20-25m.

On lâche quelques bouts de poiscaille.

S’il y a du poisson, et si il est réceptif, en général on le croise à 10-18m de fond (pour moi) avant de se retrouver sur le platier, donc après le tombant, sur les fonds de 15m.

En effet, le courant qui vient du large nous pousse vers le tombant et donc le platier. (Donc pas de soucis au niveau de la gestion de la dérive).

 

En général on peut espérer taper un poisson juste avant, pendant et juste après la remonté du tombant. Parfois même sur le platier quand il y a pas mal de poisson. Enfin sur toute la dérive.

 

Pour nous aider à anticiper l’arrivée du tombant, on croise généralement les petits talangues sauteurs (queenfish pour les sud-africains) de la surface à 15m.

Puis ou ensuite en mixage, avec les fusillées qui peuvent aussi se trouver en profondeur et avec ou après, les nasons qui peuvent eux aussi se trouver encore plus profond comme ce jour où ils étaient plutôt à partir de 15-18m et plus profondeur.

(nota : en règle général, les fusillés et nasons se positionnent souvent dans le courant et toujours en amont de leur cailloux ou tombant).

Ensuite on passe sur le tombant puis après une petite centaine de mètres sur le platier on remonte sur le bateau et on recommence à nouveau à partir de 60m de fond dans le ‘’bleu’’.

ça fait en effet pas mal d'aller-retours avec le bateau....

 

Les premières dérivent ne font pas remonter grand-chose. Autant dire ‘’rien’’.

Antonin me dit avoir vu ensuite 2 gros thazars de 15-20kg très profond mais surtout trop loin.

Trop loin car en effet, pour pimenter la dérive, il y a en général du courant. Et par exemple, comme ce jour avec 95-100 de coef, il y avait 3-4kn mini de courant qui se formait en arrivant sur le tombant.

On le sait car sur le platier, lorsque le bateau allait à 11kn. Une fois qu'il dépassait la zone pour se trouver dans le bleu, là où les fonds sont importants et la mer, lisse, le bateau avançait à 14-15kn pour le même nombre de tours/minutes.

Les dérives allaient donc très vite.

 

C’est un peu calme.

Un groupe de requin pirate (requins gris de 40-60kg), aidés par nos petits appâts viennent nous saluer en venant frotter leur museau contre le flasher qui se trouve à 10m sous nos palmes.

C’est très sympa à observer car avec des mouvements amples et lents, ils arrivent avec puissances et précisions par en dessous pour se redresser et venir frotter le museau contre le flasher.

Un peu comme un chien fait en levant sa tête pour recevoir un calin sous le manton…

Quelques uns, un peu plus effronté mâchouillent avec un peu moins de tendresse le baron puis disparaissent comme ils sont venus.

(nota: en général, le fait de laisser redescendre le flasher au moment où le requin arrive dessus, suffit pour le surprendre et éviter qu'il ne le machouille ou l'avale d'un coup.)

 

Sur une nouvelle dérive, posté quelques mètres en dessous du flasher, dans un nuage de fusillé, j’aperçois un thazar dans le bleu qui me semble dans les standards 6-10kg.

Je descends plus bas mais je le loupe. Un peu étonné malgré tout de ce loupé, je me dis qu’il était trop loin ; pourtant j’avais bien vu le blanc de l’œil gauche.

 

On continue nos dérives.

Sur une descente antonin me dit avoir vu un TDC dans les 10-15kg (c'était 30kg...), au raz du fond, en navigation avec les requins. J’étais sous l’eau aussi, le hasard faisait que je regardais dans cette direction mais peut-être pas au bon endroit et je n'ai malheureusement pas pu l'observer.

Il faut reconnaitre qu'un TDC qui est en statique au raz du fond n'est vraiment pas du tout facile à reconnaître car la couleur de sa robe se confond parfaitement bien avec les fonds. Si on a pas la chance de remarquer le point blanc au niveau de sa queue, ou un oeil.... ou bien de le voire nager, ben c'est pas gagner du tout pour en repérer un.

 

Il me dit aussi, comme on me l’a déjà dit, là où il y a du requin il y a généralement du poisson. Mais reconnait aussi qu’aujourd’hui c’est pas terrible du tout car pas très animé sous l’eau.

Il me dit aussi que le job rose et les TDC sont bien entendu les mets préférés des requins. A ce propos, la seule façon aussi de faire monter du job rose des profondeurs (au-delà des 25m) c’est d’appâter.

Durant la dérive, régulièrement nous descendons à hauteur du flasher et au-delà pour voir ce qu’il se passe sous l’eau et si il n’y aurait pas enfin un poisson à tirer.

 

Ensuite je croiserais un job le long du tombant.

Je descends un peu plus et m’en rapproche pour tirer.

La flèche part et le poisson est sur le fil.

Cool j'ai vu la flèche traverser au niveau de la tête alors pendant qu'il cherche à descendre, je bride à fond de mon côté en remontant car pas envie qu'il serve d'apéricube à un petit gris. Mais, après quelques coups de palme je vois le poisson se barrer.

Je l’avais tiré dans la tête mais j’avais dû tirer un peu trop bas du coup la peau a du se déchirer au niveau de la gorge.

 

Comme c’est mou, Antonin me dit, si tu veux tirer un petit poisson histoire de créer de l’animation alors vas-y.

Je descends en suivant les appâts et tente un tir sur une liche ou talangue sauteur de 1kg pour les futurs appâts. Evidemment, la flèche passe par en dessous. Comme pour le thazar ça m’étonne un peu mais je me rassure en me disant qu'il vaut mieux louper ça qu'un morceau de 15-20kg.

Le tir plus les appâts ont fait monter des requins qui du coup arrivent au niveau du flasher et presque dans mes pattes avant que j’atteigne la surface. Petit goutage de flasher argenté à la tête rose bonbon et nous abandonnent en retournant vers le bleu.

 

A l’approche du tombant, antonin qui descendait suivre quelques morceaux de poisson tire un petit TDC dans les 5-8kg. Avant de savoir ce qu’il a tiré je me dis, m*rde, le veinard, il a du pot.

En effet, il descend voire si il y a un peu de vie autours du flasher et donc, sans avoir besoin de descendre plus bas il tire un poisson.

Le poisson qui avait sondé à essoufflé antonin qui a dû lutter contre le courant pour le faire passer sur le plâtier.

Dans la foulée, je descends au raz du fond pour voir ce qui se passe et je vois le TDC, la flèche dans le dos, qui cherche à remonter le courant pour atteindre le tombant.

A ce moment-là, 3 solutions se présentent à moi :

- je palme à fond pour aider antonin à remonter le poisson qui est à moins de 10m de moi ;

- je tire le petit TDC sur ma droite entre 2 gris.

- j’admire le spectacle.

Même si j’aurais bien aimé dire que j’ai tiré un tdc, je fais demi-tour pour aller remonter celui d’Antonin. En effet, je n’ai pas envie de tirer un poisson qui ne fait peut-être pas 4 kg. Et puis, entre 2 requins je risque de me rappeler certains souvenirs polynésiens…

 

Plus qu'à 5-8m du TDC d'Antonin, je me dis que c’est trop tard et qu’il vaut mieux regarder le spectacle. En effet, un gros requin accompagné de son gang arrive délicatement mais furtivement coupe directement en deux le TDC sans avoir besoin de secouer la tête.

Les jaloux arrivent et se jettent éperdument sur le reste qui pendouille toujours sur la flèche.

Je me dis en rigolant au fond de moi que là c’est sûre je ne pourrais pas récupérer le reste.

Très rapidement cela s’agite et avec la dérive et antonin qui tire sur la ligne je me retrouve rapidement encerclé. C’est la frénésie et avec cette cohue, sans paniquer pour ne pas attirer l'attention, j’effectue tout de même quelques gros coups de palme afin de vite remonter vers la surface, vers la sécurité.

Pendant ce temps, ces derniers continuent à aiguiser leur dents sur la flèche et un affamé se barre avec le flasher.

2 à 0 pour les requins ! hihi !

Mais tout n’est pas perdu. Au milieu des requins qui sont toujours sous nos pieds j’aperçois un gros job aussi gros que celui de Narinda venu admirer le spectacle. Je descends et tente le tir en me disant que ça peut passer.

Ça part vers les ouïes et .... encore loupé !

Là ça fait beaucoup !!!! J’étais assez près de lui et faire autant de loupé, ça me surprend un peu.

Je suis un peu en rage.

Je recharge et aperçois un autre job de taille standard. Je retire et pareil je loupe encore !!!!

Je brûle !!!!!!

C’est sympa tout ça, avec les requins il y a de l’animation mais si je loupe tout le temps, ce n’est vraiment pas comme ça que je vais faire du poisson, déjà qu’on en croise pas beaucoup…

Un peu plus tard, sur le platier et dans le courant, je croiserais un thazar dans les 10kg.

Le temps de plonger, ce dernier qui remontait le courant est déjà trop loin pour tirer.

Mais, surpris d’avoir un gus à ses trousses, il fait demi-tour en m’offrant son flanc pour vérifier si le bipède au long bec est dangereux ou pas.

J’ai pas le temps d’ajuster le tir que ce dernier à refait demi-tour et par désespoir je lâche le tir en me disant : ‘’on ne sait jamais ça pourrait peut-être se planter dans la queue…’’

Et bien non évidemment car trop loin.

On met mon flasher à l’eau afin de remplacer le sien qui séjourne dans le ventre du ‘’petit gris’’.

La dérive commence et un gros gris vient lui dire bonjour.

Comme je dis à Antonin, il devait avoir faim celui-là ou bien c’est pour nous prévenir que la fin d’après-midi est proche et qu’il va falloir laisser la place aux propriétaires du coin.

 

Il est 15h et antonin me propose d’aller faire sur le chemin du retour une petite chasse sur une patate.

 

...............................

 

 

http://www.chasse-sous-marine.com/forums/topic/31753-chasse-a-madagascar-nosy-be/?p=700881

Link to comment
Share on other sites

12kg, Dom a raison, cela n'est pas tant que ça quand on connait les zones et que l'on ne loupe pas les poissons.

 

Sur ce coup, Dom teste de nouvelles zones et parfois, il tombe sur des zones un peu vide ou bien avec que des petits.

 

12kg, c'est aussi :

- 3 saumonées ou cabots de taille standard

- c'est une à 3 carangues

- 1 à 3 baras ou thazards

- 3-4 talangues sauteurs

- etc...

 

Donc oui, ce n'est pas énorme en quantité mais suffisant pour sa consommation personnelle mais pas assez pour amortir un peu de carburant de son 2tps.

 

^_^

Link to comment
Share on other sites

et 23°C c'est supra froids quand tu chasses avec presque rien sur toi car en surface tu as 29°C et hors de l'eau dans les 30°C à l'hombre et malgré la brise.

C'est simple, la différence de température est tellement importante que ça fait comme un mur qu'il est difficile de passer car on se gèle d'un coup. :unsure:

Link to comment
Share on other sites

William, j'ai failli me noyer sur le banc de l'entrée pour avoir tirer un tdc de 30kg, alors que j'étais à 18/20m avec un moulinet, le thon descendais avec une telle force que le moulinet ne devidait pas assez vite et me descendait. Je pense que je me suis retrouvé à 27/28m, j'ai tiré violemment quand tout était vidé et ça s'est arraché, heureusement, car je suis teigneux et ne lache pas facilement, et j'ai vu 36 chandelles à la surface. Depuis je n'utilise jamais plus un moulinet mais bouée et bungee, tant pis pour la corvée de trainage, mais la sécurité c'est pour moi , pas de moulinet, point barre; ma vie vaut bien ce sacrifice

 

Bon, le test sur le bleu est mitigé mais plein d'espoir, surtout qu'il y a de bien meilleurs spots encore à visiter, enfin pour un essai on a quand même vu du poisson. Demande à Antonin combien de temps il a mis à trouver ses spots avant de se lancer et tout les autres

Link to comment
Share on other sites

et 23°C c'est supra froids quand tu chasses avec presque rien sur toi car en surface tu as 29°C et hors de l'eau dans les 30°C à l'hombre et malgré la brise.

C'est simple, la différence de température est tellement importante que ça fait comme un mur qu'il est difficile de passer car on se gèle d'un coup. :unsure:

Avec la 3mm ça aller, mais nono se les caillait avec une combi mono decat de 1.5mm et sur le retour malgrè la casquette, j'ai pris de mechants coups de soleil avec la reverbération, chaud/froid comme tu dis

Link to comment
Share on other sites

William, j'ai failli me noyer sur le banc de l'entrée pour avoir tirer un tdc de 30kg, alors que j'étais à 18/20m avec un moulinet, le thon descendais avec une telle force que le moulinet ne devidait pas assez vite et me descendait. Je pense que je me suis retrouvé à 27/28m, j'ai tiré violemment quand tout était vidé et ça s'est arraché, heureusement, car je suis teigneux et ne lache pas facilement, et j'ai vu 36 chandelles à la surface. Depuis je n'utilise jamais plus un moulinet mais bouée et bungee, tant pis pour la corvée de trainage, mais la sécurité c'est pour moi , pas de moulinet, point barre; ma vie vaut bien ce sacrifice

 

Bon, le test sur le bleu est mitigé mais plein d'espoir, surtout qu'il y a de bien meilleurs spots encore à visiter, enfin pour un essai on a quand même vu du poisson. Demande à Antonin combien de temps il a mis à trouver ses spots avant de se lancer et tout les autres

 

Les moulinets, c'est valable sur les petits poissons ou avec une floatline d'attachée au gun pour les plus gros et les problèmes techniques imprévus.

Sinon c'est quand même bien aussi si tu attaches le gun à un moulinet de secours monté au biceps ou bien à la ceinture.

 

Mais pour avoir eu une mauvaise expérience avec une petite GT tiré avec un 100 je comprends tout à fait les risques du moulinet. heureusement que le gun était attaché à la floatline sinon bye-bye le matos et le poisson. :lol:

 

 

Pour les spots, le pire c'est non seulement il faut prospecter mais en plus, il faut souvent repasser sur les spots à d'autres moments de la marée voire de la saison car parfois un spot vide peut devenir démoniaque 2 heures après..... (zone de passage à un moment fixe de la marée par exemple) et ça c'est frustrant. :angry:

Link to comment
Share on other sites

 

 

Pour les spots, le pire c'est non seulement il faut prospecter mais en plus, il faut souvent repasser sur les spots à d'autres moments de la marée voire de la saison car parfois un spot vide peut devenir démoniaque 2 heures après..... (zone de passage à un moment fixe de la marée par exemple) et ça c'est frustrant. :angry:

Et oui, c'est long pour se faire de bon spots

 

Moulinet + floatine, c'est ceinture ET bretelles

Link to comment
Share on other sites

Bon le poisson c est une chose ça vient ,ça va ! par contre 23 ° ah la c est froid ......3 mm mini et en bon état .....bon c est quand meme mieux que moi qui suit en salle de court ......non je plaisante pas .....mais le prof est sympa ! :lol: et on ecoute d une oreille car toute la journée c est long .....

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Cr du 01/12/2015

 

DEPUIS UNE SEMAINE IL FAIT MINI 30° tous les jours, mais au départ à 6h comme d'hab, l'eau est toujours à 26°, c'est à n'y rien comprendre, à cette saison elle devrait etre à au moins 29°

Bon départ vers le nord, on passe l'ile aux prunes, à une douzaine de km du port, et on se dirige vers des remontées sur la carte qui culminent pour la première à 16m. Au bout de 10mn, rien, l'eau est superbement claire, environ 18m. Nono me dit qu'il y a un petit tombant au bout de ce plateau. Doucement au sondeur on le trouve, on ancre à une vingtaine de mètres du bord.

Première descente, je suis à coté du tombant sur 25m, je vois le tombant et une volée de licornes avec dedans une babone qui se dirige vers une faille, je palme doucement vers et mon premier poisson est séché au bout de la flèche. Je palme la mettre dans le bateau est retourne sur place. Redescente et je reloupe le tombant qui lui doit etre à 18/20m de la surface, et pareil, je distingue, plus que je ne vois, une grosse babonne qui idem se dirige tranquillement sur la faille. Tir dans la tête, et....décrochage, qui évidement sème la panique dans le quartier. Bravo dominique.

An bout d'une demi heure, le fond me semble très profond. Je remonte sur le bateau, le mouillage a chassé et nous sommes sur 30m.

Nono me rejoint, il a pas chomé: un cabot à oeil d'or de 11kg, une babonne de 6kg et une autre de 3kg, et l'ardillon arraché sur une grosse!

On change de spot et une autre remontée que nono ne connait pas sur la carte à 3 miles peut etre. La carte indique 20m au sommet, on arrive doucement et on passe de 34m à 21m en moins de 10m de distance, donc un magnifique tombant. Du poissons sur le sondeur.

Mise à l'eau, flute c'est sale 10/12m de visi seulement, un courant génant écarte du bord. Nono abandonne, la sagesse surement malgrè ses 35 ans

Je descends et pareil que tout à l'heure je suis à coté du tombant et m'en aperçois que vers les 25m. Un bel aprion passe calmement vers le tombant, Je commence à le suivre et aperçois un merou couillon, sur le bord. Un tien vaut mieux que deux tu l'auras, je me détourne le sèche net.

La remontée sera très très dure avec le courant, je lache le fusil et monte le long de la floatine. A la surface je remonte le tout et prends place dans le bateau qui est juste à coté de moi; le sondeur indique 34m et encore le sondeur donne le point le plus haut du cone du transducteur de 45°. C'est magnifique au fond, d'énormes blocs détachés du tombant sont en dessous des failles bien creuses.

On recule de 200m et on recommence . Idem pour le courant du coup on renonce malgrès les perspectives possibles de ce spot, qui un avec de l'eau claire et pas de courant doit etre exceptionnel.

Du coup on part sur une autre remontée dans les 13/14m pour se reposer. Nono me dit prends le ragueur, il y a des langoustes ici.

Seconde plongée une patate effectivement me révèle une jolie royale de 800gr.

Nono en fera 2 de 5/600gr et une porcelaine de 2.1kg

Une derive sur une plateau plat en boulegeage de nono et d'un seul coup il me dit passe: moi mon fusil, armement, plongée tir et remontée auront pris 20 secondes pour une autre babonne de 3.5kg. Il m'aura mis une sacrée patée aujourd'hui !

Retour avec un force 3 de face, au total 10 heures en mer et 8 heures dans l'eau pour 12kg avec quelques petits poissons et 40kg pour nono le professionnel, plus les langoustes. résultats mitigés pour moi mais content de ces découvertes et surtout je me sens bien, un peu fatigué évidement mais je trouve que c'était une bonne journée de chasse. Heureux, la banane quoi, sans aucun poisson remarquable, d'ailleurs à ce propos, pas un seul pélagique vu de toute la journée même pas une petite carangue, avec la même analyse avec Nono : eau encore trop froide

Link to comment
Share on other sites

Merci Dom.

En effet, pas beaucoup de poissons. Et pas le moindre pélagique mais sauvé grâce aux saumonées et mérous.

 

Et comme tu l'as déjà dit, le poisson pas si facile que cela à chasser. :online2long:

Link to comment
Share on other sites

Se mettre a l eau et plonger dans l eau chaude vaut tous les poissons du monde ! :lol: Et j ai toujours autant de plaisir a te lire ,poisson ou pas ! ;) surtout lorsque je sais que demain ,je serai au turbin ......

Link to comment
Share on other sites

CR du 08/12/2015

Départ 6h 30, très beau temps annoncé, température 27.4° de l'eau évidement

On se dirige vers le sud, on arrive à la sortie du port et........le moteur de secours 9.9 tombe à l'eau! Nono et le gardien qui l'on mis en place n'ont pas sérré les vis de presse. Ca commence très fort. Demi tour et on se positionne à l'endroit supposé où il est tombé, 17m de fond. Je n'arrive pas d'entrée de jeu à chercher au fond sur plus 7/8m, il faut raser le fond car on ne voit qu'à 50cm. A la quatrième descente nono tombe dessus, on le remonte plein de vase et merde , il manque le capot. Entre temps le piroguier a remonté le mouillage, remerde. On se repositionne grace au GPS et on recommence, mais là avec la vase soulevée on ne voit plus qu'à 20cm, abandon après 30mn de vaines recherches. Je garde le point.

7h30 , on part enfin , sur la route des basses apparaissent l'une sur 18 l'autre sur 21m. Mouillage, descentes 5 minutes sur chacune nous suffisent pour constater qu'il n'y a rien.

On se dirige vers une épave que nous cherchons depuis plusieurs mois et que nous ne trouvons pas, à une douzaine de km, je garde les traces de passages diverses et variées afin de ne pas repasser sur les mêmes, il y a 28/29m. Après 20mn, je propose à nono de se mettre à l'eau lorsque l'on voit des pelagiques au sondeur, car on doit pas etre loin. OK, je prends le baron avec moi et à la seconde feuille morte, je vois un thazard qui passe tranquillement vers 17/18. Je lâche le baron et part doucement à sa poursuite, au bout de 30m il garde toujours sa distance de sécurité de 6m, je vais devoir remonter, alors un dernier effort , mais non, tant pis j'attends juste qu'il se tourne un peu et je lâche la flèche de 3/4 arrière. Touché. Je remonte en lâchant tout et attrape la floatine à la surface. Il n'a que peu démarré, donc j'ai atteint la colonne vertébrale. Je le laisse faire, tiens la corde du bout des doigts car je suis sur que j'ai pas traversé. Au bout de quelques minutes je le remonte doucement et j'arrive au bungee. A la moitié du bungee il apparaît au loin, environ 15m la visi excellente du jour.

Démarrage dès qu'il me voit. Je continue de travailler tout doucement pour le remonter vers les 8/10m. Nono arrive et descend le doubler dans le tete. Je le remonte, l'ardillon est ouvert juste sous la peau et celle ci est blanchie prête à craquer.

On recommence 400m plus loin, mais rien en vu. On décide partir vers l'ile aux sables, au bout de 100m, un mur passe de 28 à 18m sur le sondeur, l'épave du London! On se positionne et enfin je vais voir cette épave mythique de 110m de long.

On devine le haut des superstructures , mais la coque est sur 20/22m selon les endroits. Si au départ elle parait intacte , au fur et à mesure que l'on avance, on voit la torture qu'elle a dut subir. A mi chemin au lieu d'etre couchée sur le flanc, la quille est en l'air, puis de nouveau couchée sur le flanc pour le chateau arrière. Au fond , sur le coté un capharnaüm de toles et de debris d'acier, crée un refuge idéal à poissons.

Première descente, une carangue à queue jaune de 3kg fait les frais de mon désir de chasseur. J'avance un peu plus loin à cause de la farandole qu'elle a menée et à peine sur la coque deux trois autres au milieu des licornes bleues surgissent. Paf, je déchire Sans comprendre pourquoi.A la surface je vérifie ma flèche et le thazard lui a fait une légère courbe surement sur une ancienne pliure, elle a presque un an maintenant, sur ce fusil et en a vu des vertes et des pas mûres. Redressage, remise en place , réarmement et, et , et, deux grosses ignobilis me passent à peine à 10m. Une insufflation, descente doucement, mais non elles gardent leur distances, elles doivent bien faire dans les 30kg.

Descente suivante, une carpe rouge nage avec les licornes, elle est limite aussi, du coup je tire pas car c'est pas la même peau à traverser qu'un thazard. Descente suivante, une carangue gros yeux toute seule de 3kg se présente en belle, je ramène le fusil mais un peu de courant me le rabaisse au moment du tir et pan dans les tripes, reperte!

Cela fait presque 1h 30 que nous plongeons et la fatigue se fait sentir, un peu de courant oblige à palmer en surface pour se maintenir à la surface et ensuite faut descendre à 20/22m minimum pour se positionner pour un tir , c'est d'autant plus crevant que la séance à 17m sur le moteur nous a bien ruiner d'entrée de jeu.

Départ vers la basse à 10km où nous avions vu et fait un peu de pélagiques la dernière fois. On est plus qu'à 2km de la cote et de l'eau douce se fait sentir, visi réduire à 10m et de l'eau glaciale à partir de 8m jusqu'au fond de 21m où là la visi n'est que de 5m, et l'eau à 17/18°.

Je tombe sur une magnifique chaussée de géant, des dizaines de blocs plats de 5 à 10m de long posés sur le sable, c'est un super coin pour tenir les poissons , mais là nada, rien. A la surface une ignobilis arrive comme une folle sur le baron, en fait le tour à moins de 50cm et repart, moi derrière elle. Je suis à 4m mais un coup de queue à droite puis un autre à gauche m'empêche de l'aligner.

Départ pour l'ile foundry, eau chaude, claire, on voit le fond à 20m de la surface parfaitement. Impossible de chasser, un jus d'enfer de nord est pris avec la descendante, je tire juste une trois barrettes au pied du bateau. On voit plein de poissons pourtant.

Il est deux heures, retour vers le London, nono m'assure que l'après midi c'est plein de carangues. C'est bien fatigué que je me mets à l'eau. Le courant de nord est là aussi et il faut bien palmer pour se tenir à la verticale d'épave. A peine arrivé, une grosse igno me passe en dessous, je ne suis pas préparé. Le temps que je me ventile, un beau bara passe vers 7/8m en remontant le courant. Je pars à sa poursuite, au bout d'une trentaine de mètres, il décide de faire demi tour surement pour mieux me jauger, erreur fatale car du coup il est à portée. Il me faudra plus de 10 minutes pour rejoindre la bateau à 50m avec l'aide de nono car le bara fait parachute et démarre régulièrement, mais il est bien traversé dans le dur. Il accusera 7.2kg sur la balance.

Nono repart et tire 3 carangues de 2 à 3 kg chacune, il me dit qu'il y en a des centaines.

Retour au port, arrêt sur le point gps de la chute du moteur. L'eau est plus claire te on voit à deux mètres, au bout de dix minutes je remonte j'en peu plus, nono insiste et fini par retrouver le capot, il est soulagé me dit il , car ça atténue sa connerie de ce matin

151210080724480711.jpg

151210080351453473.jpg

post-13921-0-59120900-1449731908_thumb.jpg

post-13921-0-42010600-1449731962_thumb.jpg

Link to comment
Share on other sites

Belle sortie qui aurait pu être exceptionnelle avec tous les beaux poissons que tu as vu! Ça sera pour la prochaine fois

 

Sinon tu as du faire une bonne séance de rinçage...

Link to comment
Share on other sites

Ah la chasse c est toujours aussi difficile certaines fois ! que l on soit en France ou en outre-mer ,mais c est ce qui en fait son charme ! :) Heureux pour le moteur quand on connait la difficulté et les prix du materiel sur place ,la je pense que le poisson passe a la seconde place ...... ;) Mais tout fini ,bien ,démontage,rinçage et il n en paraîtra plus .....J ai eu un 40 cv Johnson qui a séjourné 2 fois dans l eau en corse et RAS ......aprés que le mécano de la base ,un ami ait fait les choses bien .....

Link to comment
Share on other sites

Merci éric, il a déjà fait un sejour dans l'eau salée l'année dernière, mon beauf l'ayant fait tomber en l'enlevant......Le plus dur c'est d'enlever l'eau qui stagne dans les microtubulures du carbu, même avec la soufflette et trempage dans de l'essence pendant 24h, mais bon j'y suis parvenu une fois, il n'y a pas raison

Link to comment
Share on other sites

Content que tout finissent bien!

 

Merci pour ce fort sympathique cr.

Et cela sera pour la prochaine fois pour les ignos.

Mais cela ne sera pas simple dans le fort courant si elle approche les 30kg ?.

 

En tout cas c'est bien, ça te fait des bons entrainements de quoi être bien fatigué jusqu'au lendemain.

 

Du coup, pense a t'offrir une séance de massage après la chasse, ça te fera le plus grand bien et tu récupèreras aussi plus vite.

 

Vivement la prochaine sortie !

?

Link to comment
Share on other sites

+1 !!!

Merci pour cet excellent CR ! Il y a des variations dans la visi : tu utilises toujours le même flingue ?

Oui, depuis 3 ans je ne chasse qu'avec un BWK 140 alu, flèche RA de 7mm et un seul sandow de 18 en coef 4 quand il est neuf et 4.5 à 5 quand il vieilli

J'en ai d'ailleurs 2 identiques

 

sur le bateau

Mais j'ai vu la limite hier sur du pélagique et la chasse dans le bleu, car jusqu'à présent, ce n'est que sur du récif que je tirais les pelagiques, mêmes mes marlins. Du coup je vais en monter un avec 2 sandows en coef 3.8 et lorsque je reviendrais de France, des flèches RA de 7.5mm, car dans le bleu, l'eau est bien claire et les poissons s'approchent moins, surtout de ce coté ci de mada, où c'est très pêché et chassé.

On a d'ailleurs récupéré un mouillage tout neuf de vazah hier sur l'épave, il avait moins de 8 jours d'immersion

Link to comment
Share on other sites

 

Du coup, pense a t'offrir une séance de massage après la chasse, ça te fera le plus grand bien et tu récupèreras aussi plus vite.

 

 

 

Ca dépend des massages, certains ont plutot tendances à te fatiguer

Link to comment
Share on other sites

CR du 08/12/2015

Départ 6h 30, très beau temps annoncé, température 27.4° de l'eau évidement

On se dirige vers le sud, on arrive à la sortie du port et........le moteur de secours 9.9 tombe à l'eau! Nono et le gardien qui l'on mis en place n'ont pas sérré les vis de presse. Ca commence très fort. Demi tour et on se positionne à l'endroit supposé où il est tombé, 17m de fond. Je n'arrive pas d'entrée de jeu à chercher au fond sur plus 7/8m, il faut raser le fond car on ne voit qu'à 50cm. A la quatrième descente nono tombe dessus, on le remonte plein de vase et merde , il manque le capot. Entre temps le piroguier a remonté le mouillage, remerde. On se repositionne grace au GPS et on recommence, mais là avec la vase soulevée on ne voit plus qu'à 20cm, abandon après 30mn de vaines recherches. Je garde le point.

7h30 , on part enfin , sur la route des basses apparaissent l'une sur 18 l'autre sur 21m. Mouillage, descentes 5 minutes sur chacune nous suffisent pour constater qu'il n'y a rien.

On se dirige vers une épave que nous cherchons depuis plusieurs mois et que nous ne trouvons pas, à une douzaine de km, je garde les traces de passages diverses et variées afin de ne pas repasser sur les mêmes, il y a 28/29m. Après 20mn, je propose à nono de se mettre à l'eau lorsque l'on voit des pelagiques au sondeur, car on doit pas etre loin. OK, je prends le baron avec moi et à la seconde feuille morte, je vois un thazard qui passe tranquillement vers 17/18. Je lâche le baron et part doucement à sa poursuite, au bout de 30m il garde toujours sa distance de sécurité de 6m, je vais devoir remonter, alors un dernier effort , mais non, tant pis j'attends juste qu'il se tourne un peu et je lâche la flèche de 3/4 arrière. Touché. Je remonte en lâchant tout et attrape la floatine à la surface. Il n'a que peu démarré, donc j'ai atteint la colonne vertébrale. Je le laisse faire, tiens la corde du bout des doigts car je suis sur que j'ai pas traversé. Au bout de quelques minutes je le remonte doucement et j'arrive au bungee. A la moitié du bungee il apparaît au loin, environ 15m la visi excellente du jour.

Démarrage dès qu'il me voit. Je continue de travailler tout doucement pour le remonter vers les 8/10m. Nono arrive et descend le doubler dans le tete. Je le remonte, l'ardillon est ouvert juste sous la peau et celle ci est blanchie prête à craquer.

On recommence 400m plus loin, mais rien en vu. On décide partir vers l'ile aux sables, au bout de 100m, un mur passe de 28 à 18m sur le sondeur, l'épave du London! On se positionne et enfin je vais voir cette épave mythique de 110m de long.

On devine le haut des superstructures , mais la coque est sur 20/22m selon les endroits. Si au départ elle parait intacte , au fur et à mesure que l'on avance, on voit la torture qu'elle a dut subir. A mi chemin au lieu d'etre couchée sur le flanc, la quille est en l'air, puis de nouveau couchée sur le flanc pour le chateau arrière. Au fond , sur le coté un capharnaüm de toles et de debris d'acier, crée un refuge idéal à poissons.

Première descente, une carangue à queue jaune de 3kg fait les frais de mon désir de chasseur. J'avance un peu plus loin à cause de la farandole qu'elle a menée et à peine sur la coque deux trois autres au milieu des licornes bleues surgissent. Paf, je déchire Sans comprendre pourquoi.A la surface je vérifie ma flèche et le thazard lui a fait une légère courbe surement sur une ancienne pliure, elle a presque un an maintenant, sur ce fusil et en a vu des vertes et des pas mûres. Redressage, remise en place , réarmement et, et , et, deux grosses ignobilis me passent à peine à 10m. Une insufflation, descente doucement, mais non elles gardent leur distances, elles doivent bien faire dans les 30kg.

Descente suivante, une carpe rouge nage avec les licornes, elle est limite aussi, du coup je tire pas car c'est pas la même peau à traverser qu'un thazard. Descente suivante, une carangue gros yeux toute seule de 3kg se présente en belle, je ramène le fusil mais un peu de courant me le rabaisse au moment du tir et pan dans les tripes, reperte!

Cela fait presque 1h 30 que nous plongeons et la fatigue se fait sentir, un peu de courant oblige à palmer en surface pour se maintenir à la surface et ensuite faut descendre à 20/22m minimum pour se positionner pour un tir , c'est d'autant plus crevant que la séance à 17m sur le moteur nous a bien ruiner d'entrée de jeu.

Départ vers la basse à 10km où nous avions vu et fait un peu de pélagiques la dernière fois. On est plus qu'à 2km de la cote et de l'eau douce se fait sentir, visi réduire à 10m et de l'eau glaciale à partir de 8m jusqu'au fond de 21m où là la visi n'est que de 5m, et l'eau à 17/18°.

Je tombe sur une magnifique chaussée de géant, des dizaines de blocs plats de 5 à 10m de long posés sur le sable, c'est un super coin pour tenir les poissons , mais là nada, rien. A la surface une ignobilis arrive comme une folle sur le baron, en fait le tour à moins de 50cm et repart, moi derrière elle. Je suis à 4m mais un coup de queue à droite puis un autre à gauche m'empêche de l'aligner.

Départ pour l'ile foundry, eau chaude, claire, on voit le fond à 20m de la surface parfaitement. Impossible de chasser, un jus d'enfer de nord est pris avec la descendante, je tire juste une trois barrettes au pied du bateau. On voit plein de poissons pourtant.

Il est deux heures, retour vers le London, nono m'assure que l'après midi c'est plein de carangues. C'est bien fatigué que je me mets à l'eau. Le courant de nord est là aussi et il faut bien palmer pour se tenir à la verticale d'épave. A peine arrivé, une grosse igno me passe en dessous, je ne suis pas préparé. Le temps que je me ventile, un beau bara passe vers 7/8m en remontant le courant. Je pars à sa poursuite, au bout d'une trentaine de mètres, il décide de faire demi tour surement pour mieux me jauger, erreur fatale car du coup il est à portée. Il me faudra plus de 10 minutes pour rejoindre la bateau à 50m avec l'aide de nono car le bara fait parachute et démarre régulièrement, mais il est bien traversé dans le dur. Il accusera 7.2kg sur la balance.

Nono repart et tire 3 carangues de 2 à 3 kg chacune, il me dit qu'il y en a des centaines.

Retour au port, arrêt sur le point gps de la chute du moteur. L'eau est plus claire te on voit à deux mètres, au bout de dix minutes je remonte j'en peu plus, nono insiste et fini par retrouver le capot, il est soulagé me dit il , car ça atténue sa connerie de ce matin

151210080724480711.jpg

151210080351453473.jpg

Petit appendice au CR:

Lorsque nous sommes revenus sur l'épave du London la seconde fois, juste après la mise à l'eau , je descends de quelques mètres pour bien visualiser l'épave et vérifier que je suis à la verticale, je vois alors Nono avec sa combinaison grise et noire, rentrer dans les cales du bateau. Jolie performance avec le courant que je pense. Je remonte à la surface et vérifie que le bateau ne dérive pas et je vois Nono monter sur le bateau avec une carangue, donc c'était pas lui.......conclusion il devait s'agir d'une grosse loche

Quand je vous dis qu'avec ma cataracte je vois plus rien !

Link to comment
Share on other sites

Petit appendice au CR:

Lorsque nous sommes revenus sur l'épave du London la seconde fois, juste après la mise à l'eau , je descends de quelques mètres pour bien visualiser l'épave et vérifier que je suis à la verticale, je vois alors Nono avec sa combinaison grise et noire, rentrer dans les cales du bateau. Jolie performance avec le courant que je pense. Je remonte à la surface et vérifie que le bateau ne dérive pas et je vois Nono monter sur le bateau avec une carangue, donc c'était pas lui.......conclusion il devait s'agir d'une grosse loche

Quand je vous dis qu'avec ma cataracte je vois plus rien !

 

Ahahah faut arrêter le rhum avant d'aller chasser!!

Ça a quand même du te faire bizarre en surface quand tu as vu nono! :-)

Link to comment
Share on other sites

 

 

tu m'inviteras à faire quelques cartons? :P

Surtout que plus tu seras aveugle et plus ils t inviteront ,un pour t emmener a la chasse et l autre pour faire les caryons ,je les connais les loustics avce leur façon de proceder avec les anciens ! :P ;)

Link to comment
Share on other sites

Surtout que plus tu seras aveugle et plus ils t inviteront ,un pour t emmener a la chasse et l autre pour faire les caryons ,je les connais les loustics avce leur façon de proceder avec les anciens ! :P ;)

Il a une excuse... Il est gaucher... :-)
Link to comment
Share on other sites

....

sur le bateau

Mais j'ai vu la limite hier sur du pélagique et la chasse dans le bleu, car jusqu'à présent, ce n'est que sur du récif que je tirais les pelagiques, mêmes mes marlins. Du coup je vais en monter un avec 2 sandows en coef 3.8 et lorsque je reviendrais de France, des flèches RA de 7.5mm, car dans le bleu, l'eau est bien claire et les poissons s'approchent moins, surtout de ce coté ci de mada, où c'est très pêché et chassé.

On a d'ailleurs récupéré un mouillage tout neuf de vazah hier sur l'épave, il avait moins de 8 jours d'immersion

 

 

Oui je te confirme.

Quand j'ai chassé le wahoo avec mon 100 en simple sandow booster (18mm), j'ai en effet rapidement vu ma limite car le poisson, même si il n'avait jamais vu de bidède restait souvent quelques mètre au delà de la limite de tir.

Du coup, j'ai commencé par tout d'abord passer en double longueur pour gagner en distance de tir et ensuite en effectuant des tirs légèrement par le dessus en 3/4 arrière pour aider la flèche à garder le plus longtemps possible une courbe la plus droite possible et en conservant le maximum de puissance que je pouvais obtenir ainsi.

 

Ensuite, soit il me fallait tenter de couper la route au poisson car ces derniers n'acceptaient absolument pas d'être suivi par derrière, même avec plus de 10m entre nous !!!!

 

Soit comme souvent, la technique de l'araignée a fait ses preuves pour faire approcher le poisson.

 

Mais la meilleure, sans utiliser de baron ou de petites cuillères à été celle de couper la route en prenant très très large (pas simple pour moi qui m'essouffle rapidement en commençant à nager parallèle au poisson...) mais en démarrant quelques mètres plus bas que ce dernier et toujours en gardant reculée l'arbalète contre soi.

 

Après, le baron est tout de même une valeur sûre pour les faire venir assez près quand ils sont là.

Link to comment
Share on other sites

Cr de ce lundi 14 decembre

Départ comme d'hab, 6h, température de l'eau, elle ne bouge pas 27° malgré les 34° à l'ombre depuis 8 jours

Direction l'épave. 20 mn plus tard on est sur place, mise à l'eau en dérive.

J'ai à peine tendu le sandow, qu'un troupe de scalaires(poissons à écailles qui lui ressemble) de 2kg montent du fond sur la baron, suivis de carangues à gros yeux particulièrement grosses, 3 à 4 kg. Je suis pas préparé mais je descends à 7/8m, je tire la première à portée , et je rate.

Je remonte et réarme. je ventile vite fait et redescends, là c'est des centaines de carangues qui m'environnent et s'écartent brutalement à l'arrivée d'une troupe de barracudas, je vise, et tire dans le ventre......

La dérive nous sort vite de l'épave, donc repassage.

Les carangues sont très nerveuses et se tiennent à 15m, une nouvelles troupe de bara se présente, idem aux précédents, peut être les mêmes d'ailleurs, aux environs d'un bon mètre donc dans les 8/10kg. Retir et perte du poisson au bout de 20 secondes.

On s'ancre devant l'épave , baron accroché au taquet et descente sur l'épave. J'arrive sur la coque et au moment de tirer une carangue jaune, une bande de bara arrive le long de la coque, je continue doucement ma descente, je vois bien l'oeil du dernier des bara, je tire à la base du crane et ....lui fais juste une estafilade. Merde, merde et remerde.

Je remonte calmement et vers les 17/18m un requin marron fonce sur moi, je continue calmement ma remontée et à 10m de la surface, non c'est pas un requin mais une énorme loche lancéalotus, épine dorsale hérissée. Elle continue sa lancée vers moi, je tourne le fusil déchargé et la repousse sur le museau. Elle fait un tour et revient de suite, je suis à la surface , me sens mieux et prêt à repousser son assaut, elle redescent vers le baron, le machuque un peu et part tranquillement vers le fond. Nono regarde éberlué la scène à coté de moi. On l'estime à 150 kg mini.

Je monte sur le bateau et constate que ma flèche est un peu tordue, d'où les ratages successifs. Redressage et une carangue jaune fera les frais d'un tir de test

A mauvais chasseur, mauvais matériel, point barre

Le vent se lève et le courant devient insurmontable.

On part sur sur le coté de l'ile aux sables. Un aprion de 2kg me confirme que j'ai bien redréssé la flèche.

On s'oblige à rentrer avec un vent de force 4 et de la houle qui rentre.

A l'entrée du port, Nono me dit que à coté de la bouée de balisage, il y a une belle patate, aussi tot dit aussi tot fait.

Un petit gaterin rejoindra la glacière, puis je pars un peu à coté de la patate et rejoins Nono. Un banc d'une trentaine de bara nous passent en dessous, Nono est déjà dessus mais son 120 ne fait pas des merveilles sur les pélagiques. A peine la remontée de Nono, je descends à tout hasard et ils reviennent: un beau spécimen montera sur le bateau, j'estime à 10 bon kilo, car on m'a volé les deux pesons, mais je prends la mesure pour les spécialistes: 1.15m

A l'heure où j'écris, les filets sont déjà levés

Résultats de la journée, 3 bara perdus , un loupé et une carangue loupée avant redressage de la flèche, mais des tonnes de poissons vus

Pour la prochaine sortie, une flèche neuve devrait m'éviter ces déboires

Nono aura fait trois carangues et voit avec intêret l'utilité d'un 140 sur les pélagiques

Link to comment
Share on other sites

C'est vrai que tu as l'air fatigué sur la photo Dom. Pour un peu tu me ressemblerais. :D

 

En revanche, la fatigue n'a pas d'influence sur la qualité des récits et des chasses. :thumbs_up:

 

J'ai cru comprendre que tu revenais momentanément en Métropole au prochain printemps. :)

 

Va falloir un temps de réadaptation. En effet, flécher des vieilles, cela ne va pas être facile au début. :MRD2:

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...

×
×
  • Create New...